Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de GUER / Réminiac / Guer. Mix Buffet: face aux revendications, la direction relativise

Réminiac

Publié le 7 avril 2021

Guer. Mix Buffet: face aux revendications, la direction relativise

Depuis 4 h 30 du matin, ce mercredi, plusieurs dizaines de salariés de l’entreprise Mix Buffet de Guer sont rassemblés dans le froid, devant les grilles de l’entreprise. Porté par le syndicat CGT, ce mouvement de grève porte sur les conditions de travail et les salaires, en particulier au sein de l’unité 2. C’est, selon les représentants syndicaux sur ce site que se cristallise les tensions. “C’est une situation qui existe depuis plusieurs années, mais la pression exercée par certains encadrants ne cesse de croître et les conditions de travail se dégradent au point que ce sont les salariés qui nous ont sollicités pour engager un mouvement…”, expliquent Philippe Calpe et Viriginie Gortais, délégués CGT. Ce matin, ils ont réaffirmé leur engagement aux côtés des salariés. “Vos plaintes et votre exaspération ont été entendues par les élu(e)s et le syndicat. Plusieurs alertes ont été effectuées auprès de la direction par courrier et lors des réunions plénières du CSE (comité social et économique). La direction répond avoir pris en compte ces alertes et prendre les mesures et actions nécessaires. Le bénéfice de ces actions n’est toujours pas visible dans l’entreprise…”, expliquent-ils.

Selon les délégués syndicaux cette tension se traduit par une multiplication des dépressions, des démissions… bref un mal-être qui aurait atteint son paroxysme avec l’entrée en application d’un accord remontant à 2001 sur les 35 heures qui porte de 7 à 8 heures la durée de travail et qui imposerait le travail le samedi alors que jusqu’à présent il s’agissait d’une possibilité. A cela s’ajoute des délais de prévenance sur l’affichage des planning plus contraignants. Mais le sujet qui aurait constitué “la goutte d’eau faisant déborder le vase”, serait celui des vacances d’été qui sont imposées dans l’entreprise sur un étalement en trois groupes dont le premier débute mi-juin. Les salariés réclament que ce premier groupe soit décalé d’une semaine afin qu’ils puissent profiter de leurs enfants.

A ces revendications portant sur les conditions de travail s’ajoutent une demande d’augmentation de salaire de 3%, de la prime de saison de 100 euros net, de la rémunération de la pause et de la reconduction de prime dite Macron…

La direction relativise

Interrogé par nos soins, la direction de Mix Buffet relativise ces revendications et constate la coïncidence entre ce mouvement et l’action menée au niveau national par la CGT. En ce qui concerne les salaires, la direction rappelle “qu’en 2020, le pouvoir d’achat des salariés de Mix Buffet a progressé de 5%” entre les augmentations de salaires et les primes, dont la prime Macron. “Au niveau des salaires hors primes, nous sommes à 21% au-dessus du SMIC pour un salarié moyen. Par exemple, un opérateur qui a un an d’ancienneté perçoit 1712 euros brut par mois sur 13 mois soit un salaire mensuel de 1854 euros, supérieur de 300 euros au SMIC. Il faut bien que les gens aient conscience qu’ils sont dans une entreprise qui offre des salaires confortables notamment dans l’agro-alimentaire et cela alors que nous traversons une période économique très compliquée”.

En ce qui concerne les conditions de travail, la direction admet qu’il y a des problèmes dans une unité, mais qui, selon elle, relève plus de la rivalité de personnes que de réels problèmes de management. Un épi-phénomène selon la direction dans une entreprise qui emploie 1200 personnes à Guer. “Là encore, les salariés doivent avoir conscience qu’ils ont beaucoup de chance. On a signé des accords sur la pénibilité, on met en place une politique de formation 2,5 fois plus importante que nos obligations légales, nous avons un indicateur d’égalité hommes/femmes de 94 sur 100 que beaucoup d’entreprises peuvent nous envier. Nous avons agrandi nos locaux sociaux pour améliorer les conditions de travail. Ce sont des réalités qui doivent s’apprécier toujours au regard de la situation actuelle…”.

En ce qui concerne le problème des vacances réparties en trois groupes à partir de la mi-juin, la direction affirme aussi avoir consenti des efforts considérables. Nous ne pouvons pas faire autrement. Il faut bien garder à l’esprit que nous fabriquons des salades qui se consomment essentiellement aux beaux jours. Notre activité est directement liée à la saison. Il y a 20 ans, il y avait 6 groupes qui partaient en vacances alternativement de mai à octobre. Nous avons progressivement réduit ce nombre à 3 groupes qui partent du 25 juin au 25 août pour chacun 3 semaines avec une rotation d’une année sur l’autre. Cela ne nous semble pas une contrainte insurmontable. Qui plus est, désormais les étudiants que nous employons pendant les congés, arrêtent les cours plus tard et les reprennent plus tôt. Nous ne pouvons plus nous appuyer sur cette solution”.

Le travail doit reprendre normalement dès demain chez Mix Buffet, mais les délégués syndicaux n’écartent pas la possibilité de nouvelles actions dans les prochaines semaines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires