Accueil / Ploërmel Communauté / La Trinité-Porhoët. Une première nationale en haut du château d’eau

Ploërmel Communauté

Publié le 15 septembre 2016

La Trinité-Porhoët. Une première nationale en haut du château d’eau

 

dsc_0260Du haut de ses 30 mètres, le château d’eau de la Trinité-Porhoët domine le pays. Et c’est là, tout en haut de la cuve de 200 m3 que se cache une technique de restauration innovante. C’est même là qu’elle a été mise en oeuvre pour la première fois en France. Il s’agit de répondre à un phénomène qui touche toutes les structures en béton. Au fil du temps, le béton se dégrade, laisse passer l’air et le ferraillage à son tour se détériore. C’est ce qui s’est produit sur le garde-corps qui fait le tour de la cuve du château d’eau. Pour remédier à cette situation, jusqu’à présent, il fallait réaliser un premier enduit pour bien aplanir la surface, puis apposer des bandes en carbone pour renforcer la structure. A La Trinité-Porhoët une toute nouvelle technologie a été mise en oeuvre avec la pose d’une sorte de treillis en carbone. L’avantage de ce procédé est qu’il ne nécessite pas d’enduit préalable et surtout qu’il assure une structuration horizontale et verticale de l’ensemble, remplaçant efficacement la structure acier. Il est par ailleurs beaucoup plus esthétique puisque recouvert d’un enduit il ne laisse apparaître aucune sur-épaisseur et qu’une fois peint, il est invisible…

Le château d’eau de La Trinité-Porhoët devient donc un exemple d’envergure nationale, à l’occasion du bain de jouvence dont il vient de bénéficier. Car il avait piètre figure, le château d’eau de la Trinité, avec son ciment dégradé et les sapins qui le rendaient encore plus sombre. Le Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable de Brocéliande (SIAEP) a donc engagé un gros chantier de restauration de ce réservoir d’un montant de 150 000 euros, financé à hauteur de 20% par le Département, le reste étant à charge du SIAEP (*). Ces travaux portaient aussi bien sur l’intérieur que sur l’extérieur du batiment. A l’inérieur les conduites en très mauvais état ont été changées, des colonnes sèches posées, l’étanchéité de la cuve a été refaite ainsi que sa sécurisation. A l’extérieur, les portes et fenêtres ont été changées et surtout le génie civil, c’est à dire la structure béton a été repris… C’est l’entreprise Réabilitation Ouest étanchéité qui a effectué tous ces travaux.

Et voila, quelques mois plus tard, le réservoir du Point du Jour a complètement changé de physionomie. « C’est incroyable, depuis que les sapins ont été abattus, que le château est repeint, ma maison est beaucoup plus lumineuse », explique une riveraine, aux représentants des entreprises et du SIAEP venus, mercredi réceptionner les travaux de réhabilitation. Sous la conduite de Lucien le Borgne, le président du syndicat et des élues de la commune, le groupe a passé en revue tous les éléments du château d’eau, jusqu’au sommet de la cuve. « Ce chantier était une urgence, tant le réservoir était dégradé et cela fait partie de nos missions que d’entretenir tous les éléments du réseau de distribution, « explique Lucien Le Borgne.

Le SIAEP, comment ça marche?

Le SIAEP de Brocéliande (*) regroupe les trois anciens syndicats (Mauron, La Trinité-Porhoët et Ploërmel). Cette nouvelle entité coïncide sur le plan territorial avec les bassins versants Yvel-Hyvet et Ninian-Leverin. Cette mutualisation permet au SIAEP d’assurer la distribution de l’eau potable sur le Nord-est du département en garantissant un prix unique de l’eau sur ce secteur, mais de laisser aux élus un pouvoir décisionnaire. Par contre, la production de l’eau est assurée au syndicat départemental « Eau du Morbihan » qui concerne toutes les communes sauf  Vannes et Lorient. En 2016, le prix moyen du mètre cube d’eau sur le périmètre du SIAEP est de 2,53 euros TTC/m3 (pour un usager domestique et une consommation annuelle de 120 m3) et restera identique en 2017.

(*)Le SIAEP de Brocéliande dessert 18 communes en intégralité :Brignac, Campénéac, Concoret, Evriguet, Gourhel, Guilliers, La Trinité-Porhoët, Loyat, Mauron, Ménéac, Mohon, Néant-sur-Yvel, Ploërmel, Saint-Brieuc de Mauron, Saint-Léry, Saint Malo des 3 Fontaines, Taupont, Tréhorenteuc

et 4 en partie : Gaël, Paimpont, Coëtlogon, Plumieux

dsc_0268

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

APRES :

dsc_0269AVANT :

 

p1010741

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AVANT LES TRAVAUX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires