Carentoir. Quand l’égalité filles/garçons devient un jeu

Promouvoir l’égalité hommes-femmes. Non, il ne s’agit pas du thème d’un colloque très guindé. C’est tout simplement un des axes sur lequel travaillent les structures de l’OBC  accueillant des enfants. Car c’est peut-être là que les esprits peuvent vraiment évoluer. “C’est un thème que nous avons à coeur de développer et d’ancrer dans nos habitudes de fonctionnement et de vie”, résume Mathilde Rigaud, la directrice des tickets loisirs de La Gacilly-Carentoir. Mais comment donner une dimension concrète à ce thème? Il y avait d’abord une conviction profonde de son importance, mais s’est en participant à une formation organisée par la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) du Morbihan à Vannes il y a quelques semaines sur le thème de l’égalité filles/garçons que Mathilde Rigaud explique avoir trouvé les clés qui lui manquaient pour donner forme à ce projet.

Du coup, le projet de stage d’arts plastiques que prévoyait la directrice pour ces vacances scolaires de février a pris une autre dimension avec la complicité de l’animatrice de ce stage Anita Morin, une artiste de Peillac. Initier les enfants au dessin, oui, mais pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour les faire progresser sur le chemin de l’égalité filles/garçons? L’idée est née de créer un jeu de société inspiré du jeu Mistigri qui s’appuie sur ce thème. Les enfants ont donc imaginé et réalisé des cartes illustrant cette égalité en créant des “paires” partageant les mêmes valeurs: un cuisinier/une cuisinière, un footballeur/une footballeuse, etc… Le but du jeu étant de reconstituer ces duos, le perdant étant celui qui reste avec dans la main, la seule carte n’ayant pas son binôme… L’enjeu de ce stage était aussi que les enfants s’approprient le projet et lui donne forme avec leurs propres idées et réalisent eux-même les dessins, histoire de bien faire entrer dans les esprits cette notion d’équivalence hommes/femmes. Deux jours ont suffi au groupe de 8 enfants inscrits à ce stage pour construire la maquette de ce jeu avec les conseils éclairés d’Anita Morin.

Mais l’aventure ne s’arrête pas là. Car l’objectif pour Mathile Rigaud est de faire en sorte que ce jeu soit imprimé à 70/80 exemplaires qui seront ensuite mis à la disposition des écoles et des centres de loisirs du territoire de l’OBC et pourquoi pas que l’initiative retienne l’attention de la CAF pour qu’elle soit plus largement diffusée. Avec au final une seule ambition: faire progresser l’égalité hommes/femmes pour en faire un nouveau mode de vie assumé et bien vécu par toute une société dont les enfants d’aujourd’hui seraient les bâtisseurs.

 


'Carentoir. Quand l’égalité filles/garçons devient un jeu' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.