Saint-Marcel. Musée de la Résistance: les élus dénoncent “une mise à l’écart” par l’OBC

ce soir, les élus ont protesté contre l’attitude de l’OBC à leur égard

Document: la signature de l’accord entre Jean-Yves Le Drian, et le maire de Saint-Marcel, de l’époque Armel Rousselot

Ils en ont gros sur le coeur. Les élus de Saint-Marcel ont tenu une conférence de presse ce jeudi soir pour dénoncer l’attitude de la communauté de commune (l’OBC) à leur égard. L’ambiance était empreinte de tristesse et d’amertume dans la salle du conseil municipal. Visiblement, les relations ne sont pas au beau fixe entre l’OBC et la municipalité.  “Au sujet de l’OBC, étant une petite commune, nous avons peu de poids et une écoute de moins en moins importante. Leur organisation, leur fonctionnement et leur communication est de moins en moins lisible”, constate Armel Rousselot, le maire de Saint-Marcel. Mais dans ce contexte, un évènement récent constitue la goutte d’eau qui fait déborder le vase: la visite organisée jeudi dernier par l’OBC sur le chantier du futur musée (lire ici).

Aucun élu de Saint-Marcel n’était présent à cette visite. Et pour cause: aucun d’entre eux n’avait été invités, ont-ils confirmé ce jeudi soir. Evidemment, l’absence des élus locaux n’est pas passée inaperçue parmi la population.  “Depuis dimanche, des habitants de la commune m’ont interpellé à plusieurs reprises pour savoir pourquoi nous ne participions pas à cette visite…”, souligne le maire. Nous avons d’ailleurs publié un commentaire dont l’auteur s’étonne de cette absence. On pourrait penser à “un regrettable oubli”. Mais non, les élus de Saint-Marcel en sont convaincus: il s’agit bien d’une stratégie délibérée visant à les mettre sur la touche. Une situation d’autant plus mal vécue qu’elle concerne ce musée de la Résistance édifié pour rendre hommage à ceux qui se sont battus contre l’occupant et ont contribué par leur sacrifice à rendre sa liberté au pays tout entier.

Et ce prix, nombre de familles de Saint-Marcel et des environs l’ont payé du prix de la vie de leurs proches. On comprend donc pourquoi l’incident ne passe pas.  “Les mots Histoire, devoir de mémoire vis à vis de tous ceux qui s’engagèrent en dépit des dangers pour les générations suivantes… ne peuvent être de simples paroles agrémentant les discours et les déclarations selon les opportunités. Leurs descendants, tous ceux qui se sont investis et battus avec ténacité, remplis d’une haute conviction pour que renaisse le Musée ne peuvent admettre que certains parmi les “décideurs” les considèrent avec condescendance, comme si la commune de Saint-Marcel, lieu d’implantation d’un Musée qui renaîtra bientôt en retrouvant son prestige passé serait devenue une simple parcelle de vie indépendante de la commune”, martèlent Armel Rousselot, avec amertume.

Le maire “regrette et dénonce avec vigueur les déficits de communication de la part de l’OBC envers notre commune”. Il s’appuie sur des mots qui résonnent avec force qui laisse passer sa colère. “Ignorés, voire sous-estimés, n’étant informés de ce qui se déroule sur notre territoire que par la presse, il est temps de clamer que cela suffit à présent. Nous habitants de Saint-Marcel, protestons solennellement conte l’attitude inadmissible adoptée par la communauté de communes  de l’Oust à Brocéliande à notre égard”!”, ajoute-t-il.

Les élus de Saint-Marcel dénoncent aussi le fait de n’avoir même pas été consulté ni informés du changement de nom de ce musée, devenu Musée de la Résistance de Bretagne. “C’est un musée de mémoire, mais c’est aussi notre histoire, c’est notre territoire, c’est notre identité bretonne au travers des évènements 39/45”, tonne Armel Rousselot.

Ecoutez en intégralité sa déclaration:


'Saint-Marcel. Musée de la Résistance: les élus dénoncent “une mise à l’écart” par l’OBC' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.