Accueil / Oust à Brocéliande / Missiriac. 4è fleur : comment le village a défendu sa candidature

Oust à Brocéliande

Publié le 26 juillet 2017

Missiriac. 4è fleur : comment le village a défendu sa candidature

Ca y est, les dés sont jetés. Le jury national des villes et villages fleuris est venu inspecter Missiriac et mesurer l’intérêt de lsa candidature a une 4è fleur, toujours sous l’objectif des caméras de l’équipe qui prépare un documentaire pour France 5 sur ce sujet. Depuis près d’un an, les élus, les employés communaux, les habitants se sont approprié cet objectif : décrocher cette 4è fleur qui concrétiserait des années d’effort en faveur du fleurissement. Rien n’a été laissé au hasard avec une constante : essayer de séduire le jury en valorisant les atouts de la commune sans dilapider l’argent public ni se lancer dans une débauche de moyens.

Les élus et notamment le maire Jean-Yves Laly ont pris très à coeur d’atteindre cet objectif, ce qui relève du défi , Missiriac ayant été qualifiée de « petit poucet » breton par le jury régional qui l’a désignée l’an dernier comme pouvant prétendre au titre. Mais pour le jury national, peu importe la taille de la commune. « Nous savons nous mettre à la portée des villages comme des grandes villes. Nous savons évaluer des jardins quelle que soit leur taille. Nous menons un travail d’expertise… », nous explique Martine Lesage, présidente du jury. Car le jury ne se contente pas d’évaluer les caractéristiques des communes qu’il visite, ses membres distillent des conseils, des avis. « Je veux que nous soyons un jury utile… », affirme Martine Lesage qui est engagée dans un véritable marathon pour visiter cette année, 96 villes dans toute la France. Pour y parvenir ce sont plusieurs équipes représentant le conseil national des villes et villages fleuris qui se partage la tache. Cette année, pas moins de 26 nouvelles villes postulent à leur première 4è fleur. « C’est du jamais vu… », constate Martine Lesage. Selon elle, le label « 4è fleur » est très crédible parce qu’il constitue une reconnaissance d’une politique de développement du territoire tant en ce qui concerne son paysage que le fleurissement de l’espace public. Et cela rejailli sur l’image de la commune.

Et il ne s’agit pas que d’une affaire d’esthétisme, car la notoriété qui découle d’une 4è fleur aura un impact sur l’économie touristique, voire l’économie tout court, puisque désormais pour s’installer la plupart des entreprises choisissent des sites en fonction de la qualité de leur cadre de vie. Car aujourd’hui, le label 4è fleur ne couronne pas seulement le fleurissement mais un concept global qui intègre la notion de partage avec les habitants, de développement durable, l’harmonie. « En attendant de trouver un nouveau logo, nous intégrons au panneau traditionnel une petite phrase qui complète la petite fleur : « label de qualité de vie. » », nous précise Martine Lesage.

Avant de partir visiter la commune sur le terrain, les membres du jury ont écouté les élus et les employés municipaux défendre leur dossier. Et le projet partagé avec les communes de Saint-Abraham et Saint-Laurent-sur-Oust de créer un conservatoire du dahlia a suscité un véritable intérêt -on pourrait même parler d’enthousiasme- de la part du jury. Celui-ci a notamment été très sensible à l’idée de mettre en place une bourse d’échange ouverte au public à l’automne prochain.

Evidemment rien n’a filtré sur les intentions du jury, mais celui-ci a semble-t-il été très sensible à la qualité de l’accueil que lui a réservé Missiriac. D’autant que Jean-Yves Laly, en fin stratège, a invité le jury a une sortie sur le P’tit marché où il a été accueilli par le bagad Auel Douar de Malestroit. Et dans leurs bagages, les jurés sont repartis chacun avec un petit pot de miel produit par le rucher communal.

Reste désormais à attendre le verdict qui tombera à l’automne. Quelques semaines plus tard, France 5 diffusera son documentaire sur la bataille des villes pour une 4è fleur qui sera en partie consacré à l’exemple de Missiriac.

3 commentaires "Missiriac. 4è fleur : comment le village a défendu sa candidature"

  1. Ce n’est pas Malestroit qui pourrait participer aux villages fleuris pour une 4 eme fleurs!!!
    Il y a bien quelques fleurs deci dela mais quant on voit comment les differentes entrees de la viille sont mal entretenues avec de l’herbe sur tous les trottoirs même lorsqu’elle est censée etre enlevee il en reste autant
    Je pense que l’on pourrait faire un effort de propreté dans cette jolie cité et améliorer ainsi son attractivité.

    1. merci pour votre enthousiasme, mais ne vendons la peau de l’ours … comme on dit. Nous n’ aurons le résultat du jury que le 2 novembre et pour vous faire une confidence, le premier bilan, rendu par le jury après la visite du bourg , nous laisse plutôt optimiste… Quoiqu’il en soit , cela restera une belle aventure pour les élus , les bénévoles et les habitants de Missiriac qui prennent plaisir à fleurir et à embellir leur cadre de vie, merci à tous. En lisant ces quelques lignes , ne vous dites pas que j’ai oublié l’essentiel, à savoir , un grand merci à Loïc , Eric et Vincent , nos employés communaux car si nous » décrochons » cette 4 ième fleur, le mérite leur revient en grande partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires