Ploërmel-OBC-Questembert. Le public boude le plan climat

Sur la vingtaine de personnes présentes dans la salle, une très large majorité venait du secteur de Questembert. Et encore s’agissait-il pour l’essentiel d’élus. Mais quasiment personne des territoires de Ploërmel, de l’OBC ou d’Arc Sud Bretagne n’a fait le déplacement à Bohal où étaient présentés les enjeux du plan climat. Les quatre communautés de communes se sont unis pour organiser une vaste opération de sensibilisation des citoyens à ce sujet que l’on pourrait pourtant penser être une préoccupation essentielle. Il suffit de mettre le nez dehors depuis quelques mois pour se rendre compte que le changement est bien là. Une chaleur inhabituelle, une sécheresse persistante qui épuise les cours d’eau, une végétation qui agonise…

Autant de signes précurseurs des bouleversements majeurs qui vont impacter notre vie quotidienne un peu plus d’année en année. Il faut faire quelque chose. Et vite. C’est l’objectif des Plans Climat Air Energie Territoriaux (PCAET), une sorte de déclinaison locale des différentes décisions prises lors des réunions internationales. Le plan climat des 4 EPCI, c’est un peu l’extrémité d’une chaîne dont on retrouve l’origine dans le protocole de Kyoto, il y a… dix ans.

L’Etat a confié aux collectivités territoriales, la compétence pour élaborer ces « plans climats » qui ont pour objectif de dresser un état des lieux de proximité et surtout de proposer des solutions pour adapter le territoire au défi du changement climatique. Améliorer l’efficacité énergétique, augmenter la part des énergies renouvelables… Ces stratégie prennent des formes différentes selon que l’on est en région montagneuse où l’énergie hydroélectrique pèse lourd ou en Bretagne où là c’est le vent qui peut être utilisé.

C’est ce que sont venus expliquer les représentants du cabinet d’études chargé par les 4 EPCI de dresser un état des lieux à Bohal. Le but de cette soirée de présentation était d’attirer le grand public pour l’impliquer dans la démarche et l’inciter à participer à d’autres soirées qui doivent leur permettre de s’exprimer par le biais du théâtre. L’intention est louable puisque rien n’oblige les EPCI à associer le public. Mais visiblement, il faudra trouver autre chose pour y parvenir. Probablement d’ailleurs que le PAECT sera finalement le fruit des seuls décideurs locaux…

La réunion était pourtant intéressante et instructive. L’exemple du trou dans la couche d’ozone détecté dans les années 90 et qui est en train de se résorber grâce à une mobilisation internationale unanime est un exemple que l’être humain est aussi capable de faire des choses positives. On a aussi appris beaucoup de choses sur l’origine des pollutions de notre territoire et sur les leviers qui pourraient les corriger (Voir le document en cliquant ici ).

Alors, si vous avez un peu de remord de ne pas avoir eu le courage de vous déplacer, lundi à Bohal, il vous reste deux sessions de rattrapage, les deux soirées théâtre organisées la semaine prochaine en deux points du territoire. Une occasion unique de participer à la lutte contre le réchauffement climatique:

Pour Ploermel Communauté et OBC, l’ateliers se déroulera le lundi 17 septembre à 19 h salle des fêtes de ploermel

Pour arc sud et Questembert : mardi 18 septembre à 19 h au vieux couvent à Muzillac.

Ces soirées d’animation comprendront deux temps forts :
La préparation et la réalisation sur scène, par des comédiens, de scènes thématiques en phases avec les réalités sociétales, économiques et sanitaires identifiées sur le territoire ;
À la fin de cet acte, le public sera invité à rejouer la scène en intervenant à des moments clés où ils pensent pouvoir dire ou faire quelque chose qui impacterait sur la suite des évènements.

Le climat sur le territoire : le constat du bureau d’étude 


'Ploërmel-OBC-Questembert. Le public boude le plan climat' a 3 commentaires

  1. 13 septembre 2018 @ 15 h 15 min Paul Paboeuf

    Le titre « le public boude le plan climat » est très injuste! Le public a été peu informé du sujet: les 4 Communautés ont lancé le PCAET en commun au printemps dernier. La première réunion a eu lieu le 19 avril à Berric pour QC et Arc Sud Bretagne. Ensuite, presque pas de communication. Les élus municipaux auraient dû être les premiers à mobiliser pour ensuite amener les habitants dans leur ensemble à prendre conscience des enjeux locaux.

    Pour ma part, j’ai fait de mon mieux pour diffuser l’info, et ça a – un peu -marché : comme vous le dites, la majeure partie des participants était de Questembert. Et je continue à informer pour amener les gens à participer http://www.questembert-creative-solidaire.org/PCAET-Theatre-forum-premiere,1448.html

    Répondre Signaler un abus

    • 13 septembre 2018 @ 15 h 38 min infosgallo

      Le titre n’est pas injuste. Il traduit juste un état de fait. Certes l’essentiel de l’assemblée (une vingtaine de personnes) venait de Questembert mais il n’y avait dans ce groupe que des élus ou gens avertis de ce genre de sujet…

      Répondre Signaler un abus

  2. 20 septembre 2018 @ 17 h 37 min un Bohalais

    Oui le titre est injuste ! car aucune information de cette réunion n’a été délivrée au public !!! Pour « bouder quelque chose » encore eut-il fallu être au courant …. donc si le but de cette soirée de présentation était d’attirer le grand public, quelqu’un a mal fait son job … et une recherche rapide montre bien le peu d’intérêt pour communiquer sur cette réunion ! Aucun affichage, aucune information transmise aux communes, . … et après coup en lisant l’article du pays gallo « le théâtre peut-il sauver la planète? » je découvre que le public est invité sur scène pour s’exprimer ! c’est de la blague …

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.