Accueil / Oust à Brocéliande / Coronavirus. Malestroit: Au Pont du Rock à l’heure des décisions

Oust à Brocéliande

Publié le 11 avril 2020

Coronavirus. Malestroit: Au Pont du Rock à l’heure des décisions

L’édition 2020 du festival Au Pont du Rock aura-t-elle lieu? Rien n’est moins sur. D’ailleurs le communiqué accompagnant l’annonce des derniers noms de l’affiche (lire ici) était toute en nuances et porteur de messages subliminaux qui ne trompent pas. Chaque jour de crise sanitaire qui passe, complique un peu plus la tache de l’association Aux Arts etc… qui en est l’organisatrice.  « Au regard du contexte actuel, il nous semble de plus en plus compliqué techniquement et moralement d’organiser un événement culturel de qualité et en toute sécurité pour nos festivaliers et nos bénévoles… La raison n’est-elle pas de le reporter à l’année prochaine? », s’interroge Laurent Bansse, le co-président du festival. La question fait débat au sein de l’association malestroyenne mais pas seulement.

Tous les festivals qui jalonnent l’été breton sont confrontés au même dilemme. Le festival Hellfest prévu fin juin, a annoncé mercredi son report. Depuis des semaines, les échanges se multiplient entre tous les organisateurs qui confrontent leurs points de vue. « Il y a une grande solidarité entre tous les festivals. Je suis moi-même en contact avec nos amis de Saint-Servant et Hélléan… », indique Laurent Bansse. Le tout-puissant syndicat des musiques actuelles (SMA) dont le Pont du Rock n’est pas adhérent mais qui fédère de nombreux festivals majeurs avec lesquels dialogue le Pont du Rock a demandé une clarification aux pouvoirs publics sur leur soutien ou la préparation de la sortie du confinement.

Le bureau de l’association Aux arts etc… se réunit pour mettre tous les éléments sur la table et prendre une décision définitive sur l’organisation ou pas de l’édition 2020 du festival du Pont du Rock. Cette décision pourrait faire l’objet d’une annonce commune de plusieurs festivals dans les tous prochains jours.

La perspective d’une prolongation du confinement qu’annoncera lundi le président de la République Emmanuel Macron ne plaide pas en la faveur de la tenue du festival. Car après le confinement, il y aura cette fameuse période de déconfinement dont l’organisation et la durée sont très incertaines. Et la saison s’avance. Il est peu probable qu’au mois de juillet, la vie aura repris son cours, « comme avant » et que le COVID 19 ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Comment dans ces conditions envisager de rassembler des milliers de personnes sur la digue, en respectant d’éventuelles mesures de distanciation ou les gestes barrières?

Sur le plan économique, l’ambiance risque de ne pas être très propice à une forte fréquentation du festival. De même l’espace VIP du festival qui rassemble des entreprises locales et qui constitue une source de financement importante pourrait ne pas faire le plein… « Les entreprises auront sans doute beaucoup d’autres problèmes à résoudre… », imagine Laurent Bansse qui se dit lui-même affecté par cette crise anxiogène. « C’est très compliqué de se projeter dans un contexte festif alors que chaque jour nous révèle l’ampleur des conséquences humaines de cette crise tant pour les victimes que pour tous ceux qui se battent pour les sauver ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires