Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de GUER / Saint-Malo de Beignon / Ploërmel. EHPAD: les raisons de la colère

Saint-Malo de Beignon

Publié le 15 juin 2021

Ploërmel. EHPAD: les raisons de la colère

Ils sont las des promesses dont certaines remontent à des décennies et inquiets pour la santé des résidents dont ils ont la charge. Les personnels des EHPAD de Ploërmel se sont mis en grève ce mardi, à l’appel du syndicat CFDT santé sociaux, pour exprimer leur ras le bol et à quelques jours du 1er tour des élections départementales et régionales “alerter les candidats et futurs élus sur l’offre de soins des territoires ruraux”. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces candidats ne se sont pas bousculés pour venir les rencontrer lors du rassemblement qu’ils organisaient. Seul Nicolas Jagoudet, candidat aux départementales et le député Paul Molac représenté par ses attaché(e)s parlementaires étaient au rendez-vous. Petite consolation, Valérie Jeanne, la directrice déléguée de l’hôpital a longuement reçu une délégation et a affirmé que l’établissement avait déposé un dossier ambitieux de reconstruction des deux établissements en très mauvais état (Tournisset et Thabord) (à partir de 6 mn 50 dans notre vidéo). Mais, a-t-elle précisé, l’aboutissement de ce dossier a besoin de la mobilisation des collectivités locales et régionales et de l’Agence régionale de santé. Une perspective qui ne fait pas sauter au plafond Camille Siro. “Le temps de monter le dossier, d’avoir les financements, de faire les travaux, on en a pour 5 ans et ça fait déjà dix ans qu’on attend…”, commente-t-il un brin désabusé…

Pourtant, la situation est préoccupante, souligne Camille Siro. Il rappelle que pendant le mandat de Béatrice Le Marre (2008-2014), le conseil de surveillance avait validé la reconstruction du secteur EHPAD de l’hôpital de Ploërmel. Le projet comprenait deux tranches: la construction de 80 lits neufs (Le Clos des Tilleuls puis la réhabilitation des deux autres bâtiments (Tournisset et Thabord). La première tranche a vu le jour mais c’est tout. “En 2014-2015 suite à la mise de la direction par intérim du CHBA Vannes, une seule personne a décidé de stopper le projet de réhabilitation. Aujourd’hui, les locaux déjà vétustes au moment de la décision sont clairement obsolètes et indignes d’accueillir dans de bonnes conditions des personnes âgées. Face à la hausse des températures l’été, les locaux très vétustes ne pmermettent pas de maintenir des conditions d’accueil des résidents acceptables. La température dans certaines chambres peut atteindre 30 degrés. Les personnels s’inquiètent pour les résidents déjà durement impactés physiquement et psychologiquement par la crise sanitaire”, insiste Camille Siro. Les fenêtres des chambres seraient bloquées pour ne pas fermer complètement afin de réguler la température…

“Alors que les EHPAD du secteur Nord du territoire ont été rénovés ou reconstruits, la CFDT n’accepte pas que 90 résidents de l’EHPAD de Ploërmel ne bénéficient pas de conditions d’accueil et d’hébergement dignes de ce nom”, martèle les représentants syndicaux.

A cette inquiétude face à la dégradation des conditions d’hébergement des résidents, s’ajoutent des revendications d’ordre sociales et salariales, les conditions de travail et les relations humaines se détériorant, toujours selon les représentants du personnel…

Pendant l’entretient entre la directrice et leurs délégués, le personnel a manifesté bruyamment son mécontentement, défilant sur le site en passant notamment devant les deux bâtiments qui sont particulièrement dégradés.

Revivez cet après-midi revendicatif en vidéo:

 

1 commentaire "Ploërmel. EHPAD: les raisons de la colère"

  1. Bonsoir,
    Comment expliquer que la candidature d’un proche a ete refusé alors que cette personne ne demande que ça…
    Les besoins sont présents, justifiés et conséquents autant pour le bien-être des résidents que des soignants.
    Après cette pandémie si difficile à vivre pour eux et leur entourage, avons nous le luxe de refuser une candidature ?
    Il ne faut pas oublier que les besoins sont croissants et l’offre décroissante.
    Faut-il croire en l’hôpital public ou épargné dès aujourd’hui pour payer une institution privée ? Tout en ne laissant que des dettes à notre entourage…
    il ne faut pas oublier que les soignants étaient en grève avant la pandémie, on leurs a demandé plus, applaudi à 20h et maintenant… ?
    Il se font réprimander par les familles des résidents mais est-ce vraiment leur faute ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires