Malestroit. Un franc succès pour le salon du livre

Le salon du livre à la salle des fêtes de Malestroit a rencontré un franc succès avec beaucoup de passage surtout cet après-midi où plus de 600 personnes sont venues rechercher une dédicace d’un auteur particulier ou pour d’autres venus simplement faire le curieux dans le but de rencontrer Raymond Poulidor, le parrain de ce salon. Parmi les 50 auteurs, éditeurs, instituts culturels ou associations présents à Malestroit, c’est bien l’ancien champion cycliste des années 60-70 qui a été le premier surpris de vendre ici la quasi totalité de ses ouvrages avec « Champion ». Le livre s’est vendu depuis sa parution à plus de 100 000 exemplaires. Autre invitée de marque avec la romancière Nathalie de Broc qui présentait son dernier livre « La robe pourpre ». La Quimpéroise publie depuis 2004 et n’est pas à son premier salon car auteur de 14 romans avec notamment « La Sorcière de Locronan » ou encore « La Tresse de Jeanne » qui ont enregistré les meilleurs ventes. Un autre livre sortira en mai 2019 mais on n’en saura pas plus.

La Bretagne bien présente à ce salon avec l’incontournable association locale de Maltrec mais aussi Stéphanie Trouillard qui vient de sortir « Mon oncle de l’ombre » qui retrace le parcours d’un résistant du maquis de St Marcel. La jeune écrivain a fait salle comble lors sa conférence programmée à 16h30. D’autres auteurs dont on ne pourra citer la qualité de leur travail avec ici Fran Nuda venue de Nantes exposer son travail en collaboration avec le photographe Yvon Kervinio « La vie sans fin ». L’ouvrage traite les petites choses de la vie à travers des images des années 80-90 prises à l’époque en argentique soit bien avant les reflex numérique que l’on connait actuellement.  » J’ai choisi 30 photos parmi 550 que Yvon m’a envoyées, j’avais libre choix de choisir les clichés qui m’inspiraient avec la possibilité d’écrire les textes », explique Fran Nuda. Autre exposant rencontré, Roland Beker venu de Muzillac pour présenter ses talents de saxophoniste avec l’ouvrage « Joseph Mahé (1760-1831) » soit les originaux de musique populaire de haute et basse Bretagne que l’on retrouve dans son livre. Une affaire de spécialiste !


'Malestroit. Un franc succès pour le salon du livre' a 1 commentaire

  1. 8 octobre 2018 @ 13 h 28 min NUda Fran

    Qui va à Malestroit, bien étreint la culture…

    Arrivée aux alentours de 10 heures, dans cette petite cité de caractère qui, de suite, séduit… Petites rues de type médiéval, partant de la place du Bouffay… ici, la vie, de suite, saisit… les façades moyenâgeuses des maisons à colombages et l’animation de la place laisse présager qu’ici, on est loin d’être endormi… quel que soit le temps…

    Nous sommes dans les terres bretonnes… Ici, en ce dimanche 7 octobre 2018, si le soleil n’est pas encore levé, il apparaît, dès le pas de porte franchi de la salle où se déroule le Salon du Livre, sur le visage des personnes bénévoles qui nous reçoivent, chacun, individuellement, nous indiquant notre place où deux petites bouteilles d’eau nous attendent… présage de passage, d’échanges et de ventes… en quelque sorte… et tout cela donne soif ! Et ce sera confirmé tout au long de la journée au vu de la fréquentation régulière de gens véritablement curieux de revoir ou de découvrir auteurs et livres. Un public motivé, motivant, des rencontres riches sur lesquelles je reviendrai dans ce blog d’ici peu.

    Qui va à Malestroit, bien étreint la culture… Voilà qui semble évident dès l’arrivée, de par le lieu, l’accueil, la disposition des stands, leur confort, le respect du livre, l’organisation, la gratuité du tout, rare, suffisamment rare pour le souligner ici ; la mise en avant de la culture à Malestroit qui va, tout au long de la journée, se confirmer. Le Salon des auteurs devient le Salon du Livre – Traces de Mémoire ! Désormais, l’événement met en avant le thème de la Mémoire à travers une multitude de genres littéraires : romans, fiction, essais historiques, témoignages, biographies, livres sur l’art, etc. A remarquer la présence de Monsieur Le Maire de Malestroit M. Bruno Gicquello, mais aussi celle de Monsieur Le Député, Paul Molac.

    Il était plus d’une fois Malestroit… puisque traversée par une voie romaine et la rivière de l’Oust alors nommée l’Ult, quand naquit la ville de Malestroit en 987. Quant au nom de Malestroit, il viendrait du breton « Maël-Trech » qui veut dire seigneur et passage ; et il est certain que du passage, il y en a eu dans cette ville, quand on voit le nom de certaines rues – rue Aux Anglais – due à la présence, à Malestroit, de réfugiés irlandais, suite à la guerre de la Rose. Rappelons aussi que Malestroit était la seule voie de Rennes à Lorient jusqu’en 1760. Mais il s’est passé tant de faits historiques dont la plupart des édifices actuels sont encore les témoins qu’il serait impossible ici de tout narrer, juste éveiller l’esprit du lecteur pour susciter en lui l’envie de visiter Malestroit.

    Allez faire un tour dans cette petite cité millénaire où le passé est un véritable présent… avec ou sans salon du livre, en toutes saisons, vous irez aussi vous promener le long du canal – celui de Nantes à Brest naturellement -, après avoir déambulé dans les rues médiévales où lever la tête s’impose pour que rien ne vous échappe de cette architecture.

    Il me reste à remercier très chaleureusement, toutes les personnes investies dans cette nouvelle formule de salon, le Salon du Livre, bénévoles, disponibles et efficaces et tout particulièrement, Sébastien Cointet, volontaire service civique  » Patrimoine  » à l’espace culturel le Pass’temps qui a mené de main de maître de A à Z cette organisation et la relation avec les auteurs dont, pour ma part, je fus enchantée.

    F. Nuda

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.