Accueil / Ploërmel Communauté / Ploërmel. Soins culturels et projet de reconstruction au CPEA

Ploërmel Communauté

Publié le 19 octobre 2017

Ploërmel. Soins culturels et projet de reconstruction au CPEA

 

C’est un établissement qui passe presque inaperçu dans Ploërmel. Peu de gens savent que là, derrière les murs défraichis de cette ancienne école, se trouve un lieu où les âmes blessées par la vie avant d’avoir atteint l’âge adulte trouvent une écoute, une main tendue, un tremplin pour mieux reprendre le chemin de la vie. Le centre psychothérapique pour enfants et adolescents de Ploërmel (CPEA) prend en charge les enfants en souffrance depuis les bébés jusqu’aux adolescents de 16 ans. Et ils sont environ 500 par an, originaires de tout le pays de Ploërmel voire au-delà, à être ainsi suivis, accompagnés par une équipe de spécialistes. Le CPEA de Ploërmel est l’une des structures réparties sur le département qui dépendent de l’établissement public de santé mentale du Morbihan (EPSM), basé à Saint-Avé.

Sur la palette des soins que met en oeuvre le CPEA se trouvent des méthodes qui en apparence n’ont pas grand chose à voir avec la médecine. L’une d’entre elle porte le nom de « soin culturel ». A ne pas confondre avec l’art-thérapie une méthode mise en oeuvre par un médecin qui s’appuie sur la création artistique pour soigner les patients. Plus raffinée le soin culturel met en action un artiste qui n’a aucune connaissance médicale et qui fait partager son savoir artistique à un groupe de « soignés ». Le soignant est là, mais il reçoit la démonstration artistique comme les « soignés ». C’est l’artiste qui est au centre de ce concept dont l’objectif est de stimuler la créativité des soignés qui prennent ainsi conscience de leurs capacités et sortent de leur solitude pour retrouver une place dans la « cité ».

Ce mercredi soir, c’est le résultat d’une de ces séances de soin culturel que sont venus inaugurer diverses personnalités dont Pascal Benard, le nouveau directeur de l’EPSM depuis quelques jours, les responsables de la structure ploërmelaise, Alain Hervé, conseiller municipal de Ploërmel délégué à la culture et vice-président de Ploërmel communauté accompagné de Marie-Thérèse Février, adjointe à la santé et à l’action sociale et bien sur de tous les acteurs de ce projet. Celui-ci a pris la forme d’une fresque géante peinte sur les murs de l’ancien préau de l’école devenu centre de soin. C’est Tsé, une artiste « multiple, poétique solidaire et tolérante » qui a pris en charge un groupe de jeunes filles suivies au CPEA. D’abord réservées, les jeunes apprenties artistes peintres se sont laissées, peu à peu, prendre au jeu de la création, juste guidées par le savoir-faire de l’artiste . « Je n’y suis pas pour grand chose. Elles ont eu des idées, de l’énergie, de la motivation… », avoue Tsé, toute émue. Car de toute évidence, quelque chose a changé pour les jeunes quand n voit avec quel enthousiasme et spontanéité Hélène, l’une des jeunes, est venue raconter cette belle histoire (voir la vidéo). Un résultat saisissant qui ne restera pas sans suite. Laurent Duval directeur du pole culturel de Ploërmel, emballé par l’expérience, a d’ores et déjà indiqué qu’il avait quelques idées pour que l’expérience soit reproduite ailleurs en ville. Quand aux ateliers de « soins culturels », ils vont continuer à être appliquer au CPEA sous une forme différente. Cette fois c’est un atelier chorégraphique qui va être lancé dans quelques jours, animé par une danseuse chorégraphe dans une salle de danse mise gracieusement à disposition par la mairie. Et toujours au coeur de la « cité », objectif des thérapeuthes.

De nouveaux locaux et une maison des ados en projet

En marge de ce vernissage, les responsables du CPEA ont évoqué l’avenir et notamment le déménagement de la structure qui va s’installer dans des locaux tout neufs qui vont être construits face aux bâtiments de l’Adapei qui sont en cours de construction sur la zone de Ronsouze. Le dossier technique est bouclé et la mise en service de ce nouveau bâtiment devrait avoir lieu en 2019, le début des travaux étant prévu en 2018.

L’ancienne école qui héberge le CPEA depuis 30 ans à Ploërmel va être rasée. Enfin l’équipe du CPEA attend la concrétisation d’un autre projet, à savoir la construction à Ploërmel d’une antenne de la maison des adolescents qui semble bien engagé.


La complicité d’Hélène et Tsé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires