Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Malestroit. Charges liées au musée : ça coince!

Publié le 13 avril 2016

Malestroit. Charges liées au musée : ça coince!

Si, hier soir au conseil municipal, les subventions aux associations était le point majeur à l’ordre du jour, la réunion de la Clect qui s’était tenue la veille leur a volé la vedette. Les incompréhensions et les agacements perdurent autour de ce patrimoine auquel tout un chacun est attaché.

 

Le maireConseil12avrilQD de Malestroit avait assisté lundi 11 avril à une réunion de la Clect (Commission locale d’évaluation des charges de transfert ici compétente pour le Musée). Les antécédents sont déjà lourds autour de cette question du montant que devront régler les communes de Malestroit et Saint-Marcel pour la gestion du Musée. Trois propositions du magistrat de la cour régionale des comptes ont été émises : 31.558 euros ; 42.500 euros ; 35.000 euros par commune et par an ad vitam aeternam. La CCVOL a également fait deux propositions : 35.798 euros et 26.790 euros avec les mêmes modalités. Noël Colineaux, chargé des finances à la communauté de communes (maire de Caro), a établi une sixième proposition, pour un montant de 26.298,25 euros (par commune, par an, ad vitam aeternam). « Dans un souci de dialogue », ajoute Bruno Gicquello, « Malestroit a proposé 10.000 euros par commune, par an, tout au long de la vie du Musée ». A son grand dam, c’est la sixième proposition qui a été retenue par les membres de la Clect.

Problèmes récurrents

Bruno Gicquello pointe plusieurs problèmes. La période de référence (2009-2014) ne lui semble pas pertinente car « non représentative des charges réelles du Musée » et l’apparition d’un montant ne figurant pas à l’ordre du jour douteuse, d’autant plus qu’une telle « délibération relève des compétences de la CCVOL et non de la Clect » car il s’agit de baisser la somme due par Malestroit et Saint-Marcel. Quant à Joël Leveau, maire de Saint-Marcel, il a, raconte M. Gicquello, mis en cause la « légitimité de la Clect à délibérer sur ces points, à la veille d’une réorganisation avec la grande communauté de communes (NDLR avec Guer et La Gacilly) prévue en janvier 2017 ».

Le premier édile malestroyen explique aussi s’être abstenu sur la question de la rétro-activité sur 2015 puisqu’il avait voté contre la somme. Il précise que l’on ne peut remettre en cause les transferts car « c’est une obligation légale ». Il a conclu le sujet en indiquant à l’assemblée qu’elle devra se prononcer, « comme les quatorze autres communes, dans un délai de trois mois ». La date de juillet 2016 a été proposée.

Les incohérences de la CCVOL

Une certaine consternation régnait alors dans la salle du conseil. Un débat s’en est suivi sur les incohérences de la CCVOL (voir notre vidéo à venir dans l’après-midi). Pour Carole Blanco-Hercelin,  qui rappelle que Malestroit donne accès au complexe sportif gracieusement, il faudrait revoir l’attribution des subventions. Evelyne Guéret rappelle que cela a été accepté par la CCVOL lorsque Pleucadeuc l’a rejointe. « Où est la solidarité intercommunale quand Pleucadeuc reçoit 934.000 euros de la CCVOL et Lizio et Bohal environ 10.000 ? », renchérit Bruno Gicquello. Enfin, plusieurs conseillers, de même que le maire, ont rappelé l’essentiel, à savoir « le devoir de mémoire » à l’égard des combattants du Maquis de Saint-Marcel.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires