Saint-Marcel. La passerelle de La Née dans une impasse

DSC_1433

Nous avons relaté le combat que mène Mickaël Sourget, un habitant du village de La Née pour obtenir la réfection d’une ancienne passerelle dont l’accès est interdit pour raisons de sécurité. Nous avons fait état d’un courrier adressé à la Région par le député Paul Molac.

Ce dernier nous a fait parvenir la réponse qu’il avait reçu de la région, fin août 2014. Dans ce courrier, le vice-président en charge de ce domaine à l’époque, confirme que l’interdiction d’utiliser pour des raisons de sécurité la passerelle est juste et « est maintenue ». Par ailleurs, la région précise que « la perspective de sa reconstruction n’est pas envaisagée à court terme », notamment en raison des lourdes charges de remise en état des voies navigables que doit supporter la région à la suite des dernières crues (ndlr: janvier/février 2014).

« Pour autant la question du franchissement de l’Oust se pose », admet le signataire du courrier qui évoque une « étude faites il y a quelques années mais le coût du projet ambitieux sur le plan architectural, de l’ordre de 300 000 euros, n’a pas permis à l’époque d’aller au-delà des premières intentions ». Cependant, écrit-il, « sous réserve d’identifier une maitrise d’ouvrage et de nouvelles répartitions financières, je ne suis pas opposé à ce que l’étude du franchissement de l’Oust soit à nouveau évoquée ».

Interrogé par nos soins, Paul Molac qui est aussi conseiller régional nous a confirmé que ce courrier est toujours d’actualité. Selon lui, ce dossier de la réfection de la passerelle est bloqué durablement et a bien peu de chances d’aboutir un jour, les communes n’ayant pas les moyens d’investir dans ce projet. Il insiste aussi sur le fait que compte-tenu des contraintes budgétaires, il était nécessaire d’établir des priorités. « On veut toujours plus de services publics, mais personne ne veut payer plus d’impôts… », résume-t-il.

En tout cas le sort de la passerelle de La Née vous passionne. En moins de 24 heures, l’article publié sur notre site a reçu plus de 1500 visites et des dizaines d’internautes signent la pétition mise par Mickaël Sourget.


'Saint-Marcel. La passerelle de La Née dans une impasse' a 4 commentaires

  1. 14 juin 2016 @ 15 h 02 min #1

    Il faut des priorité, oui mais dans l’intérêt de qui ??? qui décide des choix et des priorités, ce sont les élus…des lourdes charges dues oui mais les crues existent depuis toujours…fausses réponses ou réponse illusoire. Payer plus d’impôt, je pense que si l’argent publique serait mieux investit et si surtout il y avait une réelle volonté des élus, la passerelle serait déjà refaite depuis longtemps. Et quand est il des intérêts personnel des élus pour tel ou tel choix ? La aussi, nous pouvons nous poser des questions…

    Répondre Signaler un abus

  2. 15 juin 2016 @ 7 h 44 min Mikaël Sourget

    Petite précision, le projet peut aboutir à condition que la CCVOL soit le porteur du projet, à ce moment là, si la communauté de commune participe au financement ainsi que les communes à leur niveau la région suivra, accompagnera le projet. Le dossier n’est pas clos…C’est aux élus de se mettre d’accord et surtout à la CCVOL d’être porteur du projet. A SUIVRE…

    Répondre Signaler un abus

  3. 15 juin 2016 @ 7 h 59 min Bey

    à la fermeture de la passerelle nous avons mené Paul Sourget et moi même des actions auprès des élus et pétitions directe auprès des habitants (plus de 1000 signatures) c’est bien de relancer ce dossier sur lequel nous nous sommes essoufflés mais lors d’une ultime réunion à Saint Marcel j’avais attiré l’attention sur le fait que dans notre pays il faut impérativement agir sous la bannière d’une association; en son temps le conseil général m’avais fait remarquer cela en guise d’excuses. Alors bon courage !

    Répondre Signaler un abus

  4. 15 juin 2016 @ 9 h 09 min TL

    Pourquoi ne pas lancer une souscription volontaire?

    Répondre Signaler un abus


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.