Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. Pont du rock : Jean-Paul, chauffeur de stars

Oust à Brocéliande

Publié le 31 juillet 2016

Malestroit. Pont du rock : Jean-Paul, chauffeur de stars

DSC_1568

En ce dimanche matin, lendemain de festival, c’est lui qui met un point final au festival du Pont du Rock. Jean-Paul Dubois est le responsable de l’équipe de chauffeurs, chargée de transporter les groupes, les chanteurs, les conducteurs de bus entre le festival, les gares, les aéroports, les hôtels.

« Le dimanche matin, c’est le moment le plus difficile. Car les musiciens se sont souvent couchés très tard et on a des heures de départ de trains ou d’avion qui sont parfois assez matinales. Souvent tout le monde dort le matin et c’est vraiment pas facile d’arriver à l’heure… », explique-t-il.

Jean-Paul Dubois vient de terminer sa mission 2016. « J’ai fini à 5 h 30 pour repartir à 6 h 45. La nuit a été courte. Maintenant, il nous reste les voitures à nettoyer… », nous a-t-il confié, tout à l’heure.

Jean-Paul Dubois, garagiste au Roc-Saint-André fait partie de l’association Aux Arts etc… depuis sa création. « Tout a commencé par hasard. Il a une douzaine d’années on s’est retrouvé dans l’obligation de transporter un artiste. Il n’y avait personne pour le faire. Moi, j’étais là et compte-tenu de mon métier, j’avais la voiture nécessaire. Voila, c’est parti comme ça… », se souvient Jean-Paul. Au tout début, seuls 2 ou 3 chauffeurs effectuaient les rotations. Aujourd’hui elle se compose de 7 chauffeurs et de 7 véhicules différents : minibus de location pour les groupes, voiture de luxe mise à disposition par Jean-Paul Dubois et le garage Renault de Ploërmel.

Une flotte qui ne reste pas inactive : chaque véhicule va parcourir environ 800 kilomètres pendant le festival de Malestroit à Vannes, Rennes, Nantes… Mais qu’est-ce qui pousse Jean-Paul à continuer? « Ce qui me plait, c’est le contact qui s’établit avec les artistes. La voiture, c’est un univers fermé, une sorte de bulle et cela créé une proximité, une relation privilégié. Moi, je vois les artistes sous un aspect totalement différent que les festivaliers. Je découvre l’être humain qui se cache derrière la vedette… », analyse Jean-Paul. Souvent, pendant le voyage dans ce vase clos, l’artiste se laisse aller à des confidences. « Parfois, ils me demandent de garder le secret sur une information. C’est une règle absolue, rien ne sort de l’habitacle », explique Jean-Paul qui collectionne les anecdotes.

« Un jour j’ai été chercher un artiste. Il m’a dit qu’il ne voulait personne d’autre pour le conduire. Je suis resté avec lui toute la journée… ». C’est aussi la drôle de mésaventure survenue à un groupe anglais. « Ils devaient rejoindre Rennes à bord d’un minibus de location. Sur la 4 voies, le véhicule est tombé en panne. Ils ont pu monter à bord de 3 autres voitures qui suivaient. Je les ai laissés à l’aéroport. Le soir je suis revenu pour un autre groupe et j’ai eu la surprise de les retrouver au même endroit : leur avion était tombé en panne! ». C’est encore ce chanteur américain, très sympa, mais plutôt costaud qui n’a jamais pu boucler sa ceinture de sécurité, celle-ci étant trop petite…

Et puis, il y a les clins d’oeil du destin. « Mon fils a réalisé le dernier clip de la chanteuse Izia. Il lui a dit que je l’avais conduite lors de son passage au Pont du Rock. Elle s’en est immédiatement rappelé et m’a envoyé un petit message. Le genre d’anecdote qui fait chaud au coeur… »..

Retrouvez nos reportages sur le festival dans notre édition Loisirs en cliquant ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires