Accueil / Non classé / Malestroit. Nouvelle direction, recrutement, innovations: les défis du groupe OTS

Non classé

Publié le 26 avril 2022

Malestroit. Nouvelle direction, recrutement, innovations: les défis du groupe OTS

Sylvain Auvy, nouveau patron d’OTS n’envisage qu’une seule chose: réussir

Le groupe OTS (Ouest Tôlerie Soudure), entreprise phare de Malestroit et de son territoire tourne une page de son histoire et se prépare à relever de nouveaux défis. Patrick Guillerme fondateur de cette entreprise en 1985 en a cédé les commandes à Sylvain Auvy en décembre dernier. Le nouveau patron affiche son intention de développer les activités d’OTS en imprimant sa marque et une stratégie au coeur de laquelle il place les hommes et les femmes qui travaillent au sein du groupe mais aussi une volonté affirmée de défendre le « fabriqué en France ».

Sylvain Auvy a fait toute sa carrière dans la métallurgie et notamment dans la filière automobile. Dirigeant salarié, il décide, il y a 7 ans, de faire le grand saut. « Je me suis dit à la cinquantaine qu’il était temps de passer à un autre modèle, d’accéder au monde de l’entrepreunariat… », explique-t-il. Il reprend alors ACGB, une entreprise de basse-Normandie spécialisée dans la fabrication de réservoirs en aluminium de véhicules. Petites séries, haute qualité… président de l’UIMM de Basse-Normandie, Sylvain Auvy est convaincu que ce concept est la clé du développement industriel en France.

Lorsqu’il croise la route de Patrick Guillerme, en octobre 2020, il perçoit l’opportunité de donner une nouvelle dimension à sa conception, celle du développement. Son entreprise fabrique des réservoirs en aluminium, OTS des réservoirs en acier. A l’époque Patrick Guillerme envisage la cession d’OTS. Pendant un an, les deux chefs d’entreprises vont apprendre à se connaître, à murir le projet de reprise qui s’est finalement concrétisé à la fin de l’année dernière. Le 30 décembre 2021, Sylvain Auvy prend la tête d’un groupe fort de trois entités: le site ACGB, les sociétés OTS de Malestroit et Abratec de Locqueltas, soit au total 350 salariés.

Mais il y a derrière une stratégie industrielle résolument tournée vers l’avenir. « La sous-traitance, c’est quelque chose qui se résume souvent à être enfermé dans un cahier des charges. Or, Patrick Guillerme avait réussi à apporter une valeur ajoutée à cette sous-traitance en créant des sous-ensembles en s’appuyant sur une compétence affirmée à toute les étapes de la production et en trouvant des volumes qui ne peuvent pas être fait dans des usines low cost à l’autre bout du monde… », analyse Sylvain Auvy.

Une spécificité dont le chef d’entreprise veut faire un levier de croissance. « OTS est le premier fabriquant européen de réservoirs sur mesure métallique. Je veux assoir cette position de leader en allant explorer de nouveaux marchés de sous-traitance grâce à une synergie entre les productions des deux entreprises en y apportant de la valeur ajoutée… », détaille Sylvain Auvy. Une évolution qui pourrait prendre la forme de conseils d’ingénierie mettant en valeur l’expertise des équipes qui travaillent pour le groupe, proposant ainsi un service de Recherche et Développement susceptible d’élargir les capacités du groupes à dénicher de nouveaux marchés.

Des réservoirs high-tech lauréats du plan de relance

Une volonté qu’illustre un projet en cours de développement. ACGB travaille depuis de nombreuses années sur la mutation des énergies alternatives pour le transport routier et sur la nécessité d’anticiper les évolutions technologiques. Ce projet baptisé « Green Impact Réservoir Cryogénique » a été lauréat du plan de relance pour l’industrie automobile en 2021. Ces réservoirs nouvelle génération permettront de transporter du Gaz Liquéfié de façon très compacte tout en préservant l’environnement et l’autonomie attendue par les exploitants. Le projet entre dans sa phase d’industrialisation, à laquelle contribue le Groupe OTS.
« Les motorisations GNL sont des alternatives performantes aux motorisations traditionnelles. L’un des freins majeurs à la diffusion de ce type de motorisation est lié en partie à l’autonomie proposée avec des réservoirs standards et de forme cylindrique, ce qui ne favorise pas leur intégration sur châssis. Le projet vise à développer des réservoirs à GNL plus capacitaires, plus légers et modulables en fonction des besoins et d’une forme plus facilement intégrable dans une architecture véhicule », détaille Sylvain Auvy.

« Le groupe est robuste et tout à fait capable de conquérir de nouveaux marchés… », affirme-t-il, déterminé à « être le meilleur » dans son domaine. Mais pour lancer cette machine à gagner, le chef d’entreprise sait qu’il a un autre challenge à relever, celui de l’emploi.

Recrutement: la révolution des ressources humaines

Mickaël apprécie la taille humaine et son rythme de travail

Comme beaucoup d’entreprise OTS peine à recruter et donc à se doter des forces vives nécessaires à réussir son développement. Pour Sylvain Auvy, ce problème est un verrou à la croissance et il est bien décidé à prendre le problème à bras le corps et à renverser la tendance. « Moi je crois que nous devons avoir une ambition citoyenne et qu’il faut mettre en place une véritable révolution dans l’approche humaine de l’entreprise… », pose-t-il.

C’est donc dans les ressources humaines qu’il a immédiatement commencé à bousculer les habitudes. « Moi, je veux que nos salariés se sentent bien dans l’entreprise, à leur poste ». C’est le cas de Mickaël qui après avoir passé plusieurs années dans la grande industrie a choisi de rejoindre les équipes d’OTS, séduit par la taille humaine de l’entreprise et un rythme de travail dans lequel il estime que ses compétences sont mieux mises en valeur.

Sylvain Auvy veut aussi progressivement prendre ses distances avec le recours à l’intérim. On sait que la plupart des entreprises commence par recruter des salariés en intérim avant de les titulariser. Une sorte de période d’essais rallongée et très pratique pour gérer les équipes. Trop d’ailleurs pour Sylvain Auvy. « Je veux que le management retrouve du courage et ne se retranche pas derrière cette période d’intérim pour évaluer les équipes. Je ne veux plus que l’intérim soit la seule porte d’entrée chez OTS. Et nous avons déjà commencé. Chaque fois que nous avons des candidats dont le profil correspond aux postes disponibles, ils sont intégrés en CDI… », affirme-t-il.

Une stratégie RH audacieuse qui s’appuie sur la certitude que « OTS est un employeur capable de faire progresser ses salariés ». L’ascenseur social a été accéléré afin que chacun sache que l’investissement à son poste est une vraie chance de progresser et vite. Yann, un soudeur est devenu prototypiste au service développement en un rien de temps.

La révolution voulue par le nouveau patron passe aussi par la rémunération. « Nous avons devancé la hausse du SMIC annoncée pour mai. Quelqu’un qui gagnait le SMIC donc 10,15 euros l’heure avant le Covid est aujourd’hui chez Groupe OTS à 11,04 euros, soit une augmentation de 8,8%. Nous avons des « acouzis » – pauses payées, prime de quart, … – qui font que le vrai salaire brut horaire est de 13€ l’heure travaillée », explique Sophie Buffet, directrice administrative et financière du Groupe OTS.

Encore faut-il faire savoir aux candidats potentiels que de véritables carrières valorisantes leurs sont offertes chez OTS, qu’ils soient professionnels avertis, débutants, bricoleurs, hommes ou femmes. Des actions de communication sont envisagées pour les prochaines semaines et une directrice des ressources humaines doit prendre ses fonctions début mai. D’ores et déjà, OTS prévoit d’organiser une matinée portes ouvertes le 10 mai au cours de laquelle la nouvelle direction entend démontrer sa volonté offensive d’intégrer de nouveaux employés… Des postes seront à prendre ce jour-là.

Peut-être une opportunité à saisir pour quelques petits malins…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires