Accueil / Oust à Brocéliande / Pays de Malestroit / Malestroit / Malestroit. Le bistrot-mémoire pour oublier la maladie

Publié le 19 avril 2016

Malestroit. Le bistrot-mémoire pour oublier la maladie

DSC_0240

 

 

 

Ce jeudi là, la salle de la Crêperie la Grange à Louise est pleine à craquer. Des touristes dégustent la célèbre galette de renommée nationale, certains terminent leur repas, d’autre recherchent le petit souvenir ou l’objet insolite sur les étagères de l’établissement. Le tout dans un joyeux brouhaha.

Et puis parmi tous ces clients, un petit groupe de seniors s’installe tranquillement autour des tables qui se libérent peu à peu. Le Bistrot-mémoire se met en place autour de Coralie Poupon, psychologue à la clinique de Malestroit. Peggy Maginot, c’est l’animatrice du jour, venue parler de sa spécialité les huiles essentielles. Un échange très libre destiné notamment à attirer l’attention des patients sur les précautions nécessaires à prendre pour utiliser ces huiles qui sont très en vogue. Elles ont beau être issues de plantes, elles n’en restent pas moins des produits très actifs, très concentrés qui peuvent donc avoir des effets secondaires non négligeables. Pendant ce temps, un des participants a sorti son accordéon de son coffret et entonne la chansonnetteun. Son épouse reprend les paroles. Sa mémoire s’estompe, mais la musique qui l’a accompagnée toute sa vie reste un repère qui résiste à la maladie.

Car le bistrot-mémoire, est bien sur destiné à accompagner ceux qui souffrent de la maladie d’Alzeihmer. « Mais pas seulement », insiste Coralie Poupon. L’objectif de ces rencontres, c’est de permettre à des personnes malades ou pas de passer un moment convivial ensemble et de profiter de l’occasion pour apporter des informations sur la maladie d’Alzheimer. Nous recevons des intervenants, bénévoles qui abordent différents thèmes pendant une heure. Une parenthèse pendant laquelle les échanges s’instaurent… ». Créé en 2013 par Ina Moldoveanu, chef de projet à la clinique de Malestroit dans le cadre d’un partenariat entre la clinique et les caisses de retraite, le Bistroit-mémoire cherche à casser les préjugés sur la maladie. « Ici personne ne sait qui est atteint de la maladie, c’est un accueil complètement anonyme qui est ouvert à tous sans tenir compte de l’âge, de la sociologie et c’est totalement gratuit. On vient quand on veut, on part quand on veut », souligne Coralie Poupon qui aimerait pourtant bien que des bénévoles viennent la rejoindre pour l’aider à encadrer le groupe.

Alors, si le coeur vous en dit, allez donc faire un tour à la Crêperie La Grange à Louise, lors d’un prochain Bistrot-mémoire… L’ambiance y est vraiment très agréable (voir vidéo ci-dessous)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires