Porcaro. Portrait: voici le nouveau prêtre de la Madone des motards

Le Père Christian Chérel

Le Père Christian Chérel est aumônier à la Clinique et au Monastère des Augustines à Malestroit. Il a reçu sa nomination par l’évêque de Vannes Monseigneur Raymond Centène le 1er septembre 2020, pour accomplir sa mission, en qualité d’aumônier de la Madone des Motards de Porcaro. C’est donc lui, qui sera présent le 15 août prochain pour l’édition 2021! Portait.
”J’ai été choisi, certainement parce que je fais de la moto et que je réside dans le secteur. Et puis, je connais bien l’événement, car je suis un habitué des motards de Porcaro! ” En effet, la moto est un loisir pour le Père Christian depuis 2000, date à laquelle il passe son permis de conduire-moto grosse cylindrée. D’abord, il enfourche une 800 cm3 VFR Honda, ensuite une 1000 cm3 Varadero Honda, puis une 1300 cm3 FJR Yamaha grise. Tout récemment, il vient de s’offrir une 1300 cm3 Pan European Honda bleue nuit (notre photo).
Un parcours atypique !
Christian Chérel vient au monde à Augan en 1964, mais c’est à Guer qu’il va vivre sa jeunesse au sein d’une fratrie de 5 garçons, car ses parents agriculteurs achètent une ferme, quand il a seulement 8 mois. Rien ne le destine à ce moment-là, à rentrer dans les ordres. Il commence sa carrière professionnelle en exerçant le métier de technico-commercial. Il est employé une première fois dans une société de fabrication d’aliments pour bétail et son rayon d’activité s’étend sur les secteurs de : Guer, Ménéac, Josselin et Mauron. Il s’oriente ensuite vers les équipements d’élevage pour les porcs et les volailles, qu’il commercialise dans tout le Morbihan.
En parallèle, Christian aime le sport. C’est un passionné, non pas de motos à ce moment-là, mais de vélos de courses…
“J’ai 25 ans, quand je reçois une intervention du Ciel !”, se souvient-il. Une année sera nécessaire autour du questionnement, de la réflexion. Christian s’interroge aussi sur le sens de la mort, les raisons d’exister et la finalité de la vie. Il a aussi une expérience de la mort très jeune à 10 et 14 ans, à travers le décès de son père et de 2 de ses frères !
En 1990, Christian rentre au séminaire à Paray-le-Monial en Saône-et-Loire. Les études s’enchaînent avec une première année de préparation à Coutances dans la Manche, puis 3 années de formation philosophique sont nécessaires avant de conclure avec 4 années d’études en théologie à Nantes.
Le 29 juin 1997, Christian a 33 ans, quand il est ordonné prêtre à la cathédrale de Vannes par l’évêque François-Mathurin Gourvès. Il devient Père Christian Chérel !
Jusqu’en 1999, il exerce en tant que jeune prêtre à Josselin, qu’il connaît bien pour avoir suivi une formation en stage pastoral depuis 1993 et jusqu’à son ordination. A partir de 1999 et jusqu’en 2016, le Père Christian Chérel bouge beaucoup. Il est affecté à Kervignac en qualité de vicaire et aumônier au collège de Port-louis – À Vannes où il est d’abord aumônier dans les collèges et les lycées, puis plus tard à la paroisse Notre-Dame de Lourdes et Saint Pie X, pendant 8 ans – En Touraine à l’Île-Bouchard – A la Roche-sur-Yon en vendée, il est aumônier au foyer des étudiants et à l’université. En 2016 il rejoint, pour 3 ans, le collège Saint-Vincent-Providence à Rennes.
Depuis 2019, Père Christian Chérel est aumônier à la clinique des Augustines. Il exerce tous les après-midi. Sa fonction repose sur la visite des malades, dans tous les services, de celui de la rééducation fonctionnelle, jusqu’à l’unité de soins palliatifs, en passant par les personnes âgées…”C’est une mission de présence et d’écoute. Je passe du temps avec les personnes malades, je les réconforte. Les malades ont besoin de s’exprimer, de partager. Il m’arrive aussi de répondre à leur demande pour un sacrement…” Une vocation d’autant plus louable, que le contact avec la maladie est toujours présent.
Quant à la tâche de l’aumônier au monastère, elle est de célébrer les messes et les offices liturgiques au sein de l’abbaye…


'Porcaro. Portrait: voici le nouveau prêtre de la Madone des motards' a 1 commentaire

  1. 24 février 2021 @ 12 h 00 min Thérèse

    Bravo pour votre sacerdoce .En ce temps de dépravés nous avons un urgent besoin de jeunes comme vous ,modernes qui donnent le bon exemple par leur altruisme . Encore cette semaine deux jeunes 13 et 14 ans tués par des bandes rivales Il est temps que l’on mette de l’ordre et le sens des responsabilités aux parents et aux éducateurs et pas seulement à la police qui ne peut être partout .

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.