Malestroit. Les temps forts du conseil municipal

Voici les principaux temps forts du conseil municipal de Malestroit que vous pouvez revivre en intégralité en vidéo.

-25 000 euros, c’est la somme que va devoir verser la commune de Malestroit pour boucler le budget du syndicat intercommunal de gestion de l’école Paul Gauguin. Carole-Blanco Hercelin, vice-présidente a expliqué qu’en septembre, les comptes de ce syndicat laissait apparaître un « trou » de 100 000 euros. Une situation qui faisait peser la menace d’un non-paiement des salaires et de certaines factures. C’est en fait selon l’élue une situation qui se répète d’année en année et que le syndicat veut assainir. La moitié des 100 000 euros figure sur une ligne de trésorerie, l’autre moitié est à la charge des communes membres dont la moitié revient à Malestroit (25 000 euros). Ecoutez ces explications dès le début de la vidéo.

-En marge d’une délibération concernant le Plan Local pour l’habitat, Christian Guillemot a dressé un tableau très sombre de la situation financière de l’intercommunalité. Selon lui, faisant référence à une réunion au cours de laquelle un audit a été présenté sur cette situation, même sans ce PLH -qui représente une charge financière- et une hausse des impôts de l’OBC « on n’empêchera pas un doublement de la dette de l’intercommunalité ». Selon Chrisitan Guillemot, l’OBC sera « en grande difficulté financière d’ici 3 ans ». A écouter à partir de la 39è minute sur la vidéo.

-le club de basket de Malestroit qui a changé de nom traverse une situation financière difficile et a demandé une aide exceptionnelle de 1000 euros. Il en a obtenu la moitié. A écouter à partir de la 49è minute

-L’opposition est revenu sur la délibération du précédent conseil municipal qui a prévu d’affecter 70 000 euros au remboursement de la TVA due par le CCAS pour un programme de travaux, demandant à nouveau des explications sur cette affaire. Question qui a provoque une vive réaction du maire. A écouter à partir de la 56è minute

-Malestroit va-t-elle conserver son précieux label Petite cité de caractère. C’est la question que pose l’opposition après le report de la visite de la commission de contrôle qui attribue ce label prévue le 25 octobre au mois de février. Un doute qui provoque la colère du maire, pour qui, il ne fait aucun doute que Malmestroit conserve ce label. A écouter à partir de 1 h 06 minute

 

 


'Malestroit. Les temps forts du conseil municipal' a 4 commentaires

  1. 14 novembre 2019 @ 19 h 12 min Maël Storit

    Une avance remboursable discutable

    L’embarras évident et les réponses confuses de la majorité vis à vis de l’avance remboursable de
    70 000 Euros au CCAS ne peut que susciter l’intérêt de comprendre ce qui se cache derrière cette opération financière mineure mais qui soulève cependant beaucoup de questions, notamment au sujet de la responsabilité sur laquelle le Maire, comme à son habitude, se défausse sur l’équipe municipale et la Direction précédentes.

    L’avance remboursable dont il est question s’inscrit donc dans l’opération d’acquisition et de rénovation lourde du foyer-logement de Malestroit, engagée avant et terminée après les dernières élections municipales de Mars 2014. Selon le Maire qui « découvrait » le problème, le coût global de celle-ci s’élèverait à 3 600 000 Euros dont
    – 600 000 Euros pour l’acquisition des bâtiments
    – et 3 000 000 Euros pour la réalisation des travaux
    sans qu’il soit précisé si ces montants incluent ou pas les frais d’acquisition (notaire,….) et la TVA réduite à 5,50% (le taux de 10% cité par Mr DANY lors de la précédente réunion du CM du 8 Octobre 2019 n’ayant pas provoqué de réaction et donc été corrigé, ni par le Maire, ni l’adjointe au Maire chargée des Finances et le DGS, indique soit un défaut d’attention, une volonté de dissimuler ou une méconnaissance du dossier, de ceux-ci à cette date)

    Les travaux ayant été terminés début 2015, il revenait clairement au Maire, président du Conseil d’Administration du foyer-logement , de veiller au bon ordre financier et comptable de cette opération. L’explication du compte tiers relève plus de l’embrouille que d’une justification sérieuse.

    Par ailleurs, ce qui paraît incroyable, c’est le prix du loyer des appartements rénovés, facturé aux résidents qui aurait doublé, passant environ de 300 à 600 Euros sans les charges, en en faisant des logements plus chers, à superficie et équipement équivalents, que ceux de VANNES et de RENNES !

    Pourtant, les foyers-logements étant à caractère social, ils doivent bénéficient de ce fait d’un loyer modéré. Alors pourquoi cette situation, si elle est confirmée ?

    Dans ce cas, comment avec un loyer augmenté de 100%, ce qui représente une recette supplémentaire d’environ 172 800 Euros par an (48 appartements x 12 mois x 300 euros), le CCAS puisse se retrouver 5 ans plus tard avec une trésorerie exsangue, nécessitant une aide financière de la Ville de Malestroit dont le bilan 2019 s’annonce aussi mauvais voire pire que celui de 2018 ?

    Cette question est loin d’être close et risque de révéler d’autres anomalies justifiant la saisie de Chambre Régionale des Comptes qui pourra se pencher également sur d’autres dossiers (vente du camping municipal, la Nurserie Numérique, la MSP, le voyage du Maire à Las Vegas,….)

    Répondre Signaler un abus

    • 15 novembre 2019 @ 23 h 21 min Contribuable

      Oui, en tant que contribuable vivant sur la commune, tout ceci mériterait des éclaircissements. Il s’agit de sommes relativement importantes et le maire de Malestroit souvent très moralisateur à l’égard des autres maires ou associations pourrait sans doute faire profil bas sur ce genre de dossier sensible. Pour ma part, je suis complètement favorable à saisir la chambre régionale des comptes si cela est possible (je ne connais pas bien la législation)
      Merci Maël Storit pour votre précieux commentaire

      Répondre Signaler un abus

  2. 17 novembre 2019 @ 20 h 06 min Nimitz

    Une TVA sur travaux est toujours à 5,5 %.
    J’aime quand le maire dit « Il a FALLU rembourser la TVA » alors qu’une TVA est toujours reversée aux services des impôts sans qu’il ne puisse y avoir d’autre choix. C’est pourquoi c’est une somme qui ne doit jamais être budgétisée ni comptabilisée puisque reversée immédiatement aux impôts.
    Monsieur le Maire vous avez de la chance que le ministère des finances ait de la patience sur un si long terme.
    Laissez votre place lors des prochaines élections. Vous ne faites pas le poids et n’avez jamais su redresser la barre de votre déficit. Je plains les malestroyens qui n’y voient que du feu …

    Répondre Signaler un abus

  3. 18 novembre 2019 @ 13 h 34 min Jardin

    A propos d entretien des lieux publics et autres constructions si vous avez quelques minutes allez donc regarder le pont « neuf » à partir du Crédit Agricole et levez les yeux
    Regardez les fissures
    Quand on voit le volume des camions qui l empruntent est ce que l on attend un plongeon ?

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.