Saint-Guyomard. La société de chasse modernise ses installations

Robert Emeraud, le maire de Saint-Guyomard le reconnait. Le projet de construction d’un local pour la société de chasse a suscité pas mal de discussions animées dans la commune. « Ca n’a pas été évident », explique-t-il. Ce dimanche matin, ce nouveau local a été inauguré. Il incarne une conception moderne de la chasse qui revendique sa place dans l’équilibre environnemental tout en intégrant la nécessité de respecter les règles sanitaires modernes. Ce local d’environ 60 m2 de superficie va permettre aux chasseurs de réaliser les opérations de découpe du gibier abattu dans des conditions d’hygiène irréprochables. Conscients du débat qui existe dans la société actuelle, les élus et les membres de la société de chasse ont pris soin de chercher un endroit qui soit un peu à l’écart de la zone habitée pour construire ce bâtiment. C’est finalement le site des ateliers municipaux qui a été retenu. La commune a débloqué une somme de 23 000 euros pour acheter les matériaux nécessaires et a reçu en retour une subvention de 5000 euros de la société de chasse et de 1000 euros de la fédération départementale. Le conseil départemental a également participé à hauteur de 1500 euros. Quand aux travaux, ce sont les chasseurs qui les ont menés à bien. Il leur a fallu deux ans de travail pour construire ce local. Le président de la société de chasse, Claude Porez a d’ailleurs rendu hommage à son prédécesseur qui avait mis le chantier sur les rails.

Le maire, Robert Emeraud a souligné l’engagement des chasseurs dans ce projet, rappelant que celui-ci peut être aussi exemplaire par la rationalisation de son utilisation. En effet, cette installation pourrait être mutualisée avec une autre société de chasse, en l’occurence celle de Bohal dont le maire André Piquet participait à l’inauguration aux côtés de Florence Prunet conseillère départementale et de Paul Molac, le député.

Paul Molac défenseur de la ruralité

Prenant la parole ce dernier s’est présenté en défenseur résolu et engagé de la ruralité et de son mode de vie. « La mort fait partie de la vie », a-t-il martelé, soulignant le rôle indispensable des chasseurs pour réguler le gibier et notamment la prolifération de certaines espèces invasives. « Ce sont les sociétés de chasse qui sont chargées de la gestion du gibier et c’est important… », a-t-il déclaré, élargissant son intervention à d’autres problématiques connexes. Le loup? « je ne suis pas sur qu’il ait sa place », estime Paul Molac évoquant les dégâts directs et indirects de ce prédateur dans les troupeaux de moutons et la détresse des éleveurs confrontés à ce problème. Il a également effleuré le problème des intrusions dans les élevages (ndlr: qui débouche sur la diffusion de vidéos choquantes à charge contre les exploitants). Pour le député tout cela témoigne « d’une vision urbaine de la société qui n’est pas au fait de la réalité », rappelant son attachement à ses origines paysannes et à sa propre expérience de vie à la ferme où tuer un poulet fait partie du quotidien. C’était d’ailleurs bien pour délivrer ce message de solidarité et de réalisme que Paul Molac avait fait le déplacement. « Vous voyez, ce n’est pas un hasard si je suis là », a-t-il précisé.

La place des chasseurs dans l’équilibre naturel. C’est aussi cela qu’a souligné le représentant de la fédération départementale de chasse, estimant que ce rôle est sans doute sous-estimé du grand public. La chasse permet en effet de contrôler l’impact du gibier sur les récoltes agricoles par exemple. « C’est quelque chose que nous faisons gratuitement pour l’instant », a-t-il indiqué avant de se réjouir des projets de mutualisation des nouvelles installations de la société de Saint-Guyomard.


'Saint-Guyomard. La société de chasse modernise ses installations' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.