Guer-Coëtquidan. Sarah, 27 ans, vient renforcer la brigade de gendarmerie

Sarah, 27 ans, une passion: la gendarmerie

Elle s’appelle Sarah et elle a 27 ans. C’est la nouvelle recrue qui vient renforcer les effectifs de la brigade de gendarmerie de Guer. Elle n’est pas issue d’une longue lignée familiale de gendarmes. Tout juste sait-elle qu’un de ces aïeux était gendarme à cheval. Non. Elle a suivi des études de droit, notamment dans le domaine du droit du travail. Pourtant, elle savait bien qu’elle ne ferait pas carrière dans ce domaine. Car, depuis sa plus tendre enfance elle rêvait d’être gendarme. Peut-être l’influence des séries télévisées, mais surtout une profonde envie d’aider son prochain. “Mais j’avais besoin de grandir, d’avancer dans ma vie et mon expérience personnelle…”, confie la jeune femme. Mais des études de droit, quelque part, ça ne pouvait que l’aider dans son projet…

En 2019, elle était mûre pour donner corps à son projet et elle s’est inscrite au concours d’entrée dans la gendarmerie qu’elle a passé et réussi en 2020. En septembre dernier elle entrait à l’école des sous-officiers de Montluçon et le 12 avril dernier, elle prenait ses fonctions à la brigade de Guer. Originaire de la région grenobloise, elle a cependant fait le choix de cette affectation en Bretagne “parce que j’avais envie de découvrir une autre région et la Bretagne m’attirait pour des raisons d’environnement et de culture”, explique-t-elle. Elle réalise un rêve d’enfant en débutant sa carrière sous l’uniforme de la gendarmerie, mais avec l’intention d’évoluer. Sarah ne cache pas son intérêt pour le côté judiciaire du métier et l’envie de travailler pour devenir OPJ (officier de police judiciaire). Mais elle affiche avant tout son intention de se consacrer à ce qui fait la noblesse de ce métier, à savoir le contact avec la population. “C’est d’ailleurs cette relation humaine, de proximité, de contact direct avec la population qui m’a fait choisir la gendarmerie”, reconnait Sarah.

Elle intègre donc la brigade de Guer une des composantes de la Communauté de brigade de Guer (COB) que dirige le lieutenant Le Gluher. La COB de Guerr, composée d’un officier et de 27 sous-officiers, connait une activité soutenue. Fin avril, elle avait eu à traiter 358 crimes et délits, presque autant qu’en 2019, année de référence post-crise sanitaire. Elle a eu notamment à traiter deux importantes affaires de stupéfiants en début d’année qui au total ont débouché sur des dizaines d’auditions, 28 interpellations et dix incarcérations. Des dossiers lourds qui ont mobilisé d’importants moyens et beaucoup de temps. Et bien sur, il y a toujours la problématique de la sécurité routière. Au 3 mai, cette année, 6 accidents ayant débouché sur 3 décès ont déjà été constatés sur le territoire de la COB.


'Guer-Coëtquidan. Sarah, 27 ans, vient renforcer la brigade de gendarmerie' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.