Malestroit. La face cachée des égouts…

C’est un spectacle pas très agréable qui s’offrent aux promeneur empruntant le chemin de halage en bordure du canal dans sa traversée de Malestroit. Les eaux usées d’une partie de la ville partent directement dans le canal. Techniquement, rien d’anormal puisqu’il s’agit d’un déversoir mis en place spécialement à cet endroit, entre les deux ponts, pour justement permettre aux eaux en surcharge dans le réseau de s’échapper. Au moment où des mesures drastiques sont mises en place pour interdire l’épandage des boues d’épuration non hygiénisées en plein champ, on peut s’étonner que les eaux usées puissent ainsi partir directement dans le canal. Les spécialistes noteront que ce n’est pas la seule incohérence de ce dossier. En effet, les eaux usées qui arrivent dans les stations d’épuration sont constituées à plus de 90% de liquide. Les boues stockées -et qui doivent désormais être obligatoirement aseptisées avant de quitter les stations- en sont les résidus “solides”. Le reste, c’est à dire l’eau, repart dans la nature. Par exemple, pour la station d’épuration du VOSA (vallon d’oust syndicat d’assainissement), elles sont renvoyées… dans le canal à la hauteur de Missiriac. On ne sait pas si les boues d’épuration peuvent contenir le virus de la COVID, mais le risque vaut tout aussi bien pour les eaux résiduelles avec lesquelles elles ont été mélangées avant d’arriver à la station… Pourquoi le principe de précaution ne s’applique-t-il pas à ces deux éléments?

Mais pour en revenir aux égouts qui se déversent dans le canal en plein centre de Malestroit, le sujet est sensible. Le phénomène est du à la configuration de la ville et à l’usure de son réseau dans lequel s’infiltrent les eaux de ruissellement et qui le mettent en pression. Le problème est identifié depuis longtemps par le syndicat d’assainissement qui regroupe les communes de Malestroit, Saint-Marcel et Missiriac et un programme de travaux serait même prêts à être mis en oeuvre. Selon nos informations, ce dossier est même considéré comme une priorité par le VOSA. Mais la ville de Malestroit a souhaité que la priorité soit donné à une autre chantier, qui devait se dérouler en 2021, celui du boulevard de la Madeleine. Le maire de Malestroit, Bruno Gicquello, par ailleurs vice-président du VOSA, avait d’ailleurs évoqué cette situation lors de la réunion publique du 28 septembre dernier, expliquant que les travaux concernant le halage sont “une urgence absolue pour Malestroit” et qu’ils seront réalisés probablement en 2023/2024 (à écouter sur notre vidéo ci-dessous à partir de 1 h 20 mn). Il avait par ailleurs expliqué avoir obtenu une dérogation de la police des eaux autorisant le rejet dans le canal des eaux d’assainissement…

Ces précisions répondaient aux questions d’une personne de l’assistance inquiète justement de ces rejets. Ironie du sort, toujours selon nos informations, les travaux d’assainissement qui devaient se dérouler, boulevard de la Madeleine ont été reportés par le VOSA en accord avec la ville de Malestroit pour la fin de l’année 2021. Une décision prise pour éviter de paralyser la ville trop longtemps (celle-ci doit aussi subir les travaux de réfection du pont qui va être fermé 4 mois).

Petite consolation, si les rejets actuels dans le canal sont inesthétiques (voir vidéo), par contre ils ne sont pas nocifs, souligne le VOSA. Constat qui ne prend pas en compte bien sur le risque COVID sur lequel des recherches scientifiques sont toujours en cours. Et ils font le bonheur des mouettes…

La réunion publique du 28 septembre 2020 sur les travaux


'Malestroit. La face cachée des égouts…' a 5 commentaires

  1. 6 janvier 2021 @ 22 h 02 min Dupe Yannick

    Concernant les travaux de la madeleine ceux ci devaient améliorer les conditions de vie du secteur les réseaux étant dégradés avec le temps Sachant qu il n y a jamais voire peu de travaux pour améliorer les installations en sous sol. Et en plus une amélioration de la route afin de rendre plus sure la circulation des riverains des piétons et des cyclistes compte tenu du comportement de certains conducteurs moto voitures et camions pour qui respecter la limitation de vitesse ne fait pas partie de leur façon de conduire et de la circulation permanente de poids lourds qui pour certains ne font que du transit. Donc nous allons encore subir des nuisances qui ne gênent apparement que ceux que les habitants du secteur . En ce qui me concerne j ai de sérieux doutes sur de futurs travaux

    Répondre Signaler un abus

  2. 7 janvier 2021 @ 13 h 17 min DEGOUT

    C’est probablement la condition pour obtenir le label de petite cité de très , très sale carctère ? !

    Répondre Signaler un abus

    • 7 janvier 2021 @ 20 h 56 min RANALIMA

      Il est urgent d’attendre.
      A noter qu’il y a peut être eu un retour d’expérience du fiasco des travaux de réseaux EU de 2018 car l’ingénierie du VOSA était lamentable…
      A relire votre article du 24 janvier sur les problèmes liés aux pluies excessives, ECPI, réseau sans Clapet anti retour, eu avec ep, mauvaise implantation… et on parle pas des conditions de travail des techniciens qui doivent intervenir dans ces “postes géants”…loin des recommandations hygiène et sécurité.

      Répondre Signaler un abus

  3. 9 janvier 2021 @ 16 h 19 min les amis de la nature

    C’est inadmissible en 2021 , une vrai pollution pour le canal , il faut prévenir la protection de la nature

    Répondre Signaler un abus

  4. 9 janvier 2021 @ 18 h 09 min josset

    on dira que ces la faute des agriculteurs comme dans beaucoup de ville plus rien n’est aux norme

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.