Accueil / Ploërmel Communauté / Montertelot. Rencontre: l’écluse N°29 et son éclusier passionné

Ploërmel Communauté

Publié le 27 juillet 2022

Montertelot. Rencontre: l’écluse N°29 et son éclusier passionné

Plaisanciers, promeneurs, pêcheurs, cyclistes, cavaliers se partagent les bords du canal et le site de l’écluse N°29, à Montertelot. Des rencontres se font sur les berges et les voies de halage, tout au long de l’année, mais plus encore dès le mois d’avril et jusqu’à octobre, avec le tourisme fluvial et la navigation…

Daniel est agent d’exploitation des voies navigables en poste à l’écluse 29, depuis 2018. Il côtoie tout ce petit monde au quotidien et pour rendre ce lieu encore plus accueillant, l’éclusier a le don de la décoration…

Le métier d’éclusier consiste à gérer la régulation du trafic des bateaux et la manipulation de l’écluse qui est entièrement automatisée : ses vantelles, ses portes. La descente se fait en 10 minutes et la montée en 15 minutes. L’écluse fait 25 mètres de long. Daniel peut ouvrir l’écluse à 2 navires de 11, 60 mètres chacun, en même temps. Les navigateurs de passage à Montertelot sont, pour un peu plus de la moitié, des étrangers, avec une majorité d’Anglais, mais aussi des Hollandais, des Allemands et des Belges. Un ponton communal est réservé pour les navigateurs de passage en bordure du parc à Montertelot…

La journée de l’éclusier est remplie de contacts, de bonne humeur, car il dispose de temps libre entre chaque passage. Les rapports avec les usagers du canal sont chaleureux, car Daniel a aussi le rôle de renseigner les touristes à la recherche d’ informations pratiques…

Et comme Daniel est un passionné de décoration, il transforme le site autour de l’écluse, en un lieu touristique et attrayant et chaque été, les visiteurs peuvent découvrir des nouveautés. Outre l’entretien des espaces verts et du fleurissement qui font aussi partie de ses tâches, l’animation reste à la bonne volonté de l’éclusier. Ca tombe bien, car Daniel a le goût des créations manuelles, en bois : « j’ai commencé dès mon arrivée à mon poste à l’écluse, d’abord avec pour support des troncs d’arbres (comme le cerf ou le chien). Ensuite, la même année, j’ai créé un petit flamant rose pour le baptême de ma petite-fille Lyah. J’y ai pris goût et j’ai continué pour décorer le site de l’écluse ! ». Daniel travaille maintenant sur du bois contreplaqué, qu’il recouvre de peinture acrylique ou de vernis. Pour les yeux des animaux, il utilise des billes en verre. « Je capte l’image sur internet, avant de confectionner toute cette faune: lapins, chiens, oiseaux… Mon dernier sujet est le martin-pêcheur, et avant lui le pingouin pour remplacer l’ourson qui a été volé… » Depuis ce vol, Daniel rentre chaque soir son petit monde dans la maison éclusière, pour y passer la nuit, à l’abri des malveillances…

« Beaucoup d’écluses sont fleuries. Pour attirer l’oeil des visiteurs, il faut quelque chose d’autre de plus original ! J’ai donc aussi créé un potager au pied de l’écluse avec des courgettes, des salades, des concombres… » Et à l’arrière de la maison éclusière, des pieds de tomates viennent compléter les légumes du potager.

A la découverte de l’écluse N°29 et de la maison éclusière :

Le canal de Nantes à Brest s’étend sur 360 km. Il est lié à la rivière l’Oust à Montertelot, un petit bourg en pleine effervescence dès le 19 ème siècle, grâce à l’apparition de la navigation et de la construction de son écluse.
8 rivières y sont canalisées et le canal jalonne le parcours avec 236 écluses. L’écluse de Montertelot est la 29ème du parcours…
Histoire :
C’est en 1804, que la construction du canal est décidée ! Les travaux ne sont réalisés, cependant, qu’entre 1822 et 1836. Le creusement se fait sous Napoléon 1er et l’inauguration sous Napoléon III. Le canal est mis en service en 1842. Le commerce afflue avec le transport de marchandises. Le débarcadère est mis en fonction à Montertelot en 1869. On y charge et décharge du bois de chauffage, des tentures, des céréales, du pain, des épices, des pommes, des agrumes, des tôles et du sable de Loire.

En 1886, on constate que la maison de l’éclusier n’est pas en face de l’ouvrage ! Elle ne permet donc pas une surveillance accrue d’une part, et d’autre part elle est fréquemment inondée, lors des crues. Une nouvelle maison éclusière est construite début 1890. C’est celle qui est toujours en place. De nos jours, l’éclusier peut choisir de vivre dans ce logement de fonction, mis à sa disposition, comme cela se faisait autrefois ! L’éclusier peut choisir, comme le fait Daniel, de l’occuper en journée pour y remplir sa mission…

Aujourd’hui, la batellerie marchande n’existe plus. Le commerce a pris fin dans les années 1960. Le trafic reste uniquement plaisancier. L’écluse de Montertelot est en service 7 jours/7, du début du mois d’avril à fin du mois d’octobre. La navigation est interdite pendant la période hivernale.
Le nombre de bateaux de passage dans l’écluse est variable de jour en jour, mais on en compte six au minimum, pour une quarantaine au plus, au quotidien. 80 % des plaisanciers sont loués et les agences de location renseignent les navigateurs amateurs sur les horaires d’ouverture des écluses. La signalisation est simple et la navigation peut se pratiquer sans permis…

L’entretien de l’écluse et ses éventuelles pannes sont à la charge des techniciens du service fluvial du Conseil Régional…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires