Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Ploërmel. Hôpitaux : notre entretien avec le directeur-adjoint de l’ARS

Oust à Brocéliande

Publié le 19 juin 2017

Pays de Ploërmel. Hôpitaux : notre entretien avec le directeur-adjoint de l’ARS

 

Il y a une grande effervescence dans le Pays de Ploërmel autour du projet de recomposition de l’offre hospitalière mais plus particulièrement à Malestroit où les déclarations du maire et président du conseil de surveillance de l’hôpital ont suscité beaucoup d’émotions et de turbulences. L’annonce lors d’une réunion de quartier par Bruno Gicquello maire de Malestroit et président du conseil de surveillance de l’hôpital de Malestroit qu’il voulait sortir l’établissement du dispositif a mis le feu aux poudres. Cette annonce a provoqué une immense inquiétude de la part des salariés qui ont fait circuler une pétition mettant en garde contre ce projet qu’ils estiment fatal pour l’établissement malestroyen.

Nous n’avons pas encore traité ce sujet, parce que nous voulions avoir des informations fiables et ne pas tomber dans le piège des effets d’annonce, si fréquents à Malestroit. Nous avons sollicité l’Agence Régionale de Santé l’instance qui met en oeuvre la réforme afin de répondre à nos questions. Or, l’ARS était tenue par le devoir de réserve qui s’applique en période électorale et ses représentants ne pouvaient s’exprimer publiquement jusqu’à ce dimanche soir.

Réunion publique jeudi à Malestroit

Cette contrainte étant levée le directeur adjoint de l’ARS, Stéphane Mulliez nous a accordé un entretien téléphonique ce lundi après-midi. Il nous a, en substance, confirmé que le projet de recomposition de l’offre médicale établi en décembre dernier avait été accepté par tous les partenaires et notamment les maires présidents des conseils de surveillance. Par ailleurs Stéphane Mulliez explique que le contenu de ce plan est inchangé et qu’il se déroule normalement. Nous publions intégralement le communiqué de presse diffusé en décembre et qui donne le schéma de cette recomposition (voir ci-dessous). Nous versons ce document et notre entretien avec Stéphane Mulliez au dossier, quelques jours avant la tenue d’une réunion publique à Malestroit à laquelle l’ARS participera. Celle-ci aura lieu le jeudi 22 juin à 15 heures à l’Armoric cinéma.

Une belle recomposition de l’offre médicale

« Il faut être clair, il s’agit d’une très belle recomposition de l’offre médicale sur trois communes qui est l’aboutissement de deux ans de réflexion entre les professionnels de santé et les maires pour faire évoluer l’offre sur le secteur de Ploërmel, Josselin et Malestroit, une ville où se trouve non seulement l’hôpital, mais aussi la clinique des Augustines qui est associée au projet. C’est pour cela que nous parlons de 4 établissements. Nous avons donc là un beau parc d’établissements », indique Stéphane Mulliez. Cette réflexion a été menée selon trois axes : comment mieux travailler ensemble, en complémentarité, comment moderniser cette offre et la rendre plus efficiente pour que les cotisations sociales soient mieux utilisées.

Regrouper pour être plus efficace

En ce qui concerne Malestroit, il s’agit de créer un pole médico-social dédié aux personnes âgées avec la clinique des Augustines. « Il comprendra une unité d’hébergement renforcée pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer qui sera hébergé et pilotée par l’hôpital et une unité cognitivo comportementale qui sera implantée à l’hôpital mais qui sera pilotée par la clinique des Augustines. Ploërmel sera consacré aux soins de suite et de réadaptation. Josselin reçoit une belle unité de soins de longs séjours qui comprend 60 lits (voir le détail dans le document ci-dessous).

« Ce que nous essayons de faire, c’est de regrouper des services qui sont actuellement éparpillés sur l’ensemble du secteur afin qu’ils soient plus efficaces », souligne le directeur-adjoint qui fait un point sur l’avancement de ces différents chantiers : le service de soins et de réadaptation est déjà en place depuis le 13 juin à Ploërmel, la mise en place de l’unité cognitivo comportementale en lien avec la clinique des Augustines est en bonne voie. L’Unité de soins de longs séjours devrait être en place à la fin de l’année.

Malestroit est d’accord, mais demande un délai

« Tout se passe en étroite concertation avec les élus. Nous nous sommes tous retrouvés le 13 décembre et tout le monde était d’accord. Je me suis engagé à faire le point tous les 6 mois et une nouvelle réunion aura lieu le 28 juin prochain », précise Stéphane Mulliez

« Là aussi nous avons travaillé avec les élus. Nous avons désigné un opérateur de terrain qui est chargé de mettre en oeuvre ce projet. Il s’agit de Philippe Couturier le directeur de l’hôpital de Vannes. Le projet de l’ARS est de mettre en place une direction commune aux trois établissements de Ploërmel, Josselin et Malestroit puis d’arrimer cet ensemble à Vannes. Notre objectif était d’y parvenir d’ici la fin du mois de juin. Malestroit a acté le principe de cette direction commune mais le maire trouve que l’échéance de fin juin est trop rapide. Il a souhaité pouvoir s’assurer de la réussite de la recomposition territoriale. Nous avons pris acte de son accord et de ce souci. Il n’est pas question pour l’ARS de forcer les choses et nous avons intégré ces réserves sur les délais. Nous sommes prêts à surseoir à cette mise en oeuvre pour quelques mois d’autant que le maire de Malestroit nous a redit qu’il était d’accord sur le principe. Nous ne sommes pas pressés. Ce que nous voulons c’est réussir ce beau projet ».

Malestroit, acteur du Groupement hospitalier territorial

Evidemment tout ça peut paraître compliqué pour le néophyte. Disons qu’il y a une organisation hospitalière qui concerne les trois établissements du pays de Ploërmel mais que ceux-ci s’inscrivent dans une autre organisation plus large, le Groupement hospitalier territorial qui intègre autour de Vannes, d’autres établissement tels que Nivillac ou Belle-Ile. Dans les grandes lignes, il s’agit de créer des unités spécialisées, expertes dans leur domaine, capables de prendre en charge dans les meilleures conditions un patient dont l’état mérite un suivi plus « pointu ».

« Depuis un an, le maire de Malestroit est pleinement acteur de ce groupement. D’ailleurs il présentera le projet médical s’y rattachant lors de son prochain conseil de surveillance », précise Stéphane Mulliez.

Les conséquences sociales

Nous sommes très vigilant à cet aspect des choses et nous essayons d’avoir une approche pertinente en tenant compte de la spécificité de chacun des métiers. « Là aussi, il faut être clair : nous ne sommes pas en train de faire un plan social mais de mettre en oeuvre un plan ambitieux de recomposition médicale. Je suis très heureux de le mener à bien d’une façon très concrête car c’est une organisation intelligente que toutes les personnes autour de la table ont approuvé. Ce n’est pas une vue de l’esprit…. »

Entretien réalisé par Jacky Guyon le lundi 19 juin.

Voici les grands axes stratégiques du projet décrit dans ce communiqué de presse de l’ARS en date du 13 décembre 2016 :

1 commentaire "Pays de Ploërmel. Hôpitaux : notre entretien avec le directeur-adjoint de l’ARS"

  1. Pas de proposition simplement un autre effet d’annonce ;heureusement le maire de la ville phare est un spécialiste reconnu des politiques de santé au contraire des édiles de Josselin et Ploermel.Ce n’est pas l’établissement qu’il faut sortir du dispositif mais notre histrion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires