Guer. De Versailles à Coëtquidan: l’étonnant périple de Bayard et Du Guesclin

Les visiteurs des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan font désormais une entrée magistrale sur le site de Guer. Deux statues géantes les accueillent qui étaient jusqu’alors installées à l’ancienne entrée des écoles à Beignon. Depuis les années 2000, les écoles de Saint-Cyr projettent de revaloriser ces véritables oeuvres d’art taillées chacune dans un bloc unique de marbre de Carrare. Elles se dégradaient inexorablement du fait des intempéries mais aussi des actes de malveillance. Elles ont été taggées et ont même fait l’objet d’une tentative de plastiquage dans la nuit du 13 au 14 juillet 1975 par des indépendantistes bretons. Et puis, elles étaient situées à un point d’accès désaffecté.

Lundi, le projet longuement muri a pris forme. Une entreprise spécialisée a retiré les statues des chevaliers Bayard et Du Guesclin de leurs socles respectifs pour les transporter et les remettre en place dans l’acruelle allée d’accès aux écoles, du côté de Guer Bellevue. Hautes de 4,71 mètres et pesant respectivement 9,5 et 7 tonnes, « elles redonnent une dimension vraiment martiale aux écoles… », constate le commandant Carole Chalavan conservatrice du musée des écoles de Coëtquidan. Elle se réjouit de la qualité des travaux qui ont été entrepris. La statue de Du Guesclin a déjà été restaurée et celle de Bayard le sera au cours de cet été, sur son nouveau socle. « La restauration, fait resurgir des détails qui avaient disparus », s’émerveillent le commandant Chalavan.

Un chantier titanesque qui a pu être mené à bien grâce à la mobilisation de plusieurs mécènes(*). Mais cette opération est également l’occasion de se replonger dans l’histoire étonnante de ces statues qui remonte à Napoléon 1er. En 1810, l’Empereur a l’idée de réaliser des statues majestueuses afin de rendre gloire à ses généraux et maréchaux. La chute de l’Empire en 1814 met un terme à ce projet. Enfin presque. Parce que Louis 18 reprend cette idée mais avec avec la volonté de dédier ces statues aux valeurs monarchiques. Il commande alors 12 statues représentants 4 ministres, 4 marins et 4 militaires (Bayard, Du Guesclin, le Grand Condé et Turenne). Celles sont installées sur le Pont de la Concorde à Paris en 1828 mais leur poids menace la stabilité du pont. Elles sont alors transférées dans la cour d’honneur du château de Versailles en 1837. A l’époque le château de Versailles est en piteux état et Louis 18 envisage d’en faire un musée de l’histoire de France pour rendre hommage à toutes les gloires nationales. Les 12 statues font partie de ce projet qui est démantelé en 1931.

Les statues des 4 militaires sont alors déplacées et mises en dépôt en 1933 aux écoles militaires spéciales de Saint-Cyr l’Ecole dans les Yvelines à quelques kilomètres de Versailles. En 1944 un violent bombardement anglais détruit le site de Saint-Cyr l’Ecole. La statue de Condé est détruite mais pas les trois autres qui en 1966 sont transférés à Coëtquidan. Celle de Turenne est installé à l’intérieur des bâtiments et les deux autres de part et d’autre de l’entrée du site à Beignon. Elles poursuivent leur périple historique …

(*)UNEO, la GMF, la direction du patrimoine et des archives du ministère des armées, The first alliance fondation, une association dont l’objectif est de renforcer les liens entre la France et les Etats-Unis et la DRAC Bretagne.

Voici le reportage photo de de déplacement hors normes (crédit photo: H.Keraval©armée de Terre)

 


'Guer. De Versailles à Coëtquidan: l’étonnant périple de Bayard et Du Guesclin' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.