Ploërmel. Gilets jaunes: ils continuent et s’organisent

Les concessions annoncées en fin de matinée par le premier ministre n’ont rien changé. Le groupe des gilets jaunes de Ploërmel est bien déterminé à poursuivre le mouvement. Trop peu, trop tard… sans doute mais aussi la volonté de « ne pas se faire avoir ». « On nous prend pour des cons… », lâche un des gilets jaunes ploermelais pour qui la ficelle est trop grosse. « On nous annonce un report de 6 mois, pour qu’on rentre chez nous et après ce sera fini ». Non, le message ne passe pas avec les représentants du pouvoir. Il y a quelque chose de cassé, d’irréparable.

Au rond point de la gare à Ploërmel, l’ambiance est paisible en ce mardi après-midi. Le discours solennel du premier ministre passe au second plan. Le matin, une délégation a été reçue par le maire de la ville Patrick Le Diffon et a obtenu de pouvoir bénéficier d’une alimentation électrique. « On pourra faire tourner le frigo, c’est une question d’hygiène », se félicite un des manifestants. Aujourd’hui, l’action elle se fera sur le papier. « Il faut qu’on s’organise pour que les gens comprennent bien qu’on n’a rien à voir avec les casseurs. Il ne faut pas qu’ils aient peur de nous… », analyse un des pionniers du mouvement à Ploërmel. Alors, les gilets jaunes ont commencé à élaborer une sorte de « charte du gilet jaune ». Un document qui fixera des règles, afin justement d’éviter une infiltration par des éléments perturbateurs qui pourraient nuire à l’image du mouvement. Quand ce travail sera terminé, les gilets jaunes diffuseront leur charte. « On va la rédiger en fonction de ce que nous sommes ici à Ploërmel. Mais peut-être que l’idée pourra être reprise ailleurs… »

Mais surtout, ces hommes et ces femmes ont appris à vivre ensemble et découvrent dans cette organisation improvisée un certain réconfort, une force qu’ils savourent. Régulièrement, ils reçoivent des dons de nourriture, un billet de temps en temps et puis, là, sous leur  chapiteau de fortune, ils reçoivent des visites improbables. Le directeur d’une grande surface est venu discuter avec eux, un autre cherche à les joindre… Il se murmure aussi qu’un bungalow pourrait peut-être venir remplacer le barnum chancelant.

« Vous êtes les bienvenus, même une heure », ce message s’inscrit en grosses lettres sur un panneau en bois. Là bas près de leur rond-point fétiche, autour du braséro, ils se construisent une nouvelle vie faite de solidarité, d’entraide, de complémentarité. Un peu comme une ébauche de cette nouvelle société faite de justice, de fraternité, d’égalité à laquelle ils aspirent et que sans doute beaucoup d’entre eux perçoivent comme un point de lumière au bout du tunnel.


'Ploërmel. Gilets jaunes: ils continuent et s’organisent' a 4 commentaires

  1. 5 décembre 2018 @ 14 h 16 min Lili

    Une alimentation électrique pour faire tourner un frigo !!! Et puis quoi encore, ils ne veulent pas un local en dur non plus !!! Je trouve ça scandaleux de la part d’un représentant de l’ordre public, qu’il soutienne le mouvement c’est une chose mais qu’il leur apporte une aide matérielle avec l’argent public ce n’est pas normal

    Répondre Signaler un abus

    • 5 décembre 2018 @ 21 h 51 min Zu Befehl ! Feuern

      Pour rappel, le prix du carburant devait augmenter de 3 centimes sur le gazole et 6 centimes sur l’essence au 1er janvier 2019.
      Cette hausse devait amorcer une série d’augmentations visant à atteindre 10 centimes supplémentaires sur l’essence en 2022, et 19 centimes sur le gazole.
      Selon Albéric de Montgolfier, rapporteur général de la Commission des Finances au Sénat, sur les 37,7 milliards d’euros de recettes que la hausse de la taxe carburants pouvait produire, « seuls 7,2 milliards » étaient affectés « à la transition écologique ».

      !! Sur les 37,7 milliards d’euros de recettes que la hausse de la taxe carburants pouvait produire, « seuls 7,2 milliards » étaient affectés « à la transition écologique ». !!

      Ces mesures soient suspendues.
      Bien LILI vous pourrez quand même si vous le souhaitez faire une donation à Bercy en fonction de vos pleins de carburants.

      Sinon… une pensée pour les GJ.

      A moins bien sur que vous ne vous déplaciez qu’en vélo, transport public et les voitures des autres (BlaBlaCar, mon Voisin, …).
      K’est ce qu’on marre.
      Pourvu que cela dure.
      Alain Hopennerf

      Répondre Signaler un abus

    • 5 décembre 2018 @ 21 h 52 min FAOUET

      Bien d’accord avec vous, de la pure démagogie de la part du maire ! De plus ces manifestations ne sont pas déclarées , que fait la police…. municipale … rien

      Répondre Signaler un abus

  2. 6 décembre 2018 @ 9 h 50 min Emile Duhaubois

    Les municipales sont proches, il faut être dans le sens du courant mais attention au retour de manivelle !!!

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.