Accueil / Thématiques / Morbihan / Morbihan. Nouveauté: comment le parc de Branféré soigne l’arrivée des Okapis

Morbihan

Publié le 31 mars 2022

Morbihan. Nouveauté: comment le parc de Branféré soigne l’arrivée des Okapis

Le parc de Branféré prépare activement l’arrivée de ses nouveaux pensionnaires. Il y en aura plusieurs, mais les plus étonnants sont sans doute deux mâles Okapis qui vont être accueillis à Branféré début mai. « Nous avons un vaste espace forestier qui n’était pas exploité. On s’est posé la question de savoir à quel animal correspondait cet espace de vie…. », explique le parc. C’est comme cela qu’est venue l’idée d’accueillir des Okapis.

Ces animaux font partie des espèces en danger et sont emblématiques des programmes de conservation qui tentent d’enrayer la disparition des espèces animales. L’Okapi est un animal étrange, méconnu du grand public et assez peu présent dans les parcs animaliers. Il mesure 1,90 m au garot, ses flancs sont zébrés et sa tête ressemble à celle d’une girafe. il vit dans une région limitée de la forêt tropicale de la République démocratique du Congo et est menacé à la fois par le braconnage et la dégradation de son environnement naturel. C’est d’ailleurs aussi pour sensibiliser le grand public au sort de ces animaux discrets que Branféré a décidé de les accueillir tout en s’engageant avec une association du Congo dans un programme de reforestation.

Cet animal menacé, originaire du Congo, partagera son habitat avec des antilopes (sitatunga), des grues caronculées et des dik-diks ou bien encore des Casoars, considérés comme les plus gros oiseaux terrestres après l’autruche.

Un bâtiment high tech

Pour recevoir comme il se doit ces deux nouveaux invités, le parc de Branféré a fait construire un bâtiment spécial. D’une superficie de 340 m², le bâtiment des okapis a été imaginé par l’agence Benoît Morin Architecte. Il se compose d’un local technique, de loges pour les animaux et d’un observatoire pour les visiteurs. L’agence a créé une construction à l’architecture organique qui s’intègre harmonieusement dans l’environnement boisé. La structure est en bois et les toits en épi font écho aux sapins plantés autour de la clairière. L’installation de vitrages sur les façades étant déconseillée à cause des coups de sabots des animaux, une toiture de type shed, percée d’ouvertures verticales en polycarbonate, a été mise en oeuvre. Ce dispositif permet aux loges intérieures de bénéficier d’une lumière naturelle zénithale tout au long de l’année, non altérée par la chute des feuilles. 

Pour en savoir plus: Parc de Branféré

Une couverture aux propriétés exceptionnelles

created by dji camera

Pour l’étanchéité de la couverture, CEI 56, l’entreprise de pose agréée Firestone Building products, a convaincu l’architecte de mettre en oeuvre la membrane RubbergardTM EPDM. Le principal avantage de cette solution résidait dans sa durabilité. Naturellement résistante aux ultra-violets, elle possède une longévité supérieure à 50 ans. Un critère essentiel pour le Parc de Branféré inscrit dans une démarche environnementale poussée, et attaché à construire tous ses bâtiments de manière éco-conçue et pérenne.
La facilité d’entretien était également un élément clé. La membrane RubbergardTM EPDM est anti-racine, aucun arbre ou arbuste ne peut pousser dessus. Pas besoin de chéneaux pour ce projet, les feuilles mortes s’évacuent ainsi en même temps que les eaux de pluie. La membrane étant inerte, elle ne dégage aucune substance toxique ou perte de matière. L’eau peut s’écouler librement sur le sol, sans risque de polluer ou de nuire au bien-être des animaux.
SVET, distributeur agréé des solutions Firestone Building products, a participé à l’étude de l’étanchéité de la toiture avec le concours du fabricant. Ils ont préconisé à l’agence Benoît Morin Architecte et à l’entreprise CEI 56 l’épaisseur d’EPDM maximum d’1,5 mm afin de garantir une résistance optimale au poinçonnement engendré par les chutes de branches. Son élasticité de plus de 300 % permet de gérer la dilatation des éléments de la structure bois. Les 550 m² de nappes RubbergardTM EPDM ont été installées rapidement, en moins de deux mois, malgré la technicité des toitures en pente. La pose en adhérence totale a permis d’obtenir un aspect totalement lisse gage d’esthétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires