Saint-Marcel. L’arrivée du Relais du souvenir

75 kilomètres en courant, huit villes (*) et 23 monuments commémoratifs… C’est à une course mémorielle lourde d’émotions qu’ont participé, ce mercredi 5 juin,  des employés de la préfecture, des gendarmes, des pompiers, mais aussi des sportifs. Un relais du Souvenir qui a permis de rendre hommage à des parachutistes de la France Libre, résistants ou civils victimes de la barbarie nazie. En cette année du 75è anniversaire du débarquement et de la libération, cet évènement prenait une dimension particulière. Devant chaque stèle, le groupe s’est recueilli en écoutant le rappel des drames que ces monuments perpétuent. Une cérémonie de grande ampleur s’est déroulée à Plumelec, en mémoire notamment au caporal Emile Bouédard, parachutiste des SAS abattu par les allemands qui fut le premier mort du débarquement. Mais ce parcours était jonché des destins tragiques et souvent héroïques de tous ces héros de l’ombre, qu’ils aient été civils ou militaire, tombés pour défendre notre liberté…

Commencé à Trédion, ce relais s’est achevée à Sérent et Saint-Marcel, théâtres des terribles combats du maquis de Saint-Marcel qui se sont prolongées par de sanglantes représailles contre la population civile. Mais ce sont bien ces sacrifices qui ont perturbé le dispositif de l’occupant et permis la réussite du débarquement en Normandie.

Devant le monument dédié à Emile Morel, dans le centre de Saint-Marcel, le relais a pris fin. A cette occasion, Denis Possémé a officiellement reçu le diplôme de porte-drapeau.

(*) Trédion, Pluemlec, Billio, Guehenno, Guégon, Lizio, Sérent, Saint-Marcel


'Saint-Marcel. L’arrivée du Relais du souvenir' n'a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.