Caro-Monterrein. Le projet éolien retoqué par le tribunal administratif

Dans un communiqué, la SPPEF (Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France) annonce que  le tribunal administratif de Rennes a annulé l’arrêté du 20 novembre 2017 qui autorisait la construction d’un parc éolien à la limite de Caro et Monterrein (ndlr: il s’agit désormais de Ploërmel, les deux communes ayant fusionnées). La société comme l’Etat ont deux mois pour faire appel de cette décision.

le communiqué de la SPPEF:

“La société « EEL environnement et énergies locales », défendue par Me Arnaud Gossement, devra renoncer à son projet éolien. Ainsi en a décidé le tribunal administratif de Rennes le 30 juillet 2020.

Le site d’implantation était prévu dans un environnement sensible, au sud d’un massif forestier de plus de 150 ha, sur les communes de Caro, de Monterrein et de Val d’Oust.

Les 8 machines de 178 m de haut en bout de pales auraient dû se situer en limite de la commune de Monterrein. Leur impact aurait été très fort sur le centre-bourg qui comporte des éléments d’intérêt patrimonial, ainsi que sur le château de la Haute Touche (MH)

La commune de Monterrein s’y est opposée, appuyée par la SPPEF, l’association locale et des riverains

On notera que le juge n’a examiné que la question des chiroptères.

A l’audience du 2 juin 2020, le rapporteur public avait bien constaté que le lieu d’implantation présentait de nombreuses espèces différentes de chiroptères, reconnaissant leur utilité indéniable en matière de biodiversité. Il avait également noté que le plan de bridage prévu ne permettait pas d’exclure tout risque de mortalité. Mais il avait conclu qu’il fallait faire un choix entre la préservation de la biodiversité et la mise en place d’énergie renouvelable, au nom du changement climatique…

Le juge ne l’a pas entendu ainsi. Il a retenu que « seize espèces différentes de chiroptères ont été recensées à proximité du lieu d’implantation du projet, dont la pipistrelle commune, la pipistrelle de Kuhl, la noctule commune et la noctule de Leisler. L’étude d’impact a ainsi relevé un risque élevé de collision avec ces espèces. »

Considérant que le plan de bridage et de suivi de la mortalité des chiroptères ne convainc pas et que l’arrêté ne prévoit pas de durcissement du plan initial en cas de surmortalité, le juge a retenu la méconnaissance de l’article L.511-1 du code de l’environnement.

De ce fait l’arrêté du 20 novembre 2017 a été annulé

Les habitants de Monterrein et de Caro pourront continuer à regarder l’horizon sereinement, dans un environnement préservé.”

JUGEMENT TA DU 30.07.20

'Caro-Monterrein. Le projet éolien retoqué par le tribunal administratif' a 7 commentaires

  1. 4 août 2020 @ 2 h 55 min somotipep56140

    Je suis pour une économie et une énergie verte mais ce projet était une destruction d’une forêt et de tout l’écosystème qui y réside. Sans compter sur les nuisances que cela amenait tant pour le bourg de Monterrein que celui de la Gajale ! Merci à ce juge ! Nous devons trouver des espaces pour ces éoliennes qui ne détruisent pas nos écosystèmes ni ne nuisent à nos concitoyens !

    Répondre Signaler un abus

  2. 4 août 2020 @ 10 h 43 min Michel23

    C’est toujours pareil:
    “Je veux des éoliennes mais pas devant ma porte”..

    Les ploermelais devrait être un peu plus ouvert d’esprit..

    Répondre Signaler un abus

    • 16 août 2020 @ 14 h 14 min Bily56

      Non non, ça n’est pas toujours pareil. Pour lutter contre le réchauffement, on ne veut pas d’éoliennes tout court ^^

      Répondre Signaler un abus

    • 21 août 2020 @ 14 h 09 min cyrille tissot

      Celui qui écrit cela n’en voudrait pas dans son jardin.

      Répondre Signaler un abus

    • 22 août 2020 @ 19 h 58 min DOUCETTOUTDOUCETRIEN

      Les ploermelais sont, cher monsieur, ouvert d’esprit. Pour preuve, nous avons 2 usines de méthanisation qui eux produisent de l’énergie renouvelable sans détruire le paysage.
      Je vous invite à vous rendre au site du ROUVRAY à LANOUEE et vous vous rendrez des nuisances sonores et visuelles.
      Alors, des énergies renouvelables oui mais sans détruire notre beau paysage!! Ah bon entendeur.

      Répondre Signaler un abus

  3. 16 août 2020 @ 20 h 44 min lg

    et pendant ce temps là, les éoliennes de 180 m de haut sont en cours de construction sur la commune de noyal muzillac.. et les chiroptères, on les laisse mourir?

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.