OBC. Les temps forts du conseil communautaire

Nous avons diffusé en direct et en vidéo la réunion de l’Oust à Brocéliande communauté qui s’est déroulée jeudi soir à Guer. Voici quelques temps forts que nous vous proposons de suivre en particulier :

-A 12 mn 45, Jean-Luc Bléher, le président de l’OBC répond à l’association des Amis du musée de la résistance qui lui aurait reproché une certaine indifférence

-A partir de la 22è minute. Débat autour du montant des charges devant été payées par Malestroit et Saint-Marcel dans le cadre du transfert de compétences liées au musée. (lire également en cliquant ici)

-A partir de la 54è mn. Alain Launay présente différents dossiers économiques dont le projet de partenariat avec la région et un dispositif d’aides aux commerces

-A 1 heure 06, Paul Rodriguez développe le projet mis en place pour attribuer les subventions aux associations

-A 1 h 23, présentation du nouveau logo de l’OBC

-A 1 h 25, le maire de Sérent Alain Marchal exprime ses inquiétudes sur le salon du livre qui connait un grand succès sur sa commune et qui se trouve en concurrence avec deux autres salons similaires. Les réponses de l’OBC


'OBC. Les temps forts du conseil communautaire' a 1 commentaire

  1. 21 novembre 2017 @ 15 h 13 min Maël Storit

    La question de la participation au budget du Musée de la Résistance à St-Marcel demandée à la petite cité de (mauvais ?) caractère qu’est devenue Malestroit a été reposée par la nouvelle Communauté de Communes OBC puisqu’elle en assure désormais la responsabilité.

    C’était une occasion pour Malestroit de sortir par le haut du mauvais feuilleton que les membres de la précédente CCVOL ont subi de la part d’un maire entouré d’un ou plusieurs cabinets d’avocats qui s’est entêté sur une position dont les conséquences négatives pour la commune vont bien au-delà des aspects financiers.

    Sur ce plan, le point de désaccord s’élève à 9 000 Euros par an (différence entre le montant demandé et ouvert à la négociation par OBC de 20 000 Euros, et celui présenté d’emblée comme non négociable par le maire têtu de 11 000 Euros), montant nettement inférieur à celui du coût des avocats, mais que ce dernier « qui n’a rien à cacher » se garde bien de communiquer. Avec pour conséquences de faire perdre du temps et patience à certains élus et d’augmenter la facture en frais d’avocats pour Malestroit et OBC.

    Mais le plus grave est l’exaspération que son attitude doit susciter parmi les autres maires de la Communauté de Communes et qui se traduira de manière négative pour Malestroit sur des projets à venir.

    Les élus de la Communauté ont déjà pu apprécier le style théâtral et emphatique (et au final pathétique) de ce maire qui joue son rôle à plein temps.
    Entouré de ses adjoints les plus proches, il sait aussi pratiquer les congratulations mutuelles avec ces derniers en Conseil Municipal, par exemple sur les résultats obtenus sur des dossiers polémiques montés sans fondement qui ont aboutis à se voir confirmer des décisions déjà acquises, et annoncées dès le départ par le décideur (cf Schéma-cible de l’Hôpital de Malestroit défini par l’ARS Bretagne).

    En sera-t-il de même au sein d’OBC, notamment sur le sujet du Développement Numérique qui ressemble plus pour l’instant à un Silence Numérique en termes de communications et d’actions ?

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.