Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Taupont / Ploërmel. Fibromyalgie: elle témoigne : »le sport m’a sauvée… »

Taupont

Publié le 14 septembre 2022

Ploërmel. Fibromyalgie: elle témoigne : »le sport m’a sauvée… »

Josiane Quatreville, domiciliée à Ploërmel, souhaite apporter son témoignage sur une maladie encore mal connue, et au diagnostic, le plus souvent, très long : la fibromyalgie. Josiane en a souffert longtemps, depuis l’âge de 42 ans. Elle a aujourd’hui 61 ans et voit enfin le bout du tunnel… 

Elle témoigne aujourd’hui pour donner de l’espoir aux personnes qui souffrent de fibromyalgie et s’adresse à eux, pour leur dire : « Je m’en suis sortie, le sport m’a sauvé ! Il faut bouger ! Reprenez espoir et courage. Ne restez pas sédentaire. Ce sera votre tour de guérir à vous aussi… ». Aujourd’hui,  elle va bien dans l’ensemble et raconte le parcours du combattant, qu’elle a vécu…

Un message important au moment de la rentrée qui est aussi celui des bonnes résolutions parmi lesquelles figurent souvent le sport. Ce témoignage montre que la pratique sportive est aussi un gage de bonne santé…

Depuis 1978, Josiane travaillait à la chaîne dans une entreprise agro-alimentaire. Elle mettait des œufs en cartons et il lui arrivait aussi de porter des charges lourdes : ce métier demandait du rendement.

« En 1996, je souffre de douleurs dans tout le corps et je suis hospitalisée. Les médecins soupçonnent une sclérose en plaques ». La même année, Josiane fait des tendinites à répétitions, qui la mènent à une cure thermale de 3 semaines. « A mon retour de cure, je n’ai aucune amélioration. J’ai l’impression d’avoir un rouleau compresseur sur le dos !”. En septembre 2003, son médecin généraliste, le docteur Jean-Michel Barreau, aujourd’hui vice-président à la santé à Ploërmel Communauté, pense à la fibromyalgie : ces douleurs liées à des médiateurs chimiques dans le cerveau. Il envoie Josiane consulter un spécialiste et en février 2004, le professeur Roy, de la clinique La Sagesse à Rennes, confirme le diagnostic du généraliste. Sur les 18 points gâchettes (points clés de la douleur), 16 sont positifs. “Etant incapable de poursuivre mes activités, je suis licenciée médicalement en septembre 2004 et je commence le protocole de soins au centre anti-douleurs de Ploërmel, auprès du docteur Caroline Colomb ». 

Josiane devient membre de l’association Les Fibromyalgiques de Bretagne, à Vannes. Elle participe aux conférences pour partager son expérience avec d’autres patients. Plus tard, elle animera des séances pour témoigner et aider à son tour… 

Après ces années noires, Josiane rebondit en 2007 et commence à se lancer dans les activités physiques, comme lui conseillent les médecins. Ce sont elles, qui vont la sauver. « J’ai commencé par des cours de gymnastique douce pour réadapter mon corps à l’effort, puis j’ai participé à des randonnées, sans faire de compétition, mais pour bouger simplement et pour faire des rencontres. L’échange avec les autres m’a enrichie, et  plus encore quand il s’agit de contact intergénérationnel. J’ai ensuite ajouté une autre discipline, la marche nordique », poursuit-elle.

La même année, c’est aussi le retour à la vie professionnelle pour Josiane, avec la reprise d’un travail à temps partiel. Elle devient agent d’entretien de bâtiments dans la collectivité, à la mairie de Ploërmel. Elle est alors entourée de personnes sportives et de franches camaraderies. Elle a moins de stress et est mieux dans son corps. « Je ne prends plus de  traitement de fond, juste des anti-douleurs en cas de crise. Je suis repartie sur le chemin de l’activité ». Année, après année, son état douloureux diminue ! Elle va de mieux en mieux…

Depuis de nombreuses années maintenant, Josiane Quatreville est bénévole dans plusieurs associations caritatives sur Ploërmel : La Croix-Rouge ; La Bonne Cause (Téléthon) ; L’association Cœur et santé, où elle est animatrice et où elle pratique du sport en salle : renforcement musculaire, rameur et tapis de marche. Josiane est aussi animatrice à Rando Plo, pour des randonnées de bien-être, présidée par Françoise Barais. Elle parcourt 6 km en 2 heures, 2 fois par mois. Quant à l’ESEM, le club d’athlétisme, après la marche nordique elle a fait de la course à pied, mais qu’elle a dû hélas interrompre pour un problème de genoux. Pour Josiane, s’investir dans des associations, est aussi une façon de prendre du bon temps, de favoriser le contact et les échanges et de bouger…

Aujourd’hui, Josiane Quatreville est toujours en activité à l’entretien du Pôle des sports. Elle prendra sa retraite fin 2023 ! Elle ne voit plus de médecins pour la fibromyalgie…

 “De part mon témoignage, je souhaite aider les personnes atteintes de cette maladie invisible, de ce syndrome tellement douloureux et invalidant. Je veux faire passer ce message : celui de l’espoir d’aller mieux, d’aller bien et de dire aux malades de fibromyalgie, que ce sera aussi leur tour de retrouver le chemin de la vie. Surtout ne soyez pas inactif .. », nous dit-elle…

Mais qu’est-ce que la fibromyalgie ?

Malgré des avancées notables depuis 2016, la fibromyalgie, aujourd’hui encore, est diagnostiquée tardivement après une longue errance médicale…

C’est un ensemble de symptômes douloureux, qui provoque une fatigue immense, pouvant entraîner le patient, jusqu’à l’handicap. Elle n’est reconnue, comme pathologie à part entière, que depuis 2006 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et par l’Académie de médecine. Pourtant, 14 millions de personnes en souffrent en Europe, dont plus de 2 millions de Français. Les femmes sont plus concernées que les hommes et les enfants, en raison de leurs particularités hormonales : le plus souvent à partir de 40 ans…

Les symptômes sont des douleurs diffuses, musculaires, cervicales, dorsales, lombo-fessières, un syndrome rhumatismal. La douleur est constante, et devient chronique ! Elle évolue par intermittence, avec des rémissions, puis des périodes de crises, mais toujours avec sur fond douloureux persistant.
Les causes sont diverses : une chute, un accident, un traumatisme physique, mais aussi un traumatisme psychique, qui remonte parfois à l’enfance. Un choc affectif peut aussi en être la cause, comme un deuil, un divorce, une perte d’emploi, etc…

Chaque patient atteint de fibromyalgie à un diagnostic long avant de trouver les soins les plus appropriés à son cas, et chaque patient réagit différemment au traitement. La sédentarité peut favoriser les poussées douloureuses, donc l’activité physique est préconisée pour tous. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires