Malestroit. Ragondins : des captures en nette augmentation

Patrice Emeraud, au centre, et les piégeurs de Malestroit pour la fin de la campagne intensive

On parle beaucoup du frelon asiatique et de la nécessité de lutter contre sa prolifération. Mais cet insecte n’est pas le seul animal qui menace l’équilibre de notre environnement. Il en est un autre qui fait l’objet d’une étroite surveillance, le ragondin ou son cousin le rat musqué. Ces deux animaux, originaires d’Amérique du sud, ont fait leur apparition en France selon un processus hélas fréquent. A une époque ces deux mammifères ont été importés en France pour être élevés pour leur fourrure. Or, cette filière n’a pas subsisté et les élevages laissés à l’abandon ont laissé échapper leurs pensionnaires dans la nature. Ces derniers se sont parfaitement adaptés et proliférent partout en France.

Or, le ragondin présente un danger pour l’environnement et la santé publique. Il cause de très importants dégâts aux cultures, mais aussi au réseau hydraulique. Il creuse des galeries, fragilise les berges, les retenues d’eau et est à l’origine de l’envasement des plans. Mais il représente un risque sanitaire important puisque dans son urine il rejette des leptospires qui provoque la leptospirose, autrement appelée la « maladie du rat ». « Une étude réalisée en Bretagne Pays de Loire a démontré que 20% des ragondins et 35% des rats musqués sont porteurs de cette maladie », explique Patrice Emeraud, technicien du FDGDON (fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisible), organisme en charge de la lutte contre ces envahisseurs. La leptospirose est une maladie grave pour l’être humain qui peut la contracter via des activités aquatives (canoë-kayak, baignade…). Accessoirement, le ragondin perturbe les frayères et la nidification des canards.

Ces animaux sont classés parmi les organismes nuisibles contre lesquels la lutte est obligatoire, ce qui par exemple n’est pas -encore- le cas pour le frelon asiatique. C’est une notion très importante, notamment sur le plan juridique, car elle peut engendrer la responsabilité d’une commune qui n’aurait pas pris de mesures de piégeage. Dans le Morbihan 223 communes se sont engagées dans la lutte collective contre le ragondin qui se décompose en deux grandes étapes. Le conseil départemental et les collectivités financent ce programme. La période de lutte intensive pendant 4 à 5 semaines et la période de lutte d’entretien qui couvre le reste de l’année.

La période de lutte intensive s’achève dans le Morbihan et mardi, Patrice Emeraud a fait sa tournée pour récupérer les cages et fait un bilan de cette campagne. A Malestroit, Jean-Paul Pellerin coordonne le piégeage effectué par quatre piégeurs agréées dont Pascal Robic, Robert Diguet et Jean-Marie Le Gal. Et mardi en début d’après-midi, il a fait les comptes : cette année, rien qu’à Malestroit, 90 ragondins et rats musqués ont été capturés contre seulement 34 l’an passé. Sur 140 communes du Morbihan le nombre de prise progresse en moyenne de 14%. Dans certaines communes la progression est impressionnante. A Caro par exemple ce chiffre atteint 212 captures, soit près du double de l’an dernier (109).

« L’expérience montre que ce nombre de prises est en dent de scie et varie d’une année sur l’autre, tout dépendant beaucoup des conditions climatiques, des périodes de sécheresse ou d’inondations qui peuvent influer sur la reproduction », explique Patrice Emeraud.

Des chiffres

Un ragondin

-15 641 ragondins et rats musqués ont été piégés dans le Morbihan pendant la campagne 2015-2016 dont 9336 pendant la campagne intensive et 6305 au cours du reste de l’année (cette année ce chiffre devrait être supérieur)

-1300 piégeurs volontaires et bénévoles ont participé à l’action (soit 6 piégeurs par commune en moyenne)

-223 communes sont engagées dans la lutte collective

La carte des captures dans le Morbihan pendant la campagne 2015-2016

 


'Malestroit. Ragondins : des captures en nette augmentation' a 3 commentaires

  1. 21 avril 2017 @ 15 h 57 min Dolon

    Au lieu de s’occuper des ragondins occuppez vous des casseurs qui font certainement plus de dégats que ces animaux , quand aux rivières pensez plutot à les curer et nettoyer.

    Répondre Signaler un abus

  2. 22 avril 2017 @ 15 h 26 min Pas nous

    Les rivières c’est pas nous,les casseurs non plus; on se cantonne aux ragondins nos successeurs pourront s’intéresser aux lapins,s’il en reste après 2020.

    Répondre Signaler un abus

  3. 25 avril 2017 @ 9 h 35 min Papéta hervé

    Je ne sait pas qui est Dolon mais je vais lui faire un cours rapide d’éthologie.
    Le ragondin (myocastor coypus) et le rat musqué (ondatra zibethicus) sont des mammifères rongeurs herbivores pesant 7 kg pour l’un ,1,5kg pour l’autre en moyenne.Especes invasives originaires d’Amérique, ils sont piégés le long des cours d’eau à l’aide de cages,par des bénévoles formés spécialement. Le casseur , dont il existe de nombreuses sous-espèces,souvent locales quelquefois d’autres pays,est un bipède du genre homo sapiens pesant de 40 à 120 kg voire plus.Son habitat est varié tout comme son alimentation et son QI assez bas en général.Tres difficile à pieger (il opère souvent de de nuit) il court vite et,seules les forces de Gendarmerie et de Police sont accréditées.Il puise souvent sa puissance dans des décoctions de fruits ,de plantes ou de produits chimiques pour exécuter ses méfaits.Il utilise aussi de nombreux outils modernes : automobiles, motocyclettes ,vélo et se fond rapidement dans la population puisqu’il en est issu.En région parisienne,il arrive que les prises avoisinent 100 pièces en quelques heures,et de plus en plus à moins de 40 kg! Et puis on pourrait parler du râleur, qui critique tout et reste les deux mains dans les poches,alors sachez monsieur Dolon que l’AAPPMA de Malestroit à un calendrier d’entretien et de nettoyage des cours d’eau et qu’il ne tient qu’à vous pour participer ( en plus le casse croûte est offert).

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0f00e3da7b353ff8f3256890bb59f037aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa