Accueil / Oust à Brocéliande / Malestroit. Ressourcerie et lien social: comment Rouages se développe

Oust à Brocéliande

Publié le 6 avril 2022

Malestroit. Ressourcerie et lien social: comment Rouages se développe

En un an, le projet de ressourcerie porté par l’association Rouages a trouvé son rythme de croisière, voire même sans doute le chemin de son développement. Julia Kryzstoforski et Marie Bienvenu, les deux porteuses de projet s’étaient installées à la déchèterie de Sérent pour rencontrer les usagers et évaluer ainsi aussi bien leur intérêt pour cette démarche que la quantité d’objets susceptibles d’être récupérés et recyclés. « Une ressourcerie est une structure de réemploi solidaire. Elle collecte des objets destinés à être jetés pour leur donner une seconde vie et contribue ainsi à la réduction des déchets », expliquaient alors les deux jeunes femmes. L’idée avait déjà retenu l’attention de l’OBC qui avait accepté ce sondage grandeur nature réalisé au coeur de la déchèterie. A l’époque, Marie et Julia percevait comme une difficulté majeure la possibilité de trouver un local suffisamment vaste pour développer leur activité.

Depuis, la communauté de communes a passé une convention avec l’association. L’été dernier, l’ESAT de Saint-Marcel leur prêtait un local, leur permettant de débuter leur activité en vendant leurs objets sur le marché. Puis, à l’automne, Rouages s’installait dans un local libre rue des Ponts à Malestroit. Toujours un peu juste pour récupérer, trier et revendre à bas prix les marchandises recyclées. Mais le succès est au rendez-vous. « Les gens viennent nous voir régulièrement et on a des bons retours. Le fait que notre boutique soit installée dans le centre de Malestroit est un atout indéniable. Les gens peuvent venir à pieds… », constate Marie. Il y a quelques semaines, par le bouche à oreilles, elles apprennent qu’un pas de porte, plus vaste, se libère rue Sainte-Anne et elles sautent sur l’occasion. Leur collaboration avec l’ESAT a débouché sur la constitution d’une petite équipe fidèle qui était à leurs côté ce mardi pour les aider à déménager et à se réinstaller dans leur nouvelle boutique. Son ouverture est prévue ce samedi et cette nouvelle étape est une marche de plus vers le développement de cette structure promise à un bel avenir. La filière du recyclage est en plein essor et la récupération d’objets de « 2è vie » entre de plus en plus dans les moeurs. Une tendance renforcée par un contexte général qui incite à la prudence en terme de dépenses. « On a souvent des gens qui attendent devant la porte avant l’ouverture afin de trouver la bonne affaire, le trésor caché dans nos rayons, que nous aurions déniché à la déchèterie », sourit Marie.

« L’objectif de notre association est de réduire les déchets, mais aussi de créer de l’emploi grâce à cette activité… », explique les deux jeunes femmes. Il leur faudra pour cela disposer de plus de place encore. Et elles ont bien une petite idée derrière la tête. Elles ont repéré un bâtiment qui pourrait faire l’affaire, toujours à Malestroit, d’autant qu’il pourrait être partagé et devenir un espace partagé. Elles travaillent activement sur ce projet. Mais elles multiplient aussi les partenariats avec divers acteurs. Il y a l’ESAT de Saint-Marcel, bien sur, mais aussi l’Administration Pénitentiaire intéressée par la possibilité de mettre en place des travaux d’intérêt généraux, les centres de loisirs du territoire par le rayon jeux/jouets mais aussi le Pass Temps avec lequel des ateliers devraient être mis en place. Plus largement, Rouages s’implique dans la mise en place d’un groupe de convergence du réemploi solidaire qui pourrait fédérer les différentes initiatives existantes sur le territoire de l’OBC. Peut-être le début d’une filière locale du recyclage… « Nous sommes attachées à ce que notre association soit aussi un lieu de création de lien social et d’ouverture à tous et toutes sans distinction », insistent Marie et Julia. Leur association peut déjà compter sur l’implication d’une dizaine de bénévoles qui viennent leur prêter main-forte.

Rouages, comment ça marche?

Surtout ne vous précipitez pas à la boutique pour proposer vos objets. Rouages à un schéma de fonctionnement très bien rodé qui commence à la déchèterie de Sérent. Là, un caisson de réemploi permet aux usagers de déposer les objets susceptibles d’être recyclés. Vaisselle, jeux, jouets, bibelots, matériel hi-fi, petit électroménager… Tous types d’objets sont acceptés sauf les vêtements, les gros meubles et le gros électroménager.

Ensuite les bénévoles de Rouage s’installent sur une table et font le tri de ce qui est réutilisable ou pas. La collecte se déroule le mercredi matin. Les objets sont ensuite mis en place dans la boutique et proposés à la vente à bas prix.

Le nouveau local se situe au 9 rue du faubourg Sainte-Anne à Malestroit, pas très loin du Pass Temps. D’ailleurs, samedi matin, Rouages animera un atelier jardinage au Pass Temps en proposant de transformer certains objets (vieilles soupières par exemple…) en élégantes jardinières.

Les nouveaux horaires d’ouverture

La nouvelle boutique ouvre ce samedi 9 avril au 9 rue Sainte-Anne à Malestroit, pas très loin du Pass Temps.

Elle sera ouverte le mercredi après-midi de 15 à 19 heures; le jeudi et le samedi de 9 heures à 12 h 30

1 commentaire "Malestroit. Ressourcerie et lien social: comment Rouages se développe"

  1. Bonjour !!! Bravo, 1000 fois bravo pour cette progression ! Continuez, ne lâchez pas ! Tant de chemin et d’épreuves surmontées, c’est une victoire !
    Je pense bien fort à vous et vous embrasse très affectueusement, Papa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires