Bohal. Municipales: la difficile recherche d’un maire

André Piquet l’avait dit l’an dernier lors de ses voeux et il l’a confirmé. Il ne briguera pas un nouveau mandat de maire lors des élections de mars prochain. C’est donc sa dernière cérémonie des voeux qu’il présidait vendredi soir, dans une ambiance teintée d’une certaine nostalgie, voire d’inquiétude pour l’avenir. Un évènement qui clôture 37 années d’engagement dans la vie publique, dont 30 en qualité de maire. C’est Bernard Noblet qui a retracé l’action d’André Piquet à la tête de la commune, qui se confond avec sa métamorphose. Un village de 400 habitants en 1989 qui en compte plus du double aujourd’hui avec une caractéristique qui se confirme, celle d’un fort rajeunissement de la moyenne d’âge puisque 40% de la population bohalaise a moins de 30 ans. Et c’est André Piquet qui était aux manettes lors des grandes étapes de l’évolution de la commune. La construction de la RN166 et du rond-point de Bel Orient a soudain accru la visibilité de la commune et la rapprochait des centres urbains comme Questembert, Ploërmel, Rennes, Nantes… Un autre moment important a été la création de la zone artisanale de Bel Orient à un endroit stratégique. André Piquet s’est aussi attaché à développer et embellir le centre bourg et à créer des lotissements qui ont assuré le développement démographique de Bohal de son école et de son commerce… André Piquet a également oeuvré à l’embellissement de la commune et à la protection de l’environnement au travers du fleurissement, de la mise en oeuvre du zéro phyto et de l’obtention du label Apicité…

« L’oeuvre est belle, les équipes ont bien joué, grâce à un chef d’orchestre à la hauteur », résume Bernard Noblet qui comme André Piquet ne se représentera pas en mars prochain. « une nouvelle équipe prendra le relai. Avec la jeunesse, des idées nouvelles des projets et des réalisations, ils mèneront Bohal encore plus loin. C’est le souhait que nous formulons… », conclut Bernard Noblet. Mais justement, la construction de cette nouvelle équipe est loin d’être bouclée. Seulement trois élus sortants ont décidé de repartir pour un nouveau mandat: David Busson, Bernard Lebreton et Rémy Le Luel, mais aucun d’eux ne veut prendre la tête de la liste. Et c’est donc une tête de liste que cherche le petit groupe. En porte-parole, David Busson a détaillé la longue et infructueuse quête dans laquelle les trois sortants se sont lancés pour trouver un chef de file. On sent bien dans les propos de ce dernier un certain désarroi et c’est un véritable appel à candidature pour trouver un nouveau maire qu’il a lancé, repris d’ailleurs par André Piquet. Ce dernier qui s’est dit cependant « confiant » a évoqué le risque d’une prise en main de la commune par la préfecture qui pourrait décider de fusionner Bohal avec une commune voisine si la construction d’une liste s’avérait impossible.

Ecoutez les interventions de David Busson et du maire André Piquet sur ce point…

 


'Bohal. Municipales: la difficile recherche d’un maire' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.