Accueil / Thématiques / Magazine / Ploërmel. Toussaint: le cimetière, un lieu de recueillement qu’on bichonne

Magazine

Publié le 30 octobre 2021

Ploërmel. Toussaint: le cimetière, un lieu de recueillement qu’on bichonne

Le cimetière est avant tout un lieu de recueillement pour les familles, plus fréquenté à la Toussaint encore, parce que les familles viennent parfois de loin pour fleurir les tombes de leurs proches : c’est souvent l’unique occasion dans l’année de faire le déplacement…

Le cimetière n’a jamais été aussi beau et coloré qu’à cette période de l’année ! Plusieurs jours avant la Toussaint, les personnes viennent nettoyer les tombes : lessiver la pierre tombale de granit ou de marbre, les plaques et décorations funéraires, désherber autour du caveau, puis fleurir le lieu…

Il y a Lydia et Michel, ce couple domicilié à Nantes, qui vient nettoyer et fleurir la tombe familiale où reposent les grands-parents, parents et le frère de Lydia, car elle est originaire de Ploërmel…

Yves est venu de Saint-Malo où parents, enfants et petits-enfants ont tous élu domicile. Yves est présent, seul ce jeudi, pour faire l’entretien des 5 tombes de la famille au cimetière de Ploërmel “Je reviendrai demain avec ma maman de 93 ans pour nous  recueillir ensemble ! Je fais en général le déplacement 2 fois l’année, car en janvier ou février, je viendrai retirer les fleurs fanées…”

Nous croisons aussi Colette et Raymond, qui se partagent le ménage de la tombe à entretenir : pendant que monsieur brosse la pierre tombale et sa croix, madame lessive les objets avant de tout remettre en place…

Pourtant, le 1er novembre fête de la Toussaint est une fête catholique qui honore les Saints, ceux qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ ! Elle est souvent confondue avec la fête des défunts qui officiellement se célèbre le lendemain : le 2 novembre…

La tradition veut qu’à l’approche de la Toussaint, puis le 1er ou le 2 novembre, on fleurisse les tombes pour rendre hommage aux disparus et pour raviver leurs souvenirs…

Mais depuis quand fleurit-on les tombes?

Il y a un peu plus d’un siècle, en 1919 au lendemain de la première guerre mondiale, Raymond Poincaré président de la république souhaite répondre aux besoins des Français, qui demandent à commémorer les tombes de leurs soldats morts pour la France, d’autant plus que les monuments aux morts ne sont pas encore construits… Le président demande alors à la population en novembre 1919 de fleurir les tombes des poilus dans les cimetières pour le 1er anniversaire de l’armistice…

C’est la fleur chrysanthème blanche qui est retenue, car elle fleurit en novembre d’une part, et d’autre part parce qu’elle est résistante au froid et même au gel…

Petit-à-petit, les années passent et les chrysanthèmes sont choisis de toutes les couleurs. Les Français décident de fleurir toutes les tombes, pas seulement celles des poilus de 14/18, mais celles de leurs défunts sans distinction aucune et on choisit la date de la Toussaint…

Rapidement, d’autres fleurs viennent s’ajouter aux chrysanthèmes…Avant la Grande Guerre, on déposait des bougies et des lanternes sur les tombes à la Toussaint…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires