Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Malestroit. CCVOL : l’affaire du musée s’envenime

Publié le 27 octobre 2014

Malestroit. CCVOL : l’affaire du musée s’envenime

La décision de la CCVOL avait provoqué d'âpres discussion lors de la réunion (photo d'archives)
La décision de la CCVOL avait provoqué d’âpres discussion lors de la réunion (photo d’archives)

L’affaire du Musée de la Résistance de Saint-Marcel est loin d’être terminée. On pourrait même dire qu’elle prend de l’ampleur et pourrait à l’avenir plomber bien des sujets intercommunaux. En deux mots, rappelons que lors de sa dernière réunion, la communauté de communes du Val d’Oust et de Lanvaux (CCVOL) a décidé de prendre la compétence du musée. Jusqu’alors le musée de Saint-Marcel était géré par un SIVU, un syndicat intercommunal regroupant les deux communes de Malestroit et Saint-Marcel. Devant les difficultés que rencontrait le musée qui mettait en péril sa survie, un vaste plan de sauvetage a été mis en place par l’Etat impliquant la participation de différentes instances. La mise en oeuvre de ce plan était soumis à une ultime condition : que le musée soit transféré du SIVU à la CCVOL. Le dossier a connu des aléas pour finalement venir au vote à la mi-septembre lors d’une soirée épique. La CCVOL a accepté de prendre la compétence du musée moyennant le versement d’une somme de 20 000 euros par Malestroit et Saint-Marcel. Jusque là tout allait à peu près bien. Le clash est intervenu quand Malestroit et Saint-Marcel se sont aperçus qu’il n’y avait aucune limite dans le temps au versement de leur contribution, alors qu’ils demandaient à ce que ce soit pour 5 ans.

Et là, les maires et les élus de Malestroit et de Saint-Marcel avaient laissé exploser leur colère et leur indignation, mais la décision avait été prise par la CCVOL. On peut vous dire aujourd’hui que la plaie est loin d’être refermée. Elle s’est même agrandie, jeudi dernier au cours d’une réunion de la commission économique de la CCVOL. On n’a pas tous les détails, mais il a été question de la création d’une sorte de cellule économique divisée en plusieurs catégories, dont une consacrée au numérique. Tous les yeux se tournaient évidemment vers Christian Guillemot. Mais ce dernier aurait indiqué que, compte tenu de la décision « injuste » prise par la CCVOL pour le musée (le paiement à vie des 20 000 euros) il ne souhaitait pas s’impliquer dans ce projet.

Et de nouveau, le musée est venu pimenter la réunion. Interrogé par nos soins sur cet incident, Christian Guillemot confirme que l’affaire du musée laissera des traces pour longtemps. « On s’est aperçu qu’en quelques mois, notamment depuis que Joël Leveau (ndlr: le maire de Saint-Marcel) suit de près le fonctionnement du Musée, la situation de celui-ci s’est améliorée et on pense raisonnablement qu’en appliquant une meilleure gestion le musée aurait pu retrouver l’équilibre. Ceci dit, nous sommes clairement favorables au transfert du musée à la CCVOL, c’est logique. On comprend également que Malestroit et Saint-Marcel financent la période intermédiaire des travaux. Mais c’est injuste qu’à l’issue de cette période, seules deux communes sur seize doivent financer les éventuels déficit », explique-t-il. « Nous ne remettons pas en cause le transfert mais nous demandons qu’il y ait un nouveau vote sur les conditions de ce transfert », appuie Christian Guillemot.

Christian Guillemot : « Nous nous battrons ad vitam aeternam« 

Lors de la réunion de la CCVOL, Joël Leveau avait utilisé le terme « à perpét » pour dénoncer le versement sans limite de durée des 20 000 euros. Aujourd’hui du côté de Malestroit on utilise plus volontiers le terme d »ad vitam aeternam« , plus politiquement correct. Mais peu importe, Christian Guillemot laisse planer le risque d’un conflit de longue durée. « Puisque nous sommes condamnés à payer ad vitam aeternam, alors nous nous battrons aussi ad vitam aeternam contre cette décision… », dit-il. « Cette décision est injuste. Il s’agit d’argent public. Nous avons le devoir vis à vis de nos administrés de défendre sa bonne utilisation. Aujourd’hui, les gens que nous rencontrons dans la rue, dans les réunions expriment leur écoeurement. Souvent on nous dit que « ce musée nous coûte trop cher, il n’y a qu’à le fermer ». Voila où on en est… », explique Bruno Gicquello, le maire de Malestroit.

Il y a quelques jours, Alain Launay, le président de la CCVOL a fait parvenir une lettre aux élus des deux communes dans lequel le bureau communautaire prend l’engagement moral de revoir la situation dans 5 ans. Une main tendue? « Cette lettre ne veut rien dire. Nous ce qu’on veut, c’est une nouvelle délibération », tranchent Christian Guillemot et Bruno Gicquello, laissant entendre que cette situation pourrait gravement nuire au fonctionnement future de la CCVOL et contribuer à faire dégénérer encore un plus une ambiance déjà délétère à la communauté. Mais pas seulement. Il ne serait pas impossible que les vagues du musée se fassent ressentir dans bien d’autres domaines et viennent par exemple, pourrir le climat des prochaines élections cantonales.

Enfin les élus de Malestroit semblent déterminés à s’adresser à leurs administrés via la presse afin de bien expliquer leur position. C’est ce qu’ils ont annoncé lors de la commission de jeudi dernier.

 

Le son et lumière compromis?

Les communes de Malestroit et Saint-Marcel travaillent ensemble à l’organisation d’un spectacle son et lumière de grande ampleur l’année prochaine au musée, dans le cadre des cérémonies commémoratives. Aujourd’hui, Bruno Gicquello ne cache pas qu’il s’interroge sur l’opportunité de poursuivre ce projet. « Il représente une forte somme d’argent et si, pour une raison ou une autre, le succès n’est pas au rendez-vous, alors cette somme viendrait s’ajouter aux 20 000 euros qu’on nous force à payer. Tout cela demande réflexion… », explique le maire de Malestroit.

 

4 commentaires "Malestroit. CCVOL : l’affaire du musée s’envenime"

  1. Il me semble que le Musée De La Résistance, au titre de la reconnaissance nationale doit être réhabilité et défendu.
    Celui-ci, sous compétence du s.i.v.u. Malestroit / St Marcel est depuis peu tombé dans le giron de la c.c.v.o.l. avec une délibération digne de la solidarité intercommunale.
    Sous couvert d’arrêtés préfectoraux, le directoire de la c.c.v.o.l demande à ces deux communes de payer…. Après quoi, nous pourrons en discuter, beau et haut niveau démocratique…
    Quand il suffit de mettre la main à la poche de l’union intercommunale, nombreux sont les élus qui tournent la tête en pensant intrinsèquement parlant “ chacun chez soi et les vaches seront bien gardées “.
    Afin d’apaiser les tensions, assainir ce climat délétère dixit l’article des infos du pays gallo, différentes propositions s’offrent à notre directoire intercommunal pour consolider ce musée :
    • Réduction de 50% de leurs indemnités intercommunales.
    Avec cette mesure…le financement annuel est trouvé…. Je vois déjà certains qui s’étouffent !!

    • Réduction des dépenses de la grandiose résidence intercommunale.
    J’en vois d’autres qui s’insurgent !! Mais non, notre train de vie est très modeste….

    D’autres coupes budgétaires sont possibles, des abus inconsidérés doivent être contrôlés, la liste n’est pas exhaustive mais je ne souhaite pas être désagréable, outrepasser en quelque sorte les préceptes de la courtoisie verbale…
    J’espère que ma vision un tant soit peu utopique d’aujourd’hui pourra être considérée comme une réalité demain.
    Je ne rêve pas !!
    Enfin, Gustave Le Bon disait : “Dans une guerre prolongée, il arrive un moment où vaincu et vainqueur étant également ruinés, les indemnités exigibles du vaincu ne peuvent jamais compenser les pertes subies par le vainqueur“.

  2. Bonjour,
    quelques questions:
    quel est le déficit de fonctionnement des trois dernières années et la fréquentation(payante et non payante)
    quel est le projet du futur musée (identique à l’actuel , animation style accro branches, jeu de rôles numériques etc)?
    Si il n’y a pas de véritable projet on peut se contenter d’animations ponctuelles , bourse aux armes , son et lumière en juin etc car il y a certainement d’autres priorités telle le haut débit .
    Enfin il est déplorable que ce sujet se transforme en querelle de chapelles et devienne un moyen de pression .

  3. Une idée parmi d’autres : à l’heure où des collectivités territoriales font le choix du financement participatif pour restaurer des bâtiments publics ou créer de nouveaux investissements, la CCVOL ne devrait-elle pas s’emparer de cette formidable opportunité pour trouver de nouvelles ressources ? Il y a sûrement de multiples partenaires associatifs ou institutionnels, et bien sûr de particuliers qui, partout en France, seraient philosophiquement, sentimentalement ou amicalement prêts à contribuer, pour quelques dizaines d’euros chacun, à pérenniser ce formidable lieu de mémoire et compenser l’anormale contribution supposée devoir être portée par Malestroit et St-Marcel !

    1. votre proposition est parfaite je suis prêt à vous aider dans cette optique en tout cas bravo à vous il y a certainement des milliers de personnes physiques et/ou morales susceptibles de soutenir votre projet surtout ne lachez pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires