Ploërmel. Délinquance: la vidéo-protection, un outil efficace

“Et la video protection, ça se passe bien?”. A Ploërmel, la question est sensible. C’est d’ailleurs aussi pour ça que le sous-préfet de Pontivy-Ploërmel, Patrick Vautier la pose, ce jeudi soir, aux gendarmes en présence du maire Patrick Le Diffon lors de la 2è partie de sa visite annuelle aux services de sécurité. Une visite décalée par rapport au tempo habituelle qui la situe plutôt le 31 décembre et qui a débuté lundi par les pompiers et les urgences de l’hôpital de Ploërmel.

On le sait la mise en place d’un réseau de vidéo-protection et son extension ont suscité pas mal de débats et un recours devant la justice qui a contraint la ville de Ploërmel à revoir sa copie. Mais les caméras sont là et elles fonctionnent. Et à la question du sous-préfet, la réponse des gendarmes est sans ambiguïté: oui ce dispositif est efficace et il leur a permis de faire avancer plusieurs enquêtes d’une façon déterminante. “On a recours à ces images uniquement dans le cadre d’affaires judiciaires importantes…”, précisent les gendarmes. Un outil qui a notamment fait la preuve de sa pertinence lors des différentes affaires résolues ces derniers mois par les militaires de la compagnie de Ploërmel. Saisissant la balle au bond, Patrick Le Diffon souligne que le préfet lui-même encourage le recours à la vidéo-surveillance et ne cache pas son envie de l’étendre encore sur la ville. “C’est un dispositif très encadré et qui me semble essentiel pour assurer la tranquillité des citoyens”, commente le maire. Et ce besoin de tranquillité n’est pas qu’un mythe. Le maire indique ainsi avoir été destinataire de courriers émanant de chefs d’établissements lui faisant part de leur préoccupation face au comportement de certains jeunes, parfois extérieurs à leur établissement et qui jouent les perturbateurs. Ville centre, Ploërmel attire une population d’adolescents/jeunes adultes de plus en plus remuante venue de tout le territoire. Un phénomène qu’observent également les forces de l’ordre qui renforcent leur vigilance dans ce domaine.

Reçus par le chef d’escadron Pierre de Quatrebarbes, commandant de la compagnie et le capitaine Steunou, commandant en second, le sous-préfet et le maire ont échangé sur ces questions à un moment où la compagnie de gendarmerie de Ploërmel est confrontée à une très forte activité. Outre les missions liées à la crise sanitaires, à la lutte anti-terroriste, les gendarmes ont résolu au cours des derniers mois, plusieurs affaires liées au trafic de stupéfiants sur le territoire dont ils assurent la protection et la série n’est pas terminée. Ainsi le commandant de la compagnie révèle que sur la semaine écoulée une vingtaine de personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de nouvelles enquêtes toujours en cours, soit plusieurs gardes à vue quotidiennes.

Des gendarmes qui ressentent -et apprécient- une adhésion assez large de la population à leur action. Et c’est avec une certaine fierté qu’ils ont affiché au mur le dessin (ci-dessous) que leur a dédié un enfant avant les fêtes de fin d’année…

 

 

 


'Ploërmel. Délinquance: la vidéo-protection, un outil efficace' a 1 commentaire

  1. 15 janvier 2021 @ 12 h 59 min Philippe

    La vidéo protection, qu’il vaut mieux appeler de son vrai nom: la vidéo surveillance, n’est qu’un mythe destiné à rassurer les braves gens. Et à ce compte la, pas sur que le cout en valle la chandelle.

    Couteuse donc, inefficace, elle présage tranquillement nos sociétés de demain: la surveillance généralisée et massive des citoyens …
    …/…
    Les plus curieux iront bien sûr cherchez par eux mêmes les milliers d’informations disponibles sur internet par eux-mêmes …

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.