Accueil / Thématiques / Morbihan / Guer. Académie militaire de St Cyr: “ne pas faire plus, mais mieux”

Morbihan

Publié le 10 septembre 2021

Guer. Académie militaire de St Cyr: “ne pas faire plus, mais mieux”

Général de division Hervé de Courrèges, commandant de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Il a quitté les Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan en 1991 mais n’y était jamais revenu depuis. Le général Hervé de Courrèges revient à Coëtquidan par la grande porte puisqu’il vient de prendre la direction de l’Académie militaire de Saint-Cyr. Entre temps, il accomplit une carrière “en trois tiers” comme il l’a décrit lui-même. Un tiers dans les écoles soit comme élève soit comme instructeur, un tiers en missions opérationnelles et un tiers dans l’administration parisienne soit aux finances soit dans les sphères “politico-militaires”. Il était notamment en poste dans les ministères pendant la tragique période des attentats (lire l’encadré ci-dessous).

Il arrive tout droit des Alpes où il commandait la 27è brigade d’infanterie de montagne, depuis quelques mois seulement et pour lequel il semble vouer un attachement particulier. “C’est douloureux de quitter les Alpes après un an seulement en laissant 6700 hommes et 1200 réservistes…”, avoue-t-il. Mais aujourd’hui à la tête de la prestigieuse Académie militaire de Saint-Cyr, le général Hervé de Courrèges exprime un triple sentiment. “Une immense fierté” de la production de l’école, à savoir “des officiers de très grande qualité”; une grande humilité “nous formons de jeunes officiers qui seront au feu dans 3 ans et qui dans 40 ans dirigeront l’Armée française”; la volonté de mener à bien une réforme lancée par son prédécesseur.

“Il ne s’agit pas de faire plus, mais de faire mieux. Nous creusons un sillon profond”

Général de division Hervé de Courrèges, commandant de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Il aborde cette nouvelle page de sa carrière avec une stratégie à la fois simple et ambitieuse qui repose sur une certain culture de l’excellence. “Il ne s’agit pas de faire plus, mais de faire mieux, nous creusons un sillon profond”, résume-t-il, se déclarant “impressionné” par la qualité des jeunes qui s’engagent, leur attachement aux valeurs. “Le chef doit élever ses subordonnées, dispenser son savoir, faire fonctionner l’escalier social cher à l’Armée. Nous devons structurer la pensée de l’officier, travailler sur les intelligences, les capacités d’encaissement”, commente-t-il.

Cette quête de l’excellence, dédiée au service de la Nation passe par l’enrichissement des rapports humains, l’enclenchement d’un mécanisme “complexe” structuré en 4 couches complémentaires: l’homme/la femme; le soldat, le chef, l’officier. Un mécanisme dont la seule finalité est de faire en sorte que les hommes et les femmes qui y entrent en sortent meilleur(e)s.

Une forge c’est un artisan, un outil et son environnement. L’Académie militaire, c’est une forge qui fabrique l’outil de commandement de l’Armée de Terre de demain. Elle est totalement artisanale…”

Général de division Hervé de Courrèges, commandant de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Son parcours

“Le général de division Hervé de COURRÈGES est né le 6 août 1968
à Chamalières (63). Saint-cyrien de la promotion Général Delestraint (1988-1991), il choisit à l’issue de sa scolarité de servir dans l’arme blindée cavalerie. Après sa formation de chef de peloton à Saumur, il est affecté au 4e régiment de chasseurs (4e RCh) à Gap où, tout en assumant le commandement d’un peloton d’ERC90 Sagaie, il est formé à l’École militaire de haute montagne de Chamonix comme chef d’unité de haute montagne. Il est projeté au Liban en 1993.
Promu capitaine en 1995, il est affecté à l’école de cavalerie de Saumur comme instructeur d’élèves officiers de réserve. Il retrouve le 4e RCh en 1997 pour prendre le commandement d’un escadron qu’il professionnalise et avec lequel il est projeté au Tchad.
En 1999, il est affecté comme instructeur interarmes à l’École supérieure et d’application des transmissions à Rennes. Promu chef d’escadrons en 2001, il obtient un mastère à École supérieure d’électricité (SUPELEC) en 2002 ainsi qu’un diplôme d’études approfondies à l’École pratique des hautes études (EPHE) en 2003.
Il est breveté du Collège interarmées de défense la même année et retourne au 4e RCh comme chef du bureau opérations instruction. Il est projeté en Afghanistan comme chef opérations de son régiment.
Promu au grade de lieutenant-colonel en 2005 il est affecté au bureau planification finances de l’état-major de l’armée de Terre. En 2008, il est désigné pour servir au cabinet militaire du ministre de la Défense en tant qu’adjoint des cellules « Organisation, ressources humaines » et « Terre ». Il est promu colonel la même année.
En 2011, il prend le commandement du 4e RCh. Il est aussitôt projeté en République de Côte d’Ivoire comme chef du bataillon français Licorne.
En 2013, il est désigné pour être auditeur du Centre des hautes études militaires (CHEM) et de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Il suit en parallèle la scolarité du Higher command and staff
course (CHEM britannique) à Shrivenham (GB).
En 2014 il est détaché auprès du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) pour y prendre successivement les responsabilités de conseiller protection sécurité de l’Etat puis de conseiller pour le secrétariat des conseils de défense et de sécurité nationale.
Promu général de brigade en 2018, il est nommé commandant en second du renseignement des forces terrestres à Strasbourg.
Le 29 juin 2020, il est nommé commandant de la 27e brigade d’infanterie de montagne, commandant de la base de défense Grenoble-Annecy-Chambéry et délégué militaire départemental de l’Isère.
Promu général de division en 2021, il est nommé commandant de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et prend ses fonctions le 1er août 2021.
Le général de division Hervé de COURRÈGES est Officier de la Légion d’honneur et Commandeur de l’Ordre national du Mérite et titulaire de la Croix de la Valeur militaire.
Marié, il est père de cinq enfants.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires