Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. Par qui est occupée l’ancienne Maison de l’eau et de la pêche ?

Oust à Brocéliande

Publié le 14 novembre 2021

Malestroit. Par qui est occupée l’ancienne Maison de l’eau et de la pêche ?

KODAK Digital Still Camera

La Maison de l’eau et de la pêche a fait partie du patrimoine naturel pendant plus de 25 ans, installée par  l’Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA)…

En ce début  d’année 2021 la municipalité, propriétaire du bâtiment, a attribué un autre local aux pêcheurs et l’ancienne Maison de l’eau et de la pêche est devenue un lieu destiné à l’artisanat d’art !

4 artisans se partagent les lieux et la location. “Nous avons chacun notre espace, mais l’idée est de pouvoir un jour bénéficier d’une séparation, peut-être d’un box ?”

Il y a un mois, nous avions rencontré Michel Lautier, qui s’y est installé en qualité de généalogiste professionnel : à retrouver sur : https://www.lesinfosdupaysgallo.com/2021/10/09/malestroit-il-cree-son-entreprise-en-genealogie-et-histoire-bretonne/

Aujourd’hui, nous rencontrons les 3 autres créatrices !

Françoise Bourseul et sa bijouterie-Joaillerie “Lonille” :

Installée depuis le mois d’août dernier, Françoise s’est inspirée du prénom de sa grand-mère Léonie, que son grand-père appelait Lonille, pour désigner sa boutique !

La bijoutière propose plusieurs prestations :

-La première activité est la création personnelle de bijoux en argent, qui sont mis ensuite à la vente : colliers, pendentifs, bagues, boucles d’oreilles, bracelets. “Pour le moment, cette confection est surtout orientée vers la femme !” nous dit Françoise…

– Pour l’or et pour les pierres : rubis, quartz rose, diamants, la fabrication passe par la commande. Toute demande est personnalisée, pour les hommes, les femmes et les enfants ! “Soit le client(e) a un choix bien précis, bien arrêté, soit nous échangeons pour décider ensemble de la création ! Il m’arrive que le client me donne le feu vert et j’imagine la création seule !” explique Françoise, qui montre une pierre violette : lapis lazuli ! Elle va en faire, suivant son idée, une sorte de talisman porté en pendentif, pour le client qui le lui a confié !

En ce qui concerne la pierre émeraude, la bijoutière prépare le métal, mais fait appel à un sertisseur, car la pierre est très fragile. Elle nous indique, cependant, que le diamant est la pierre la plus facile à travailler, car elle est dure et donc moins fragile !

-Françoise propose également le nettoyage et les réparations des bijoux usés ou cassés, les transformations et agrandissements des corps de bague ou autre, elle repolie les pierres, etc… Elle n’utilise que des produits écologiques et bannit l’acide sulfurique ! Quant à l’ammoniaque, il est en substitut écologique…

Pour la matière première utilisée, soit c’est la clientèle qui la fournit, soit elle s’approvisionne chez un fournisseur national ! : Cookson-Clal

Françoise Bourseul est une ancienne élève de l’école de bijouterie Tané de Ploërmel. C’est là qu’elle a obtenu son CAP en 2016…

 Contact Bijouterie Lonille : 06 99 73 30 97 ou bijouterielonille@gmail.com

Fabienne Champcenest a créé La Dame aux pigments :

Fabienne s’est installée en septembre 2021. Sa profession est enlumineur(e) de France. Elle crée des illustrations et des ornementations, s’inspirant des manuscrits du Moyen-âge. Elle réalise des calligraphies suivant des textes, des poèmes, toujours en lien avec le Moyen-âge et ses différentes périodes et styles : le style carolingien, le style roman, le style insulaire, le style transition du 13ème siècle, vers le style gothique. L’enlumineur(e) s’aide aussi des légendes arthuriennes et du livre manuscrit médiéval irlandais : le livre de Kells, connu aussi sous le nom de Grand Évangéliaire et conservé à Dublin…

“Je réalise des créations personnelles, mais je réponds à des commandes personnalisées pour des particuliers (par exemple la décoration autour d’un prénom), pour des associations, voire des municipalités…”

Fabienne travaille avec des pigments et des pinceaux, sur du papier cartonné, des feuilles d’or et sur du parchemin, comme au Moyen-âge, fait en peau de mouton ou de chèvre…

Fabienne Champcenest a suivi une formation de 2 années à l’Institut Supérieur Européen de L’Enluminure et du Manuscrit (ISEEM) à Angers, de 2011 à 2013.

Une autre formation à Vannes en 2019 et 2020 lui a permise de devenir Designer graphiste. Pour clore la formation, il lui a été demandé de rédiger un manuscrit sur un thème de son choix. Fabienne a choisi le texte et l’illustration de la vie d’Aliénor d’Aquitaine ! Avec ce chef d’œuvre, elle a obtenu son diplôme…

Contact : 06 73 74 38 58 ou fablyluz@msn.com

Vanessa Bunet a créé Verre à la flamme :

Vanessa est perlière d’art ! Elle s’est installée aussi en septembre dernier.

“C’est un métier très ancien, puisqu’il remonte à 3000 ans avant J.C, lorsque l’homme invente le verre ! Aussitôt il crée des perles en verre !” nous dit Vanessa…

Les perles ici sont en verre et contemporaines, travaillées cependant avec les techniques ancestrales ! La perlière utilise des tiges (des baguettes) de verre aux diamètres différents, aux couleurs variées. Le verre est européen et provient de France, d’Italie et d’Allemagne. Les tiges monochromes sont opaques, transparentes. Elles sont travaillées au chalumeau ! “J’introduis la tige de verre dans la flamme, jusqu’au point de fusion qui est de 1000 degrés. Le verre coule autour du mandrin en inox, puis s’enroule avec les mouvements rotatifs de mes 2 mains, celle qui tient la tige et l’autre qui tient le mandrin…” détaille Vanessa. Elle ajoute que le travail se fait à chaud et en une seule fois, qu’il prenne quelques minutes ou des heures, suivant la pièce souhaitée ! Les perles fabriquées sont toutes recuites une seconde fois dans un four à 500 degrés pour les solidifier, avant d’être montées sur des bijoux !

Vanessa Bunet a 20 ans de métier derrière elle ! Elle a exercé sa profession dans une entreprise familiale dans l’Essonne pour la fabrication de perles dans la Haute couture. “C’était de la production, un travail monotone mais qui m’a permis d’acquérir les bases du métier, les gestes de rapidité et donc une grande expérience !” 

Vanessa devient meilleure ouvrière de France en 2015, lors du premier concours ouvert à la perle de verre !

Aujourd’hui, elle est formatrice et donne des cours, dans son atelier, pour débutants ou confirmés : des stages à la journée ou à la carte…

Contact : 06 64 64 86 33 ou vanessa.bunet@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires