Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de GUER / Augan / Ploërmel. Au coeur du centre de vaccination anti-COVID

Publié le 21 janvier 2021

Ploërmel. Au coeur du centre de vaccination anti-COVID

Ce n’est plus la peine d’appeler pour prendre rendez-vous. Tous les créneaux de vaccination contre la COVID 19 sont pleins jusqu’au 14 février et aucun rendez-vous anticipé n’est pris au-delà de cette date… C’est le message que passent les responsables du GHBA (groupement hospitalier Bretagne Atlantique) ainsi que la directrice déléguée de l’hôpital de Ploërmel, Valérie Jeanne. Celle-ci attire l’attention sur un autre phénomène: celui des personnes qui se présentent directement au centre de vaccination de Ploërmel, espérant obtenir un créneau. Un scénario que nous avons pu constater ce jeudi après-midi en suivant la visite faite par Arnaud Guinier, le directeur de cabinet du Préfet au centre de vaccination de Ploërmel…”Il faut vraiment que les gens comprennent que c’est inutile. Nous ne prenons aucun rendez-vous sur place. Il faut impérativement le faire par téléphone ou via Doctolib. Et actuellement ce n’est même pas la peine de téléphoner, tout est complet…”, insiste Valérie Jeanne. Car la demande est forte pour se faire vacciner. Sur la seule journée de lundi la plate-forme morbihannaise a enregistré… 30 000 appels!

Mobilisation maximale des professionnels de santé

On entend parfois des avis critiques sur le système de vaccination mis en place dans notre pays. Mais cette visite au coeur du dispositif mis en place à Ploërmel, force le respect. Le centre de Ploërmel a attribué 2228 rendez-vous qui s’étaleront jusqu’au 14 février. Depuis lundi, une centaine de personnes par jour se font vacciner selon un protocole parfaitement rodé. Deux lignes médicales accueillent les patients, c’est à dire deux médecins qui assurent la consultation pré-vaccinale destinée à déceler d’éventuelles contres-indications. Ils sont ensuite reçus dans une salle dédiée où les infirmières pratiquent l’injection. Enfin, ils patientent pendant 15 minutes dans une salle d’attente pour vérifier l’absence de réactions avant d’être autorisés à repartir chez eux. Dès la prise de rendez-vous, le patient a sa convocation 28 jours plus tard, pour recevoir la 2è dose. A Ploërmel, la mobilisation de l’ensemble du personnel médical est maximale. Le centre de vaccination fonctionne grâce aux professionnels médicaux et non-médicaux de l’hôpital qui ont reçu le renfort de professionnels de santé libéraux, des médecins généralistes et des infirmières libérales, qui s’inscrivent dans le planning. C’est une énorme machine qui s’est mise en marche pour  organiser cette vaccination hors normes qui s’apparente à un défi. Une machine que le moindre grain de sable peut gripper. Il faut réceptionner et assurer la distribution des vaccins avec les contraintes de température que l’on connait et la volonté d’éviter le moindre gaspillage. Chaque goutte est précieuse et à Ploërmel, ce sont six doses qui sont extraites de chaque petite fiole. Six doses qui doivent être utilisées dans les 4 heures qui suivent la préparation. Là encore, les rouages sont parfaitement huilés et les 6 patients sont prêts à recevoir leurs doses dès la préparation… Les premiers résultats enregistrés à Ploërmel montrent que jusqu’à présent, il n’y a aucun incident post-vaccination.

Vers la création d’équipes mobiles de vaccination

Une mobilisation et une organisation que le directeur de cabinet du préfet a découvert en compagnie de la directrice délégué de l’hôpital et de Jean-Michel Barreau, élu à la ville de Ploërmel et à la communauté de communes, mais également médecin vaccinateur qui fut l’un des tous premiers professionnel du secteur à être vaccinés (lire ici). Ce dernier a d’ailleurs fait remonter auprès du directeur de cabinet une préoccupation de certaines structures dont les résidents ne peuvent se déplacer jusqu’au centre, les foyers-logements par exemple. Arnaud Guinier a expliqué que la préfecture était consciente du problème et que des équipes mobiles allaient être déployées dans les prochains jours pour résoudre cette problématique. Mais évidemment la question qui reste en suspens est celle de la poursuite de la campagne de vaccination voire de son accélération. Mais il faudra pour cela plus de doses de vaccins et dans ce domaine, tout est suspendu aux annonces gouvernementales, européennes et aux capacités de production de l’industrie pharmaceutique. On espère des réponses dans les prochains jours. En tous cas, s’il y a bien une question qui ne se pose plus, c’est celle de l’adhésion très large de la population au geste vaccinal. Ce jeudi après-midi, pendant la visite du directeur de cabinet du préfet, c’est Madeleine qui, tout sourire, a reçu sa dose de vaccin devant les flashes des photographes. Originaire d’Auray, elle a réussi à décrocher un rendez-vous à Ploërmel et n’a pas hésité une seconde. Les rendez-vous n’étant pas sectorisés, beaucoup de candidats à la vaccination, multiplient les appels pour trouver une place, même très loin de chez eux. Le centre de Ploërmel reçoit ainsi des patients qui viennent de tout le territoire mais aussi de tout le grand ouest, parfois même de la région nantaise.

 

2 commentaires "Ploërmel. Au coeur du centre de vaccination anti-COVID"

  1. Je suis étonné que la priorité ne soit pas donnée aux résidents de la région de Ploërmel, des patients qui viennent de la région nantaise, c’est n’importe quoi, car il y a des centres de vaccination à Nantes…..
    Des retardataires à leur RV, tributaires des conditions de circulation, peuvent perturber le protocole mis en place !
    Ce n’est pas judicieux, et pas juste, vis-à-vis des habitants du Morbihan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires