Accueil / Oust à Brocéliande / Saint Malo de Beignon. Yann Jondot teste l’accessibilité avec le maire

Oust à Brocéliande

Publié le 20 août 2019

Saint Malo de Beignon. Yann Jondot teste l’accessibilité avec le maire

« Quand je suis arrivé j’ai eu l’impression d’être dans un village de montagne… », explique Yann Jondot, le maire de Langoelan, ambassadeur du handicap en saluant Marie-Hélène Herry, maire  de Saint-Malo de Beignon et conseillère départementale. L’infatigable élu poursuit sa visite des collectivités locales de Bretagne pour en évaluer l’accessibilité des bâtiments publics, c’est à dire mesurer les difficultés que peuvent rencontrer les personnes souffrant de handicap, certes mais aussi les personnes âgées pour entrer dans ces espaces publics…

A chaque fois, il propose au maire d’effectuer une visite de la ville en sa compagnie… dans un fauteuil roulant. Car rien ne vaut le test réel pour se rendre compte des difficultés auxquelles ces personnes à mobilité réduite peuvent être confrontées et dont les valides n’ont qu’une vision théorique. La preuve ce petit rebord pour passer le pas de la porte de la médiathèque. Trois fois rien, tout juste 2 cm de hauteur. Mais c’est suffisant pour demander à Marie-Hélène Herry un effort surhumain pour le fanchir avec son fauteuil. « Mettez le tapis en caoutchouc à l’extérieur… », conseille Yann Jondot. Et ce centimètre et demi de sur-épaisseur, ça change tout. Le passage devient aisé. Cette expérience vécue vendredi à Saint-Malo de Beignon illustre le sens de l’action menée par le maire de Langoelan: pas besoin de dépenser des fortunes pour améliorer l’accessibilité de nos villes, il suffit de quelques aménagements peu coûteux et de beaucoup d’imagination. L’exemple type du catalogue de solutions préconisées par Yann Jondot, c’est une rampe mobile qui peut être stockée à la mairie et qui peut être mise à disposition d’un handicapé pour faciliter le passage de marches. Un seul appareil pour éliminer plusieurs obstacles… Ou bien encore cette sonnette posée à la porte d’un bâtiment et sur laquelle il suffit à la personne en fauteuil roulant d’appuyer pour être en relation avec un(e) employé(e) qui viendra lui ouvrir la porte et l’aider à entrer..

Ce sont ces « petits trucs » qui coûtent pas cher mais qui peuvent résoudre des montagnes de difficultés que Yanne Jondot souhaite promouvoir dans tous les locaux publics afin de les rendre accessibles à tous sans peser outrageusement sur les finances publiques…

Après la visite de leur collègue de Langoelan, les maires sont invités à choisir le niveau d’accessibilité de leur commune: A: réalisé; B: en réalisation; C: à l’étude. A Saint-Malo de Beignon, les bâtiments publics sont tous accessibles, mais la commune elle, est escarpée. « Le label concerne l’accès aux bâtiments publics. On ne peut pas changer l’environnement de la commune », relativise Yann Jondot. Déjà 230 des 250 communes du Morbihan ont répondu à son invitation… Au cours de cette rencontre, Marie-Hélène Herry a rappelé que le département du Morbihan a décidé de subventionner à 50% les travaux d’accessibilité réalisés par les communes.

 

1 commentaire "Saint Malo de Beignon. Yann Jondot teste l’accessibilité avec le maire"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires