Guer. Emploi: Mix Buffet teste le covoiturage solidaire

 

La plupart des entreprises du bassin d’emploi de Ploërmel sont confrontées à des difficultés de recrutement considérables. Inadéquation de la formation, taux de chômage très bas qui frise le plein emploi, difficultés de déplacement… Les causes à ce phénomène préoccupant sont multiples et se cumulent parfois. Des initiatives émergent de tous bords pour surmonter cet obstacle au développement économique. Collectivités locales et services préfectoraux font cause commune pour épauler les entreprises et trouver des solutions afin de vaincre ce cercle infernal.

C’est d’un groupe de travail associant la préfecture et l’Oust à Brocéliande communauté qu’est née une idée qui a retenu l’intérêt de la direction de Mix Buffet. Ce poids lourd économique implanté à Guer connait un fort développement et donc a des besoins quasi permanents de main-d’oeuvre -évalués à 300 personnes pour 2019. La difficulté pour d’éventuels candidats à l’embauche de se déplacer entre leur domicile et l’entreprise est identifié comme un frein majeur au recrutement. Mix Buffet a donc décidé d’avoir recours à une solution innovante, le covoiturage solidaire, en faisant appel aux services d’une association spécialisée, Ehop qui rayonne sur la Bretagne et la Loire-Atlantique.

Ce vendredi après-midi, les représentants de cette association rennaise sont venus présenter le dispositif et le lancer officiellement lors d’une réunion à laquelle avaient été conviées toutes les parties prenantes de ce projet: direction de l’entreprise, représentants du personnel, agences d’intérim, pôle emploi, mission locale du Pays de Ploërmel, président de l’OBC…

Tout le monde connait le covoiturage « classique ». Le covoiturage solidaire ajoute une dimension sociale en valorisant les valeurs d’entraide et d »échanges de services entre salariés. Car ce covoiturage s’organise au sein d’une même entreprise. Ce sont des salariés qui proposent d’en transporter d’autres. Il s’agit d’une aide ponctuelle mais qui peut se prolonger dans le temps en fonction des envies et des besoins des uns et des autres. C’est l’association qui joue le rôle de plateforme facilitatrice, assurant la mise en relation entre les candidats covoitureurs et les salariés demandeurs. Ehop établit un fichiers des covoitureurs dans lequel elle puise pour trouver le trajet qui correspond à la demande. Si le salarié donne son accord, alors Ehop transmet ses coordonnées et ce sont ensuite les deux parties concernées qui se mettent en relation pour concrétiser leur accord. Le demandeur verse un dédommagement au conducteur mais qui couvre uniquement les frais de transport. Pas question pour ce dernier d’en tirer profit, ce serait contraire aux règles de la solidarité. Mais le conducteur trouve là un moyen de réduire sensiblement ses frais de transport, ce qui en ces temps de hausse des prix du carburant est un avantage non négligeable.

Une formule gagnant-gagnant: les salariés y trouvent le moyen de faire des économies et de pouvoir se rendre sur leur lieu de travail, et cela dans le cadre d’une relation qui peut être socialement enrichissante. Et l’entreprise voit sauter un des verrous à ses besoins de main-d’oeuvre. Et ça marche! Ehop travaille déjà avec l’entreprise morbihannaise Cité Marine, qui emploie 1200 personnes et dans laquelle une centaine de demandes ont pu être traitées, ou bien encore pour l’entreprise JPA de Josselin.

Avant le lancement de l’opération au sein de Mix Buffet, l’association s’est livrée à une analyse de la situation géographique de ses 869 salariés. Domiciliés dans 225 communes, ils se répartissent en deux catégories: 641 travaillent en horaires décalés et 228 en journées. Les premiers habitent dans la grande majorité dans un rayon de 20 km autour de Guer (Ploërmel, Carentoir, Beignon, Comblessac, Plélan le Grand, Maure de Bretagne), les seconds se répartissent essentiellement le long de la 4 voies sur les axes Rennes, Redon, Ploërmel, Josselin.

L’efficacité du dispositif  n’a pas soulevé de réticences majeures, tout le monde s’accordant à reconnaître qu’il fallait en observer le fonctionnement. « C’est un test, c’est tout nouveau, il faut que ça se mette en place… Il ne s’agit de toute façon pas d’une solution miracle, mais d’un élément de réponse », expliquent les représentants de Ehop qui procéderont à une évaluation régulière de son évolution. Mais d’ores et déjà des indices laissent penser que l »initiative peut parfaitement s’intégrer au fonctionnement de Mix Buffet. Rien qu’en mars, alors même que le projet n’en était qu’au stade de la réflexion, quatre demandes ont été formulées par les salariés. Une rapide étude faite par Ehop a permis de détecter plusieurs dizaines de réponses potentielles. D’où un certain optimisme exprimé par les partenaires.

Pratique:

Vous souhaitez devenir covoitureur solidaire chez Mix Buffet?

Rien de plus simple: sur internet, aller sur le site ouestgo.fr, dans l’onglet « inscription »

Par téléphone au 02.99.35.01.56.

 


'Guer. Emploi: Mix Buffet teste le covoiturage solidaire' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.