Ploërmel. Hôpital: le mammographe dernière génération entre en service

Avec la mise en service d’un mammographe de dernière génération, la salle de radio de l’hôpital de Ploërmel est désormais totalement numérisée. Cet outil -pour l’instant unique sur le Pays de Ploërmel- constitue un atout majeur dans la détection du cancer du sein par la technologie qu’il met en oeuvre. C’est le même appareil qui équipe également l’hôpital de Vannes, le Groupement Hospitalier Bretagne Atlantique (GHBA) ayant négocié un achat groupé pour acquérir dans les meilleures conditions ces deux appareils d’un coût de 240 000 euros chacun.

Numérisation 3 D. La grande différence entre cet appareil et le précédent, c’est le recours à l’outil numérique et à la tomosynthèse. Finies les plaques que venaient glisser l’opérateur dans la table pour prendre les images. Désormais c’est un bras articulé qui tourne autour du sein et en réalise des images dans tout son volume et sous tous les angles. La tomosynthèse c’est une technique innovante qui permet l’acquisition des images en trois dimensions. Par ailleurs, une fois numérisée les images peuvent être partagées et stockées par télétransmission très rapidement sur tout le territoire. L’environnement gagne aussi en qualité. Un effort particulier a été apporté à l’amélioration de l’ambiance de la salle. Une des manipulatrices radio peint sur son temps libre des décors sur les murs. Un environnement moins stressant pour les patientes comme pour les professionnels mais qui améliore aussi le déroulement de l’examen. Car les décors sont placés de telle façon à attirer le regard de la patiente qui tourne naturellement la tête dans direction souhaitée par le radiologue..

Des dépistages plus précis. « Cette technique permet de détecter des cellules cancéreuses très petites et donc de réaliser un dépistage beaucoup plus précoce, ce qui augmente considérablement les chances de guérison. De même la qualité des images permet de différencier et d’identifier les différentes lésions », commente le docteur Elhadj Ndiaye, médecin radiologue de l’hôpital. Le diagnostic réalisé est plus précis puisque le radiologue peut visualiser plan par plan sur 1mm d’épaisseur le sein en entier. Les risques de mauvaises interprétation, -dues à la superposition des images en mammographie 2D- sont donc considérablement réduits. L’examen est aussi plus confortable pour les patientes puisque « le taux de rappel » -c’est à dire la réalisation de clichés supplémentaires, d’échographies complémentaires ou de prélèvements- pour confirmer un diagnostic- est réduit de 15 à 30%. « Il fallait comprimer la poitrine de la patiente à chaque nouvelle prise de vue, alors qu’aujourd’hui, cette opération n’est en général plus nécessaire que lors de l’examen initial, compte-tenu de sa précision », ajoute Anne-France Lorand-Guillard, cadre de santé en imagerie et en transport interne.

Des places encore disponibles:

Ce nouveau mammographe a été installé ce jeudi et reçoit les derniers réglages techniques. Il effectuera ses premiers clichés à partir de lundi. Mais sachez-le, pour l’instant le service et son nouvel équipement n’ont pas encore atteint leur rythme optimal et il est possible d’obtenir un rendez-vous en quelques semaines. Il reste d’ailleurs encore des possibilités pour le mois de février.

Les patientes sont accueillies du lundi au vendredi. Pour prendre rendez-vous, contactez le secrétariat au 02.97.73.26.12.

 


'Ploërmel. Hôpital: le mammographe dernière génération entre en service' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.