St Laurent-sur Oust. L’incroyable et passionnante histoire du tableau oublié

C’est une histoire émouvante et passionnante. Celle d’un tableau peint dans les années 1650 et que l’on a retrouvé par hasard dans l’ancien presbytère de Saint-Laurent-sur Oust. Personne ne sait trop depuis combien de temps, elle était là, accroché au mur d’un débarras. Et c’est à l’occasion de la vente de ce bâtiment que la question s’est posée de savoir ce qu’était vraiment cette toile en très mauvais état recouverte d’un vernis jaunâtre. Il a fallu la curiosité des propriétaires qui ont posé la question à Diego Mens, attaché au patrimoine religieux du conseil départemental. Et là, ça a fait tilt immédiatement. Il s’agissait de la Donation du rosaire. « La première chose qu’il nous a dit c’est que cette toile ne nous appartenait pas! », sourit le découvreur. Et c’est une notion sur laquelle revient l’expert: il est prouvé que le tableau était là avant la loi de séparation de l’église et de l’Etat de 1905 et donc il est propriété « inaliénable et imprescriptible de la commune »…

Ce dernier a expliqué toute l’importance de cette oeuvre, pas tant pour son intérêt pictural, mais pour la photographie religieuse, politique de l’époque qu’il représente. car sous le vernis jaunâtre , la restauratrice a retrouvé la trace de Sainte Catherine de Sienne, Louis XIV et sa mère, Anne d’Autriche ou bien encore Jacques Le Gonidec, seigneur de Beaumont et conseiller de Louis XIII-dont le château se trouve à Saint-Laurent-sur-Oust- et son épouse Louise de Marcadet… « C’est une sorte de selfie géant… », décrypte Diego Mens.

Ce tableau recèle encore beaucoup de secrets qui apparaitront lorsque sa restauration sera achevée. Mais l’opération est coûteuse: 30 000 euros certes largement subventionnés mais il reste encore à trouver environ 9000 euros. Et c’est une véritable chaîne de solidarité qui se met en place pour y parvenir. Samedi matin, une réunion de présentation de ce tableau et de son histoire était organisée à Saint-Laurent sur Oust qui a rassemblé plusieurs dizaines de participants. Parmi eux se trouvait M. de Rohan, ancien sénateur qui a prononcé un véritable plaidoyer pour inciter tous ceux qui le pouvaient à apporteur leur contribution financière au sauvetage de l’oeuvre. Une cause qui a aussi deux ambassadrices, Azénor Chalmel et Lorraine Lebrun, deux étudiantes qui ont pris leur bâton de pélerin pour rassembler les fonds nécessaires à atteindre l’objectif qu’elles se sont fixés: permettre au tableau de retrouver sa place dans l’église de Saint-Laurent-sur-Oust pour que le public puisse à nouveau l’apprécier. Elles agissent pour le compte de la fondation pour la sauvegarde de l’art Français, une association reconnue d’utilité publique qui permet aux donateurs de bénéficier d’une déduction fiscale à hauteur de 66% pour un particulier et de 60% pour une société (en clair, un don de 100 euros revient à 40 euros pour une société et à 34 euros pour un particulier).

Dans la vidéo ci-dessous écoutez les explications historiques et culturelles passionnantes de Diego Mens, mais aussi l’appel aux dons de M. de Rohan et des deux étudiantes. Au fil du récit vous apprendrez aussi comment est assurée la sécurité d’une telle oeuvre et vous aurez des nouvelles de deux tableaux de Malestroit dont on est sans nouvelles.

Une oeuvre historique pleine de mystères

Le Rosaire est un exercice de dévotion catholique qui consiste à réciter des prières incitant à la réflexion sur différents épisodes de la vie du Christ ou de la Vierge. Cette pratique a été adoptée et popularisée par l’ordre des Dominicains au XIIIe siècle. Les scènes de donation du Rosaire -oeuvre spécifiquement bretonne- représentent le plus souvent la Vierge offrant un rosaire à saint Dominique, le fondateur de l’ordre des Dominicains, mais aussi parfois à sainte Catherine de Sienne, membre notoire de l’ordre.

Toutefois, la toile de Saint-Laurent-sur-Oust ne représente pas une simple donation au Rosaire, puisqu’elle y associe le renouvellement du Vœu de Louis XIII par Louis XIV, vœu qui consacre la France à la Vierge. Le jeune Louis XIV est en effet représenté agenouillé en prière derrière sainte Catherine, faisant référence à la série de prières et d’engagements effectués par son père Louis XIII et son épouse, dans l’espoir de concevoir un héritier à la couronne : ce sera Louis-Dieudonné, futur Roi Soleil, né en 1638. Cette même année, Louis XIII consacre officiellement le royaume de France à la Vierge Marie. Arrivé sur le trône, Louis XIV renouvellera, sous l’influence de sa mère, le vœu de son père le 25 mars 1650 à Dijon. 

Pratique:

www.sauvergardeartfrançais.fr/saint-laurent-sur-oust-donation-rosaire/

 


'St Laurent-sur Oust. L’incroyable et passionnante histoire du tableau oublié' a 1 commentaire

  1. 4 mars 2019 @ 17 h 34 min paul rubaud

    B
    Orignaire de Saint laurent par mes parents,
    Pour m’étre intéressé au meme problème : redécouverte d’un tableau du 17ème « le christ bénissant » de José de Ribera à Nivillac 56
    je vous dis bonne chance pour sa restauration et surtout son retour
    P Rubaud

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.