Accueil / Ploërmel Communauté / Pays de Ploërmel / Ploërmel / Ploërmel. Mais le pays, à quoi ça sert?

Publié le 4 janvier 2016

Ploërmel. Mais le pays, à quoi ça sert?

Patrick Le Diffon, président du pays de Ploermel
Patrick Le Diffon, président du pays de Ploermel

Communautés de communes, fusion de communautés de communes, communes nouvelles… Toutes ces notions ont de quoi donner le tournis, surtout si l’on y ajoute celle de « Pays ». Alors que nous sommes à quelques semaines d’un grand bouleversement dans l’organisation territoriale, le pays de Ploërmel s’est réuni pour faire le point sur son activité. Une grande messe qui a rempli la salle des fêtes de Ploërmel de représentants des 55 communes qui forme cette entité présidée par Patrick Le Diffon, le maire de Ploërmel.

Pas simple de rendre compte d’une telle réunion qui semble bien technocratique et éloignée de nos préoccupations quotidiennes.

Alors, nous avons posé la question à Patrick Le Diffon : le Pays à quoi ça sert et quel est son avenir ?

« Le Pays correspond à un bassin de vie. Ce sont des communes qui se regroupent autour d’un projet de territoire. Nous sommes aujourd’hui 55 et nous formons une entité cohérente. Deux tiers des habitants actifs du Pays y habitent… », souligne Patrick Le Diffon. D’ailleurs, très tôt, la région de Ploërmel a ressenti le besoin d’un travail collectif. Car dès 1967, des communes avaient jugé pertinent de mener des projets à une autre échelle que celle de la commune. « L’existence du pays a permis de se concerter et d’apprendre à travailler ensemble. On a des projets communs et on se retrouve souvent pour en parler… », décrit Patrick Le Diffon.

Le Pays de Ploërmel a franchi une étape importante en devenant un PETR, il y a un an. Car, si cette évolution ne change pas grand chose au mode de fonctionnement du pays, par contre juridiquement, cette qualification permettait de glisser vers la grande communauté de communes. La fusion des 6 intercommunautés du pays, aurait donné naissance à cette grande communauté de communes que défendait il y a encore quelques mois Patrick Le Diffon. « C’est pour ça que j’ambitionnais une grande communauté de communes. Compte-tenu des réticences qui se manifestaient, je me suis dit que c’était inutile de vouloir forcer les choses. Le Pays sera découpé en deux grandes communautés, mais ça ne sera sans doute que provisoire… », prédit-il.

D’autant que le Pays va occuper une place privilégiée dans l »organisation territoriale, sur le plan financier. Car ce sont les pays qui percevront les aides régionales et européennes pour les redistribuer localement, jouant le rôle d’une plateforme entre les deux entités. « Il aurait peut-être été plus cohérent de favoriser le regroupement de communes et d’avoir une grande communauté dont le périmètre colle avec le pays », estime Patrick Le Diffon.

A quoi ça sert?

Pas facile dans ce maquis administratif de percevoir l’utilité  du pays dans la vie quotidienne. « Détrompez-vous », reprend Pierrick Allard, le directeur général du Pays. Il cite l’exemple de l’espace autonomie senior, une entité dépendante du Pays dont 5 employés interviennent dans toutes les communes du Pays pour accompagner le maintien à domicile des personnes âgées. « C’est un service qui pour des raisons financières ne pourrait pas être mis en place localement… », souligne Patrick Le Diffon

L’autre exemple, c’est l’espace infos énergie qui dispense ses conseils sur l’ensemble du territoire. « Nous allons renforcer la proximité en mettant en place des relais », précise Pierrick Allard. Il pourrait s’agir de permanences tournantes dans différents lieux stratégiques du pays.

Les grands dossiers du futur

Patrick Le Diffon relativise l’impact du ScoT. « Les PLUI existeront toujours. L’objectif du Scot c’est de définir ce que sera l »organisation du terrtoire d’ici 10 à 20 ans. C’est avant tout un document fait par les élus pour les élus…,  précise Patrick Le Diffon. Il n’a pas vocation à remplacer les documents d’urbanisme locaux ».

Le calendrier 

En 2016, le gros dossier du pays ce sera la mobilité, c’est à dire les moyens de faciliter le déplacement des habitants. Les élus du Pays de Ploërmel poursuivront leurs travaux sur l’environnement, l’épineux dossier des inondations, les risques SEVESO, la trame verte et bleue, la mixité sociale dans l’habitat. Après une étude d’étude, des réunions publiques jalonneront l’année 2017 avant le lancement de l’enquête publique en 2018, pour une mise en oeuvre en 2019-2020.

La grande réunion du Pays de Ploërmel
La grande réunion du Pays de Ploërmel
La grande réunion du Pays de Ploërmel
La grande réunion du Pays de Ploërmel

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires