Accueil / Ploërmel Communauté / Ploërmel. Une convention pour améliorer la sécurité du quotidien

Ploërmel Communauté

Publié le 21 septembre 2022

Ploërmel. Une convention pour améliorer la sécurité du quotidien

de gauche à droite: Frédéric Monpierre, commandant la compagnie de gendarmerie de Ploërmel, Claire Liétard, sous-préfète, Patrick Le Diffon, maire de Ploërmel

Le programme connu sous l’intitulé Petites Villes de Demain auquel adhère la ville de Ploërmel met en oeuvre une série d’actions destinées à donner les moyens aux communes concernées de se développer. Les actions programmées interviennent dans divers domaines, dont la sécurité. C’est en effet dans le cadre du programme Petites villes de Demain que le maire de Ploërmel, Patrick Le Diffon, le chef d’escadron Frédéric Monpierre commandant la compagnie de gendarmerie de Ploërmel et la sous-préfète de Ploërmel-Pontivy, Claire Liétard ont signé un contrat local de sécurité. Une sorte de fil rouge dont l’objectif est bien d’améliorer le sécurité quotidienne des ploermelais(e)s.

Dans ce terme, le mot « local » prend un relief particulier. En effet ce contrat local n’est pas un document « passe-partout ». Il prend en compte et prévoit des actions ciblées sur la ville concernée. Il s’agit d’une « offre de protection sur mesure ». Elle reprend pour l’essentiel des dispositifs qui sont déjà en place mais ce document les formalise.

Le contrat local de sécurité de Ploërmel consolide un travail en commun entre la gendarmerie et la police municipale. Deux référents sont mis en place par la gendarmerie qui sont donc les relais opérationnels entre la ville et les forces de l’ordre et un correspondant dédié au monde agricole. La ville de son côté désigne également un correspondant « gendarmerie ».

Parmi les actions listées figurent une réflexion sur l’implantation des caméras de video protection et le développement de patrouilles accentuant la présence sur le terrain des militaires auprès de la population, objectif auquel le commandant de la compagnie a souligné son attachement.

Dans son intervention, Patrick Le Diffon, a évoqué un des points de cette convention qui porte sur l’engagement de la collectivité de contribuer à l’amélioration des conditions de travail des gendarmes, le « maintien en bon état opérationnel des infrastructures immobilières ». Des conditions de travail « qui ne sont manifestement pas adaptées aux missions des gendarmes », convient le maire. Celui-ci souligne cependant que la municipalité a réservé des terrains pour la construction de bâtiments. Un « serpent de mer », souligne Patrick Le Diffon. « Je suis prêt à dialoguer. Je ne vois pas comment collaborer davantage ».

Si Ploërmel est plutôt calme, le maire constate au fil du temps une multiplication des incivilités, des incidents qui troublent la vie quotidienne des citoyens. D’ailleurs l’activité des gendarmes traduit ce constat. « L’an passé nous avons eu 127 gardes à vue et cette année nous en sommes déjà à 120 sur l’ensemble du secteur… », indique le chef d’escadron Frédéric Monpierre. Pas de « flambée » mais une évolution qui demande à être maitrisée. C’est tout l’objectif de la convention signée ce mercredi matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires