Coeur de Bretagne

Portes Ouvertes Crédit Agricole Muzillac

Ploërmel. Voeux à La Mennais : « laissez-nous faire notre job! »

 

C’est une rencontre placée sous le signe de la convivialité qui s’est déroulée, mardi soir au lycée La Menais. Le directeur, Ronan Petton, recevait  toutes celles et ceux qui de près ou de loin travaillent avec et autour de l’établissement: le personnel en activité, les anciens, les représentants du monde associatif, des partenaires, les élus… Un moment de partage et d’échanges autour de la traditionnelle galette des rois, associée à la présentation des voeux.

Les voeux, c’est un bilan de l’année écoulée et des perspectives pour celle à venir. Le bilan est copieux et Ronan Petton l’a égréné autour de 9 résolutions reprenant les actions menées tout au long de l’année, distillant ça et là quelques messages. C’est par exemple une réponse à des parents qui avaient exprimé  dans un commentaire sur notre site, leurs réserves sur les statistiques élogieuses données par le directeur lors de la remise des diplômes (lire en cliquant ici), expliquant que leur fille avait été réorientée vers une filière qu’elle n’avait pas choisie. « Sachez que c’est totalement faux! » a affirmé mardi soir Ronan Petton, soulignant la volonté constante du Lycée La Mennais d’accompagner les jeunes au quotidien et tout au long de leur scolarité. « C’est l’essence même d’un établissement scolaire… », insiste Ronan Petton qui détaille la panoplie des moyens mis en oeuvre au sein du Lycée pour aider les élèves : tutorat pour aider les redoublants, entretien individuel, passerelles entre séries, orientation etc…

Parmi les spécificités de La Mennais figure la mise en place de partenariats multiples et d’action, tournées vers le monde extérieur. Ainsi l’an passé, le lycée a fait appel à une agence de communication pour développer son image ou bien encore en liaison avec le club d’entrepreneurs Brézéo, a mené une expérience de communication par SMS avec les élèves. Une invitation à une rencontre avec les entreprises, lancée par ce intermédiaire a permis d’attirer une soixantaine de jeunes.

L’année 2018 devrait se dérouler sur le même rythme avec la mise en route de plusieurs projets : collaboration avec le lycée La Touche, actions tournées vers l’international, poursuite des opérations immobilières. Un programme dominé par deux temps forts : l’ouverture de la section bachelor et la création d’un espace « vivre ensemble », un lieu pour que les jeunes et les adultes se rencontrent et travaillent ensemble.

Ronan Petton n’a pas ménagé ses critiques à l’égard de l’administration, de ses lourdeurs, de sa culture de la paperasserie, voire de son entrisme. il a ainsi évoqué une partie de bras de fer qu’il a mené avec le secrétaire général adjoint des services techniques autour du reversement d’heures supplémentaires. Le sujet est très technique mais il a eu pour conséquence très pratique de retarder de plus de 2 mois le paiement de ces heures aux enseignants qui les avaient pourtant accomplies. Il a regretté que plusieurs demandes d’ouverture e nouvelles sections aient été rejetées. Et puis il a évoqué le sujet d’actualité du service national obligatoire qui va se transformer en parcours citoyen, mis en place par les collèges et lycées. Une solution imaginée, selon Ronan Petton, pour palier aux manquements de l’Etat qui lance cette demande « notre premier métier, c’est d’enseigner. Laissez-nous faire notre job! ».

« On a tous des obstacles qui nous font rager », réagit Patrick Le Diffon, le maire de Ploërmel qui assistait à ces voeux avec plusieurs autres élus locaux. Enfilant son costume de conseiller régional Patrick Le Diffon est revenu sur la question des filières. « Pourquoi est-ce que l’Education n’arrive pas à s’adapter à nos besoins? », s’interroge-t-il, plaidant pour une stratégie privilégiant l’anticipation et le pragmatisme. « Ils ont une calculette dans la tête. Il faut arrêter de créer des filières sur le littoral », lance-t-il insistant sur le fait qu’il travaille en étroite collaboration à la région avec Paul Molac pour défendre les intérêts du territoire. Il a évoqué sa décision de valider la construction d’un lycée public à Ploërmel laissant entendre à mots couverts que le dossiers traine un peu en longueur. « J’ai fait ce que devait faire un maire… », a-t-il commenté. Une décision qui ne remet pas en cause souligne-t-il, son appréciation très positive du travail fait au lycée La Mennais, qui transparait dans les résultats qu’affiche l’établissement. « Vous avez toute votre place sur le territoire », a-t-il souligné.

 


'Ploërmel. Voeux à La Mennais : « laissez-nous faire notre job! »' a 1 commentaire

  1. 12 janvier 2018 @ 20 h 26 min Fontenelle

    Quel plaisir d’entendre Mr le Maire se plaindre de la lenteur de la Région, lui qui a soutenu le lycée avec beaucoup de réserve et qui a mis beaucoup de temps à trouver le terrain. Aujourd’hui on peut se féliciter qu’il ait pris la bonne décision et qu’il a validé la construction du lycée. Maintenant il me semble qu’il a été élu à la Région pour défendre le lycée public, du moins c’est qu’il nous déclaré, et force est de constater que si le Maire à fait son boulot, le Conseiller Régional n’a pas fait totalement son travail… On attends donc plutôt que des plaintes des actes. Fait-il pression sur la Région ? En tant que Président du collectif pour le lycée public je communique avec la Région, Mr Le Diffon ne semble pas être très actif, mais peut-être agit-il comme il aime le dire sans publicité. J’espère qu’il est mieux informé que moi qui ne suis qu’un simple citoyen. Je suis prêt à le rencontrer pour en discuter. Je sais que la Région va bientôt choisir l’architecte.
    Le collectif aimerait aussi que l’impatience du Mr Le Diffon s’exprime aussi sur les aménagements qui seront prévus pour le lycée public. Cela n’a pas été évoqué lors des voeux. Qu’en sera-t-il lorsque le lycée va commencer à sortir de terre ? Peut-être que le Maire de Ploermel a fait son boulot en offrant le terrain, mais le Président de l’intercommunalité n’a pas encore fait le sien. Espérons qu’il sera plus rapide que la Région.

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.