Ploërmel. Transition énergétique: la ville fait le choix du GNV

Patrick Le Diffon

A Ploërmel l’énergie du futur, ce sera… le gaz, et plus précisément le GNV (gaz naturel pour véhicules). En marge de l’inauguration du nouveau magasin Lidl, Patrick Le Diffon, le maire de Ploërmel a révélé qu’une station de GNV serait prochainement implantée dans la ZAC du Bois Vert. Une indication donnée aux responsables de Lidl, enseigne qui a adopté cette énergie pour faire circuler sa flotte de camions.

Interrogé sur ce projet, Patrick Le Diffon, confirme que la ville a décidé de s’engager résolument dans le recours à cette énergie pour tourner la page du pétrole. Pragmatique, Patrick Le Diffon pressent qu’il s’agit de la solution la plus efficace et la plus simple pour aller dans le sens de la transition énergétique. Et il annonce que l’ensemble de la flotte de la ville -et sans doute de la communauté de communes- va être renouvelée et remplacée par des véhicules fonctionnant au GNV. La station installée au Bois Vert sera similaire à celle existante à Locminé.

Selon nos informations, ce choix du GNV, fait par Patrick Le Diffon, pourrait être un indicateur fort de ce que sera l’orientation politique dans laquelle il veut inscrire son prochain mandat, dans le prolongement des directives du plan air climat énergie. Le choix du GNV s’inscrit dans une réflexion beaucoup plus globale. En effet, au premier abord, le gaz est une énergie fossile au même titre que les hydrocarbures. Sauf que, il existe une version « verte » du GNV par le recours à la production de gaz produit par la méthanisation, ce que l’on appelle le « biogaz ».

Et le projet du maire de Ploërmel intègre la mis en place d’un cercle vertueux. Ainsi une ou des unités de méthanisation pourraient être développées -des projets sont déjà bien avancés- et impulsées par la collectivité. « L’idée est que le territoire produise grâce à la biomasse l’équivalent de ce qu’il consommera en gaz », confie Patrick Le Diffon. La production locale de biogaz serait injectée dans le réseau, un peu sur le principe de l’éolien et de l’électricité verte…

Le GNV fait partie de ces solutions alternatives aux carburants classiques, mais il est moins connu du grand public que l’électrique par exemple. Par contre, le GNV est assez répandu et même en plein essor chez les professionnels et les collectivités locales pour les poids-lourds, les bus. Pour l’instant, cette énergie est peu utilisée pour les particuliers, même si certaines marques telles que Fiat ou Seat, proposent des véhicules au GNV. Le GNV est moins polluant, moins cher que l’essence ou le gasoil et il offre une autonomie plus intéressante que l’électrique. Mais le problème reste le réseau de stations qui est encore peu développé…

 

 


'Ploërmel. Transition énergétique: la ville fait le choix du GNV' a 1 commentaire

  1. 27 octobre 2019 @ 12 h 37 min FONTENELLE

    J’invite les lecteurs à lire cet article intéressant de Transport et Environnement portant sur une étude aux Pays Bas pour savoir si le GNL est moins polluant que le diesel : https://www.transportenvironment.org/press/des-essais-sur-route-d%C3%A9montrent-que-les-camions-au-gaz-sont-jusqu%E2%80%99%C3%A0-5-fois-plus-nocifs-pour-la
    Pour les méthaniseurs que Mr Le Diffon semble vouloir installer un peu partout sur le territoire il y a ce lien face book https://www.facebook.com/groups/CSNMraison/ fait par des universitaires et qui est très intéressant notamment le Compte-Rendu de l’audition du CSNM-CNVM à la Commission Energie de l’Assemblée Nationale du 20 juin 2019.
    Lorsque l’on parle de ces nouvelles alternatives on a tendance à minimiser les risques pour l’environnement.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.