Accueil / Ploërmel Communauté / Ploërmel. Coiffeuse prothésiste, elle redonne le goût à la vie

Ploërmel Communauté

Publié le 27 novembre 2020

Ploërmel. Coiffeuse prothésiste, elle redonne le goût à la vie

En partant de la gauche : Patricia la présidente de Patplo56, Carole et Maëlle

Maëlle Moizo est coiffeuse de métier. Sa profession l’a amené, tout doucement à devenir il y a 4 ans, prothésiste capillaire. “Je rencontrais au salon des personnes malades du cancer et qui avaient perdu leurs cheveux, après avoir été soignées par chimiothérapie. En particulier, une très jeune femme en pleurs m’avait beaucoup marquée. J’ai eu envie de les aider, de faire quelque chose pour elles…”, explique-t-elle.
Depuis un an, Maëlle ne coiffe plus en salon. Son professionnalisme dans la coiffure, elle le réserve pour intervenir uniquement dans les maisons de retraite, quand on la sollicite.

Elle se consacre maintenant entièrement à la prothèse capillaire. Pour cela, elle a suivi une formation et obtenu un agrément. Sa société est basée à Ploërmel, mais elle exerce au domicile de ses clientes. Son territoire est vaste : le Centre Bretagne. Elle se déplace dans le Morbihan jusqu’aux abords des Côtes d’Armor et de l’Ille-et-Vilaine.
La prothésiste n’est pas confinée. Son activité est essentielle, liée à la santé psychique. Mal renseignée lors du premier confinement, elle avait été à l’arrêt pendant 1 mois 1/2 .
Les prothèses sont choisies en cheveux naturels lorsqu’il s’agit d’une pelade, le plus souvent à vie, sans repousses. Elles sont en cheveux synthétiques, quand la chute est provisoire. Moins onéreuses, elles sont en partie prises en charge par la CPAM. Maëlle se déplace au domicile de sa cliente, pour lui éviter la sortie, mais surtout le regard des autres. Un premier contact est utile pour les choix de la coupe et de la couleur. Le second rendez-vous permet à la prothésiste d’ajuster, de fignoler la coupe. “La cliente se sent belle, retrouve son identité. Elle perd l’image d’une personne malade, et moi je donne du sens à ma vie.” Et puis, ajoute t-elle, “les rencontres ont ce côté chaleureux, faites de dialogues, de confidences et de réconfort…”
Et ces rencontres ne sont pas uniques. Tous les premiers lundis de chaque mois, en compagnie de l’esthéticienne Carole Argentin, Maëlle Moizo participe aux ateliers de bien-être de l’association Patplo56 (qui lutte contre le cancer), à l’EHPAD du Clos des Tilleuls à Ploërmel. La maison de retraite a mis à leur disposition une salle et le salon de coiffure, où elles peuvent accueillir jusqu’à 6 personnes : ”Actuellement en confinement, nous attendons le 6 décembre, et espérons l’autorisation de reprise !”.

Bientôt les prothèses mammaires

Et les objectifs de Maëlle ne s’arrêtent pas là ! Son désir, d’être toujours plus utile, la pousse encore plus loin. Elle s’intéresse aux prothèses mammaires. Ce nouveau projet, qui devait voir le jour en cette fin d’année 2020 est reporté à 2021. Cependant, au cours de la semaine du 16 au 20 novembre, elle a suivi une formation en prothèse mammaire, grâce à la visioconférence. Elle a acquis la théorie. En janvier 2021, elle retournera en formation, cette fois pour la partie pratique, sur Nantes ou sur Rennes et si la situation sanitaire le permet.

Animée par l’envie d’aider ceux dans le besoin, des personnes fragilisées par l’âge ou la maladie, Maëlle rappelle que sa clientèle est surtout féminine, qu’une femme sur 8 est atteinte dans sa vie par un cancer, que ses prestations s’adressent aussi aux hommes, mêmes s’ils sont très peu nombreux : “En 4 années d’exercice, seuls 2 hommes ont fait appel à moi. Les hommes préfèrent porter des casquettes ou des bonnets…”
Plus qu’un travail, Maëlle rend un service avec une vraie reconnaissance au bout du chemin…

Contact : 07 87 60 86 42.

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires