Accueil / Thématiques / Magazine / Ploërmel. Il y a 2 ans, l’épave de la Minerve était retrouvée

Magazine

Publié le 21 juillet 2021

Ploërmel. Il y a 2 ans, l’épave de la Minerve était retrouvée

Par Martine Gatti

L’épave du sous-marin la Minerve a été retrouvée, il y a 2 ans maintenant. C’était le 21 juillet 2019 à 19h15 précises, soit 51 ans 1/2 après sa disparition le 27 janvier 1968 au large de Toulon. La Minerve a été localisée à 45 km au Sud-Ouest de son port d’attache. Brisée en 3 parties, la Minerve et son équipage reposent à 2 370 m de fond. Un drame qui touche de plein fouet le pays de Ploërmel dont était originaire André Fauve, le commandant -le Pacha- de la Minerve et qui reste très présent dans la mémoire collective. Nous avions consacré un magazine à cette tragédie au mois de janvier dernier (lire en cliquant ici). Grâce à Hervé, le fils d’André Fauve, nous revenons aujourd’hui sur ce drame en ce jour anniversaire avec des photos rares qu’il nous a confiées.

Il y a 2 ans, l’épave enfin retrouvée

L’année précédent le 50ème anniversaire de la disparition du sous-marin, les familles des disparus avaient demandé la reprise des recherches, soutenues par la volonté de quelques descendants de victimes. D’abord grâce à la détermination de Hervé Fauve, le fils du commandant André Fauve (le Pacha), avec Christophe Agnus qui a longtemps écrit aux précédents gouvernements et ministres des Armées pour solliciter la reprise des recherches, avec également Thérèse la veuve de Jules Descamps et bien d’autres encore… Hervé Fauve et Christophe Agnus deviennent les porte-paroles de 52 familles…

 La ministre des Armées Florence Parly accède à leur requête, et les recherches se  déroulent sur 2 périodes : en février puis en juillet 2019. Le chef d’état-major de la marine fait alors entrer en scène les Américains avec leurs très grandes capacités en matériels et en investigations. Le 21 juillet 2019, après 2 précédentes plongées, la troisième porte ses fruits. L’émotion est palpable, quand l’aspect d’un sous-marin de type Daphné apparaît en direct sur l’écran de contrôle ! Elle l’est encore plus à 19h15, quand un grand S et 3 lettres M I N sont bien distinctes encore rouges, la couleur de leur inscription d’origine ! Pas de place pour le moindre doute, c’est bien la Minerve.

Retour sur la tragédie

Le samedi 27 janvier 1968 de bonne heure, la Minerve, un sous-marin de la classe Daphné, prend la mer au large de Toulon, pour y effectuer un exercice. La mer est démontée. 52 marins, âgés de 17 ans à 37 ans, ont embarqué avec le commandant de 33 ans, expérimenté et bien noté par ses supérieurs : c’est André Fauve, un Breton originaire de Ploërmel.

A 8h, la météo est de plus en plus mauvaise. Le sous-marin est contacté par radio pour lui demander de rentrer à la base. La Minerve accuse réception. Cependant à 20 h, le sous-marin n’est toujours pas de retour et ne donne plus signe de vie. Il n’émet aucun signal radio. A 23 h 30, l’officier de garde se renseigne auprès des sémaphores (postes de signalisation et de surveillance pour les navires) à Cepet et à Six-Fours-les-Plages. Mais aucune activité n’a été captée. L’alerte est donnée. Le ministre des Armées et le président Charles De Gaulle sont réveillés.  Le sous-marin a disparu…

Les familles des sous-mariniers sont informées du drame qui est en train de se jouer, le dimanche matin, avant que la presse s’empare de l’actualité. Le commandant de vaisseau André Fauve est marié et père de 2 enfants, (bientôt 3) : Hervé 5 ans et Françoise 4 ans. La famille vient juste de quitter la Bretagne pour s’installer à Toulon. Pour cette famille, comme pour toutes les autres, c’est l’angoisse et la terrible attente qui commencent…

Les secours s’organisent rapidement. Le sous-marin ne dispose que de 100 heures de réserves d’oxygène. Avions, hélicoptères, navires de guerre, sous-marins ratissent la zone. Même le porte avion Clémenceau et le commandant Jacques-Yves Cousteau, à bord de sa soucoupe plongeante, participent aux recherches, qui demeurent, hélas, sans résultats… Une nappe d’hydrocarbures recouvre la surface de la mer et une vague puissante percute le littoral. Toutes deux laissent penser à une implosion sous-marine. Le 2 février, il ne peut plus y avoir d’oxygène, donc plus d’espoir de retrouver des marins vivants. Les recherches sont abandonnées…

Une cérémonie d’hommage a lieu à Toulon le 8 février 1968 en présence du président de la République et des proches des disparus.

A Ploërmel le 27 février, un mois juste avec la disparition de la Minerve, un hommage est rendu à André Fauve le commandant du vaisseau et l’enfant de la commune.

 Dès lors, débute une interminable épreuve pour les familles endeuillées. Pendant plus d’un  1/2 siècle, elles n’ont pas cessé d’attendre pour connaître les causes du naufrage et écouter  l’évocation de nombreuses hypothèses : un abordage, une erreur humaine, une attaque de la marine russe et même, pourquoi pas, un enlèvement…

L’attente aura donc duré 51 ans 1/2….

A lire…

Pour tout connaître sur le déroulement du naufrage, sur l’attente des familles des victimes, sur les recherches du sous-marin, nous vous conseillons de lire le livre de Hervé Fauve, intitulé “Retrouver la Minerve”, écrit avec l’aide du journaliste Léonard Lièvre.

Disponible sur les sites des libraires…

Avant le drame:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires