Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de GUER / Saint-Malo de Beignon / Ploërmel-Saint-Marcel. Le héros de la Résistance retrouve son camion

Saint-Malo de Beignon

Publié le 17 mars 2021

Ploërmel-Saint-Marcel. Le héros de la Résistance retrouve son camion

Marcel Bergamasco a fêté ses 96 ans, dimanche. Il est l’un des derniers Résistants ayant combattu à Saint-Marcel. Son entrée dans la résistance a débuté dès ses 15 ans. En mars 1944, il participe à son premier sabotage. Il poursuit ses missions de résistant en tant que conducteur au sein de la compagnie de transport du camp de Saint-Marcel en juin, notamment lors de la bataille de Saint-Marcel, le 18 juin 1944. Il a ainsi eu l’occasion, à de nombreuses reprises, de conduire un camion U23 à système gazogène, tel que celui que le Musée de la Résistance de Bretagne vient de rentrer dans son hall encore en chantier.

Le Musée de la Résistance de Bretagne a souhaité faire un cadeau d’anniversaire un peu spécial à ce héros de la résistance. Ce mercredi en début d’après-midi, Tristan Leroy, le conservateur du Musée, l’a accueilli pour lui faire visiter le chantier et il lui a présenté ce véhicule entièrement rénové. Un grand moment d’émotion et de mémoire car à l’approche de ses 100 ans, Marcel Bergamasco garde bon pied, bon oeil et tous ses souvenirs intacts « comme si c’était hier ». A l’invitation de Tristan Leroy, il a pu expliquer sans l’ombre d’une hésitation comment on démarrait un camion à gazogène et il a relaté quelques aventures vécues pendant la guerre au cours desquelles il a frôlé la mort (voir notre vidéo, ci-dessous).

Marcel Bergamasco, 96 ans aujourd’hui, n’a jamais accepté l’idée que la France, la Bretagne soient envahies puis occupées par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. Dès juin 1940, il entre en résistance, sans même le savoir ! Il s’oppose à l’occupation par des gestes simples en crevant par exemple les pneus des véhicules allemands, alors qu’il n’a que 15 ans ! Rapidement, il rejoint le groupe de résistants de Ploërmel et œuvre dans des actions organisées en compagnie de Louis Chérel, André Pondard, Henri Calindre, Jean Daniel, etc… Marcel est actif dans tous les combats : destructions des voies ferrées, des lignes électriques et téléphoniques, transports d’armes et de munitions, ravitaillement des camps de résistants en denrées alimentaires et en armes, réception des containers des parachutages, embuscades et pièges individuels à l’égard de l’ennemi. Avec le groupe de Ploërmel, il rejoint les groupes de résistants de Montertelot, de Quily et du Roc-Saint-André, sous le commandement de Emile Guimard…

Marcel connaît aussi l’arrestation, l’emprisonnement et la torture début juin 44, avant de s’évader et de prendre part le 18 juin à la terrible bataille de Saint-Marcel… Dans une prochaine vidéo, il nous racontera certains de ses faits d’armes.

Aujourd’hui encore, et depuis le décès de Jean Daniel en 1998, Marcel Bergamasco est le président de l’Amicale des anciens FFI secteur Ploërmel, créée en 1946. Marcel est aussi membre à l’UNC Taupont/Ploërmel. Au noms de ces 2 associations, Marcel Bergamasco est présent à chaque commémoration officielle à Ploërmel, que ce soit pour célébrer l’hommage aux déportés fin avril, pour fêter le 8 mai, le 18 juin, le 14 juillet ou le 11 novembre, il fait honneur à l’assemblée par sa présence. Il lui arrive parfois de prendre la parole pour un moment d’émotion!

Le 8 mai 2018, Marcel Bergamasco, en présence de son ami Félix Rouault, ancien FFI comme lui, remettait le drapeau des FFI à la mairie de Ploërmel, en sollicitant cependant Patrick Le Diffon le maire, de pouvoir en conserver l’usage, pour les obsèques des derniers résistants. Le drapeau de 1946 est depuis exposé dans une vitrine à la mairie : drapeau de l’Amicale des FFI et CVR (Combattants Volontaires de la Résistance) qui devient l’Armée secrète.

Marcel Bergamasco est chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du mérite. Il est titulaire de la Croix de guerre 39/45, de la Croix du combattant volontaire 39/45, de la Croix du combattant, de la Croix du combattant volontaire de la Résistance, du titre de Reconnaissance de la nation et de la médaille de la Libération 39/45.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires