OBC. Une passerelle entre l’économie et l’éducation pour faciliter l’emploi

Faire correspondre l’offre et la demande d’emploi… Même en pleine crise sanitaire, ce problème reste d’actualité sur le Pays de Ploërmel où le marché de l’emploi est toujours très vigoureux. Sauf pour quelques secteurs touchés de plein fouet par la crise, les entreprises recrutent  et sont toujours confrontées à l’inadéquation entre les postes qu’elles cherchent à pourvoir et la formation des demandeurs d’emploi. “La moitié des personnes qui se présentent chez nous sont issues des métiers de bouche ou de l’agriculture et ne sont donc pas du tout formées à l’industrie. Nous devons donc assurer leur formation…”, témoigne Dominique Lamballe le patron de l’entreprise Fenètréa de Beignon. Une inadéquation qui se ressent aussi parmi les jeunes à l’issue de leur scolarité. “Il y a en fait moins de 1 candidat sur 5 qui sont prêts à occuper nos postes…”, ajoute le chef d’entreprise, gros pourvoyeur d’emplois sur le bassin de Ploërmel. Car Fenètréa recrute une cinquantaine de personnes par an. Face au problème, Fenétréa développe une stratégie résolument orientée vers la formation à tous les niveaux. “On y croit beaucoup”, insiste Dominique Lamballe qui s’interroge toutefois “on peste tout le temps parce qui arrivent sont mal formés, mais peut-être que finalement on ne fait pas toujours ce qu’il faut pour éviter cela”.

Et si la solution venait d’une prise en compte globale de cette problématique? C’est à partir de cette analyse que l’OBC, sous l’impulsion de son président, Jean-Luc Bléher a décidé de lancer une initiative en mettant autour de la table les différents acteurs concernés par le sujet. Ce mardi après-midi, les représentants de plusieurs établissements scolaires du territoire, des chefs d’entreprise et le président de l’OBC (*) se sont retrouvés chez Fenètréa pour jeter les bases d’une nouvelle façon d’aborder ce problème. “L’OBC travaille déjà en amont mais il faut aussi que nous soyons présent en aval. Il s’agit tout à la fois de gérer les parcs d’activités, mettre en place une navette, d’aménager un immeuble pour recevoir des étudiants et des salariés, mais aussi de rassembler les acteurs du monde économique et des établissements scolaires. Nous voulons créer une passerelle permettant de mieux connaitre les métiers existants, les formations, les besoins de main-d’oeuvre des entreprises et de rapprocher l’offre et la demande d’emploi. C’est pour y parvenir que nous avons proposé aux entreprises et aux établissements scolaires de créer une plateforme internet pour fédérer tous ces éléments”, souligne Jean-Luc Bléher.

Et c’est la cité scolaire de Brocéliande qui est à la manoeuvre pour concrétiser ce projet. Son équipe pédagogique et ses étudiants sont chargés de créer ce site internet et de le gérer. Un défi que Bernard Luyckx, le proviseur de la cité relève avec un enthousiasme non dissimulé. “Il est très important de se dire qu’on a intérêt à se rapprocher autour de l’emploi que c’est le coeur de nos préoccupations. Il faut qu’on apprenne à mieux se connaître, à travailler ensemble. Et ça va au-delà de la formation, cela touche à la manière d’être des futurs employés que nous préparons”, insiste Bernard Luyckx. Ce dernier est très attaché à tisser des liens entre le monde de l’éducation et celui de l’entreprise mais aussi à transmettre une certaine culture de l’entreprise aux étudiants que forme la cité scolaire Brocéliande. Il l’avait déjà dit il y a quelques mois en recevant les membres du Cèdre, le club d’entreprises du secteur de Guer. 

Ce mardi, le cahier des charges du futur site internet a été signé par les différentes parties prenantes. Il devrait être opérationnel à la fin de l’année scolaire, donc avant l’été.

(*)OBC, entreprises Fenètré et  Celvia, Cité scolaire Brocéliande, lycées La Mennais et La Touche, colléges Yves Coppens de Malestroit, Saint-Maurice de Guer


'OBC. Une passerelle entre l’économie et l’éducation pour faciliter l’emploi' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.